Company Announcements

EDF : : Mobilisation et solidarité du Groupe pendant la crise sanitaire; Accélération des renouvelables et rehaussement de l’objectif 2030; 2020 : Résilience de l’EBITDA; 2021 – 2022 : Objectifs financiers confirmés

Source: OMX
EDF : : Mobilisation et solidarité du Groupe pendant la crise sanitaire; Accélération des renouvelables et rehaussement de l’objectif 2030; 2020 : Résilience de l’EBITDA; 2021 – 2022 : Objectifs financiers confirmés
 

 
      COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 18 février 2021

Résultats financiers annuels 2020

Mobilisation et solidarité du Groupe pendant la crise sanitaire

Poursuite du déploiement de la stratégie Cap 2030 dans tous les métiers

Accélération des renouvelables et rehaussement de l’objectif 2030

2020 : Objectif révisé de production nucléaire légèrement dépassé

2020 : Résilience de l’EBITDA, plan d’actions 2020-2022 de réduction de coûts et de cessions engagé

2021 – 2022 : Objectifs financiers confirmés (1)

Résultats 2020  
Chiffre d’affaires                                             69,0 Mds€        - 3,4 % org. (2)
EBITDA                                                            16,2 Mds€            - 2,7 % org. (2), + 6,2 % hors Covid (3)
Résultat net courant (4)                                     2,0 Mds€       - 49,1 %
Résultat net part du Groupe                            0,7 Md€        - 87,4 %
Endettement financier net/EBITDA                 2,61x                                     
 

Faits marquants

Mobilisation et solidarité du Groupe pendant la crise sanitaire 

 

  • Continuité de service : toutes les activités critiques assurées, mesures spécifiques de protection des salariés et des sous-traitants
  • Réponse numérique : 70 000 collaborateurs connectés à distance simultanément
  • Solidarité : accélération des règlements aux fournisseurs et facilités de paiement accordées aux clients PME en France

 

Raison d’être adoptée et nouveaux engagements pris pour le climat

 

  • « Raison d’être » adoptée par l’Assemblée générale des actionnaires en 2020 et déclinée en 16 engagements RSE
  • Elargissement des engagements pour le climat : objectifs rehaussés de réduction des émissions directes et indirectes de CO2
  • Labellisation SBTi de la trajectoire carbone

 

Energies renouvelables : forte accélération et rehaussement de l’objectif 2030

 

  • Augmentation importante des capacités brutes mises en service (5) : + 2,5 GW en 2020 (vs + 1,9 GW en 2019)
  • Forte croissance du portefeuille en construction : 8,0 GW (x3 en 2 ans)
  • Des succès dans le solaire : 2 GW aux Émirats Arabes Unis, 1,3 GW en Inde et  ~ 200 MW en France
  • Capacité renouvelable (6) installée visée à 60 GW nets à l’horizon 2030

 

Nucléaire : contribution majeure à la production bas carbone

 

  • France : réorganisation complète du planning d’arrêts pour maintenance rendue nécessaire par la crise sanitaire
  • Flamanville 3 : préparation du chantier de reprise des soudures de traversées autorisée par l’ASN (autorisation de reprise de ces soudures en attente) et réception sur site des 1ers assemblages de combustible suite aux autorisations délivrées par l’ASN et le HFDS (7)
  • Hinkley Point C : principaux jalons opérationnels atteints et actualisation du calendrier et des coûts (8)
  • Plan excell : finalisation de la première phase de déploiement et lancement de la deuxième
  • Framatome : signature avec Rolls-Royce d’un accord en vue de l’acquisition de son activité de contrôle-commande
  • Sizewell C : décision du gouvernement britannique d’engager des discussions avec EDF sur le financement de deux nouveaux EPR

 

Clients et services : succès des offres de marché, accélération dans la mobilité électrique et 1ers contrats en matière d’hydrogène

 

  • Près de 1 million de clients électricité résidentiels en offres de marché en France soit près de 80 % de plus vs fin 2019
  • Mobilité électrique :
    • Plus de 100 000 points de charge déployés à fin 2020, soit 10 fois plus qu’à fin 2019 (Pod Point, Izivia, Dreev et Powerflex) et 5 000 points de smart charging installés par le Groupe
    • Izivia leader de la recharge publique en France avec 26 % de part de marché (9)
  • Succès clés de Dalkia : dynamique commerciale dans le développement des réseaux de chaleur renouvelable et des économies d’énergie dans tous les secteurs d’activité.
  • Hydrogène : premiers contrats remportés par Hynamics (Projet d’électrolyseur en Allemagne et station de production et distribution d’hydrogène vert en France)

 

Enedis au cœur de la transition énergétique

 

  • Linky : plus de 30 millions de compteurs communicants déployés, en ligne avec l’objectif 2021
  • Décision du Régulateur sur le nouveau tarif TURPE 6 qui entrera en vigueur au 1er août 2021 pour une durée de 4 ans : confirmation de la stabilité du modèle de rémunération

 

Succès à l’international

 

  • Construction du barrage de Nachtigal au Cameroun : environ 37 % des travaux de génie civil achevés
  • Off-Grid : développement en Afrique avec la vente de kits solaires, de pompes à eau solaires et l’installation de micro-grids (+ de 250 000 clients équipés fin 2020)

 

             
             
             

Objectifs 2021 et perspectives moyen terme

Sous réserve des impacts d’un nouveau resserrement des restrictions sanitaires

 

 

 


Objectifs 2021 (1)
 

EBITDA (10) :                                                                                                                     > 17 Mds€

Endettement financier net / EBITDA (10) :                                                                   < 3x en 2021

 


 


Ambitions 2022 (1) 
Réduction des charges opérationnelles (11) :                                          500 M€ entre 2019 et 2022

 

Cessions Groupe 2020-2022 (12) :                                                                                          ~ 3 Mds€

 

Endettement financier net / EBITDA (10) :                                                                         ~ 3x en 2022

 

Dividende                            Taux de distribution cible du Résultat net courant 2021 et 2022 (13) :                                   45 - 50 %
                                                                                        État engagé à opter pour un paiement en actions du dividende relatif à l’exercice 2021

Le Conseil d’administration d’EDF, réuni le 17 février 2021 sous la présidence de Jean-Bernard Lévy, a arrêté les comptes consolidés clos le 31 décembre 2020.

Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF a déclaré :

« La crise sanitaire a démontré la résilience du groupe EDF tant sur le plan opérationnel que financier. Malgré une récession historique, nous délivrons des résultats financiers solides. L’impact de la crise sur nos comptes est limité, attestant de la solidité des fondamentaux du Groupe. La poursuite du déploiement de notre stratégie CAP 2030 nous a valu des succès majeurs et une accélération notable dans les énergies renouvelables. 2020 restera l’année de l’adoption de notre Raison d’Etre et d’engagements climatiques ambitieux qui nous mettent sur la voie de la neutralité carbone.»



Résultats du groupe EDF

(en millions d’euros)  2019 (1) retraité 2020 Variation
(%)
Variation organique
(%)
Chiffre d’affaires 71 347 69 031 - 3,2 - 3,4
EBITDA 16 723 16 174 - 3,3 - 2,7
EBIT 6 757 3 875 - 42,7  
Résultat net part du Groupe 5 155   650 - 87,4  
Résultat net courant (4) 3 871 1 969 - 49,1  

EBITDA du groupe EDF

(en millions d’euros)  2019 (1) retraité  2020 Variation organique (%)
France – Activités de production et commercialisation 7 615 7 412 - 2,7
France – Activités régulées 5 101 5 206 + 2,1
EDF Renouvelables 1 193 848 - 23,0
Dalkia 349 290 - 17,5
Framatome 256 271 + 4,7
Royaume-Uni 772 823 + 9,8
Italie 593 683 + 8,4
Autre international 339 380 + 20,9
Autres métiers 505 261 - 44,8
Total Groupe 16 723 16 174 - 2,7


Mobilisation du Groupe et continuité de service pendant la crise sanitaire

EDF a mis en place des dispositifs robustes pour assurer toutes ses activités critiques dans les pays où il est implanté. Il a mis en œuvre des protocoles sanitaires stricts afin de protéger ses collaborateurs et ses sous-traitants et a organisé un déploiement très large du travail à distance. Le Groupe a également été solidaire de ses parties prenantes, notamment en accélérant les paiements à ses fournisseurs TPE et PME en France lors de la première période d’état d’urgence sanitaire et en octroyant des facilités de paiement aux clients PME en France.

Effets de la crise sanitaire et mise en place d’un plan de réduction de coûts et de cessions

L’effet de la crise sanitaire, qui a pesé sur l’EBITDA, s’élève à un montant estimé à - 1,5 milliard d’euros (2), en lien principalement avec le nucléaire en France (- 0,7 milliard d’euros), avec la baisse de la demande associée à un ralentissement des chantiers et des activités de services auprès des clients (- 0,6 milliard d’euros), ainsi qu’avec la baisse des volumes distribués et des travaux de raccordement affectant les activités de distribution
(- 0,2 milliard d’euros).

Pour compenser les impacts de la crise sanitaire sur la situation financière du Groupe, un plan d’économies et de cessions a été lancé avec une cible de 500 millions d’euros de réduction des charges opérationnelles (3) en 2022 par rapport à 2019 et d’environ 3 milliards d’euros de cessions sur la période 2020 à 2022. A fin 2020, 221 millions d’euros de réduction des coûts ont été réalisés et environ 0,5 milliard d’euros de cessions (4) d’actifs ont été signés ou réalisés.


Performance opérationnelle

La production nucléaire en France s’établit à 335,4 TWh, en baisse de 44,1 TWh par rapport à 2019, dont environ 33 TWh (5) en lien avec la crise sanitaire. Cette dernière a, d’une part, rallongé la durée des arrêts du fait de la mise en place des protocoles sanitaires et, d’autre part, imposé une réorganisation complète du planning d’arrêts. Par ailleurs, l’année 2020 a été marquée par la prolongation des arrêts de Flamanville 1 et 2 et de Paluel 2. Les deux réacteurs de Fessenheim ont fait l’objet d’une mise à l’arrêt définitif en 2020 suite à la décision de fermeture anticipée de la centrale par le Gouvernement français (6). Ce dernier a adopté par décret du 21 avril 2020 la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).
La production hydraulique en France s’élève à 44,7 TWh (7), en hausse de 12,6 % (+ 5,0 TWh) par rapport à 2019. Le niveau de remplissage du lac France (8) à fin 2020 se situe à 73 %, soit un niveau très supérieur à la moyenne historique (soit +10,2 points).

Au Royaume-Uni, la production nucléaire s’est établie en 2020 à 45,7 TWh, en retrait de 5,3 TWh (9) par rapport à 2019. Ce recul s’explique principalement par l’arrêt pour inspection graphite d’Hinkley Point B. Les réacteurs d’Hunterston B ont redémarré en septembre et Dungeness B est toujours à l’arrêt à ce jour.

En Belgique, la production éolienne est en augmentation grâce au développement de la capacité installée et à des conditions de vents favorables.
La production d’EDF Renouvelables s’élève à 15,4 TWh (+ 6,3 % en organique) en lien avec les mises en service en 2019 (aux États-Unis, au Canada, en Inde et en France) et en 2020 (en France, en Israël et au Brésil).

Les capacités brutes en construction (10) des renouvelables Groupe s’élèvent fin 2020 au niveau record de 8,0 GW dont 2,5 GW d’éolien terrestre, 1,6 GW d’éolien en mer et 3,9 GW de solaire. Le portefeuille de projets (6), (11) s’élève à 60 GW bruts fin 2020, un niveau significatif permettant de soutenir la croissance future.

Dalkia poursuit sa dynamique commerciale dans le développement des réseaux de chaleur renouvelable et des économies d’énergie dans tous les secteurs d’activité.

La croissance dans les services et dans les activités bas-carbone se concrétise notamment dans le secteur de la mobilité électrique grâce à l’acquisition de Pod Point qui représente près de 90 000 points de charge à fin 2020, et environ 35 000 points de charge déployés durant l’année 2020.

Le groupe EDF, via sa filiale Hynamics, a également remporté ses premiers contrats commerciaux dans le secteur de l’hydrogène. Il s’agit de l’installation d’une station de production et de distribution d’hydrogène vert par électrolyse, afin d’alimenter les bus d’un réseau de transport urbain en France et d’un projet d’électrolyseur de 30 MW en Allemagne (production d’hydrogène à partir d'énergie éolienne offshore pour une raffinerie).


EBITDA – Résultat Net

L’EBITDA 2020 est en baisse organique de 2,7 %. Cette évolution reflète d’une part un effet conjoncturel lié à une diminution des opérations de « Développement-Vente d’Actifs Structurés » (12) suite à une année 2019 exceptionnelle marquée par la cession du parc écossais NnG (sans équivalent 2020), et d’autre part le recul de la production nucléaire (hors Covid) en France et au Royaume-Uni. En revanche, l’EBITDA a bénéficié de meilleures conditions de prix au Royaume-Uni et en France ainsi que de meilleures conditions hydrologiques.
Hors effet de la crise sanitaire décrit plus haut, l’EBITDA serait en croissance organique de 6,2 %.

L’EBIT est en recul de - 2 882 millions. Cette évolution s’explique principalement par l’augmentation des dotations aux amortissements liée notamment avec les mises en service du parc nucléaire, et par l’impact négatif de la volatilité des commodités en lien avec les opérations portées par EDF Trading et les positions sur le gaz chez Edison.

Le résultat financier représente une charge de 2 582 millions d’euros en 2020, en dégradation de 2 218 millions d’euros par rapport à 2019. Deux effets principaux expliquent cette évolution :

  • Le premier effet est lié à la variation de juste valeur du portefeuille des actifs dédiés. Celle-ci s’établit à 1 218 millions d’euros grâce à la bonne performance des marchés actions et obligations pendant la crise sanitaire. Cette performance est toutefois moindre qu’en 2019 (2 545 millions d’euros soit -1 327 millions d’euros), qui avait été une année exceptionnelle. Pour rappel, cette variation de juste valeur n’est pas intégrée dans le calcul du résultat net courant.
  • Le deuxième effet est constitué de l’augmentation des charges de désactualisation des provisions nucléaires en France (572 millions d’euros), essentiellement liée à une baisse du taux d’actualisation de 20 points de base en 2020 contre 10 points de base en 2019.

Le résultat net courant s’établit à 1 969 millions d’euros à fin 2020, en baisse de 1 902 millions d’euros par rapport à 2019. Cette évolution reflète la baisse de l’EBITDA, la hausse des amortissements et la dégradation du résultat financier courant (- 755 millions d’euros).

Le résultat net part du Groupe s’élève à 650 millions d’euros en 2020, soit un recul de 4 505 millions d’euros. Outre la baisse du résultat net courant, des éléments non récurrents significatifs viennent affecter le résultat. En effet, au-delà de la variation de juste valeur des instruments financiers décrite plus haut (873 millions d’euros nets d’impôts soit une variation de - 907 millions nets d’impôts par rapport à 2019), le Groupe a constaté des éléments négatifs exceptionnels à hauteur de 928 millions d’euros nets d’impôts en lien avec des contentieux fiscaux en France, un changement défavorable du taux d’imposition au Royaume Uni, et des surcoûts exceptionnels liés à la reprise des soudures de traversée de Flamanville 3.


Dividende proposé au titre de 2020 : 0,21 euro par action, soit un taux de distribution
de 45 %, avec option de paiement en actions nouvelles

Le Conseil d’administration d’EDF du 17 février 2021 a décidé de proposer à l’Assemblée générale ordinaire qui sera convoquée pour approuver les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2020 et qui se tiendra le 6 mai 2021 (ci-après « l’Assemblée générale ») le versement d’un dividende de 0,21 euro par action au titre de l’exercice 2020, correspondant à 45 % de taux de distribution du résultat net courant (13).

Sous réserve de l’approbation de l’Assemblée générale, conformément à l’article L. 232-18 du Code de commerce et à l’article 25 des statuts de la Société, le Conseil d’administration d’EDF du 17 février 2021 a décidé de proposer à chaque actionnaire la possibilité d’opter pour le paiement en actions nouvelles de la Société du dividende à distribuer au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2020. En cas d’exercice de l’option, les actions nouvelles seront émises à un prix égal à 90 % de la moyenne des premiers cours côtés de l’action EDF sur le marché réglementé d’Euronext Paris lors des vingt séances de bourse précédant le jour de l’Assemblée générale, diminuée du montant du dividende à distribuer au titre de l’exercice 2020, le tout arrondi au centime d’euro supérieur.

Le Conseil d'administration d’EDF du 17 février 2021 a fixé les modalités de règlement du dividende au titre de l’exercice 2020 qui seront proposées au vote des actionnaires lors de l’Assemblée générale :

  • détachement des dividendes (ordinaire et majoré) le 12 mai 2021 ;
  • période d'exercice de l'option de paiement en actions nouvelles du 14 mai au 1er juin 2021 inclus ;
  • mise en paiement du dividende et règlement-livraison des actions le 7 juin 2021.

Á défaut d’avoir exercé l’option de paiement en actions nouvelles entre le 14 mai et le 1er juin 2021 inclus, l’actionnaire recevra en numéraire le dividende à la date de sa mise en paiement, soit le 7 juin 2021.

L’État s’est engagé à opter pour un paiement en actions du dividende relatif à l’exercice 2020.


Cash-flow et endettement financier net

L’Ebitda cash est en progression de 1 709 millions d’euros. Cette croissance est toutefois affectée par une dégradation de la variation de Besoin en Fonds de Roulement entre 2019 et 2020 (- 2 154 millions d’euros). Cet écart s’explique notamment par la hausse des stocks (certificats de capacité et certificats d’économie d’énergie) pour un montant de 898 millions d’euros et par la hausse des appels de marge de l’activité optimisation/trading (1 235 millions d’euros).

Le cash-flow généré par les opérations (14) s’établit à 3 236 millions d’euros, en baisse de 902 millions d’euros par rapport à fin 2019.

Les investissements nets totaux (15), y compris HPC et Linky, s’élèvent à 14 145 millions d’euros, globalement stables par rapport à 2019.
Le cash-flow Groupe s’établit à - 2 709 millions d’euros en 2020 (contre - 825 millions d’euros à fin 2019).

  31/12/2019 31/12/2020
Endettement financier net (16) (en milliards d'euros) 41,1 42,3
Endettement financier net / EBITDA (17) 2,46x 2,61x

L’endettement financier net du Groupe s’élève à 42 290 millions d’euros à fin décembre 2020. Le ratio d’endettement financier net rapporté à l’EBITDA s’établit à 2,61x, soit un niveau conforme à l’objectif d’être inférieur à 3x.


Principaux résultats du Groupe par segment

France – Activités de production et commercialisation 

 

(en millions d'euros)
2019  2020 Variation organique (%)
Chiffre d’affaires (18) 27 870 28 361 + 0,7
EBITDA 7 615 7 412 - 2,7

Le chiffre d’affaires 2020 du segment France - Activités de production et commercialisation s’élève à 28 361 millions d’euros, en hausse organique de  0,7 % par rapport à 2019.

L’EBITDA est en baisse organique de 2,7 % par rapport à 2019 et s’élève à 7 412 millions d’euros.

Au global, la crise sanitaire affecte l’EBITDA du segment France - Activités de production et commercialisation pour un montant estimé à - 872 millions d’euros (19) en lien avec la moindre production nucléaire (environ - 33 TWh soit environ - 0,6 milliard d’euros), la baisse de la consommation (environ - 8 TWh soit environ - 0,2 milliard d’euros) et l’augmentation estimée des créances clients irrécouvrables (environ - 0,1 milliard d’euros).

Hors effet de la crise sanitaire, l’EBITDA serait en croissance de + 8,8 %.

La baisse de production nucléaire de - 11 TWh hors effet Covid provient de l’arrêt définitif de Fessenheim, des prolongations d’arrêts sur Flamanville 1 et 2 et Paluel 2, minorées des reports d’arrêts pour garantir la couverture de la demande (+14 TWh). La production hydraulique est, quant à elle, en augmentation de 5,1 TWh après déduction du pompage. L’effet net de la production nucléaire hors Covid et de la production hydraulique est estimé à - 209 millions d’euros.

Les prix de l’énergie ont un effet positif pour un montant estimé à 748 millions d’euros du fait des hausses tarifaires (20) de juin 2019 et de février 2020 (cette dernière intégrant la moitié du rattrapage tarifaire de 2019).

L’EBITDA bénéficie par ailleurs de l’augmentation des revenus de capacité. En effet, conformément aux règles de mise aux enchères des capacités, RTE a procédé en 2020 à des enchères sur les années 2021 et 2022 pour des volumes équivalents, ce qui a conduit à enregistrer en 2020 deux années de revenu au titre de ces enchères. Par ailleurs, l'année 2020 a été marquée par une hausse des prix de la capacité sur les années 2020 et suivantes. Cette hausse s’explique principalement par la diminution de la disponibilité du parc à cet horizon dans le contexte lié à la crise Covid-19.

Les charges opérationnelles (21) ont diminué de 148 millions d’euros, soit - 2,2 %, en partie liée à la baisse des effectifs.


France – Activités régulées (22)

 

(en millions d’euros)
2019 2020 Variation organique (%)
Chiffre d’affaires (23) 16 087 16 228 + 0,9
EBITDA 5 101 5 206 + 2,1

Le chiffre d’affaires 2020 du segment France - Activités régulées s’élève à 16 228 millions d’euros, en hausse organique de 0,9 % par rapport à 2019.

L’EBITDA s’élève à 5 206 millions d’euros, en hausse organique de 2,1 % par rapport à 2019 malgré la crise.

L’évolution des prix a un effet positif de + 391 millions d’euros en lien principalement avec l’évolution des indexations du TURPE 5 (24) distribution et transport intervenues au 1er août 2019 et 2020.

Le climat doux générant de moindres volumes distribués a eu un effet défavorable estimé à - 151 millions d’euros (soit - 6,8 TWh). Par ailleurs, les conséquences des aléas climatiques sont moindres en 2020 comparé à 2019 (+ 57 millions d’euros).

La baisse des volumes distribués (environ - 8,4 TWh hors effet climat) et le ralentissement des prestations de raccordement au réseau reflètent l’impact de la crise sanitaire sur l’activité. Celui-ci est estimé au total à
- 237 millions d’euros (25).

Hors effet de la crise sanitaire, l’EBITDA serait en croissance de + 6,7 %.


Énergies Renouvelables

EDF Renouvelables

(en millions d'euros) 2019 2020 Variation organique (%) (26)
Chiffre d'affaires (27) 1 565 1 582 + 7,6
EBITDA 1 193 848 - 23,0
dont EBITDA production 917 904 + 4,7

Le chiffre d’affaires 2020 du segment EDF Renouvelables s’élève à 1 582 millions d’euros, en hausse organique de 7,6 % par rapport à 2019.

L’EBITDA s’élève à 848 millions d’euros, en baisse organique de - 23,0 % par rapport à 2019.

Le niveau exceptionnel des opérations de « Développement-Vente d’Actifs Structurés » en 2019 est sans équivalent en 2020 et explique une baisse de l’EBITDA 2020 de 313 millions d’euros notamment du fait de la cession de 50 % du projet de parc éolien en mer écossais de Neart na Gaoithe (28) (NnG).

La croissance de la production et des activités Solaires distribuées & Exploitation Maintenance (principalement aux États-Unis) contribuent favorablement à l’EBITDA.

Les coûts de développement augmentent pour accompagner la croissance de l’activité et l’implantation dans de nouvelles zones.

Les effets de la crise sanitaire sont non significatifs pour les activités d’EDF Renouvelables.

Renouvelables Groupe (29)

(en millions d'euros) 2019 2020 Variation (%) Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (2), (4) 4 184 4 224 + 1,0 + 2,7
EBITDA (4) 2 166 1 862 - 14,0 - 12,3
Investissements nets (404) (1 311) x3,2  

L’EBITDA de l’ensemble des Renouvelables du Groupe s’élève à 1 862 millions d’euros en 2020, en baisse organique de - 12,3 % en raison de conditions de prix défavorables sur le marché spot, utilisés par convention (4) pour valoriser la production hydraulique en France (- 7,3 €/MWh). La production hydraulique (30) augmente de + 15,3 % par rapport à 2019 ainsi que la production renouvelable (+ 6,3 %).

Les investissements nets sont en augmentation en l’absence d’opération de cession significative.


Services Énergétiques

Dalkia

(en millions d'euros)       2019     2020 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (31) 4 281 4 212 - 9,3
EBITDA 349 290 - 17,5

Le chiffre d’affaires 2020 du segment Dalkia s’élève à 4 212 millions d’euros, en baisse organique de 9,3 % par rapport à 2019.

L’EBITDA atteint 290 millions d’euros, en baisse organique de 17,5 % par rapport à 2019.

La crise sanitaire a affecté l’EBITDA en raison notamment des fermetures de nombreux sites clients et du report de chantiers (montant estimé à - 40 millions d’euros (32)) principalement au premier semestre avec une bonne reprise des activités au second semestre. Dalkia est resté mobilisé tout au long de l’année aux côtés de ses clients pour assurer la continuité des services essentiels en particulier dans le secteur hospitalier.

Le plan de performance opérationnelle et la maîtrise des frais de structure permettent un renforcement de la compétitivité. La signature de nouveaux contrats et le renouvellement de contrats commerciaux existants ont aussi un effet favorable sur l’EBITDA. Ainsi, Dalkia a signé des contrats de performance énergétique notamment avec le centre hospitalier de Pontoise et avec Thales Alenia Space pour son site à Cannes. Ce dernier contrat constitue un exemple concret de décarbonation de l’industrie (45 % d’économie sur l’énergie dédiée à l’eau chaude et 980 tonnes de CO2 évitées chaque année).

En revanche, les difficultés ponctuelles rencontrées sur des contrats au Royaume-Uni pénalisent la performance financière.

Services Énergétiques Groupe (33)

(en millions d'euros)       2019    2020 Variation (%) Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (1)  5 788 5 541 - 4,3 - 6,2
EBITDA 431 318 - 26,2 - 23,9
Investissements nets (330) (438) + 33  

L’EBITDA des Services Énergétiques au niveau du Groupe s’élève à 318 millions d’euros en 2020, soit une baisse organique de - 23,9 % du fait de l’impact de la crise sanitaire sur les activités de Dalkia et d’Edison.

La hausse des investissements nets est portée principalement par l’acquisition de Pod Point au Royaume-Uni en 2020, malgré des reports de chantiers liés à la crise sanitaire. Le développement de Pod Point a été très significatif avec le déploiement d’environ 35 000 points de charge en 2020.


Framatome

(en millions d'euros)        2019   2020 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (34) 3 377 3 295 - 3,1
EBITDA (35) 527 534 + 0,8
EBITDA contributif groupe EDF 256 271 + 4,7

Le chiffre d’affaires 2020 de Framatome s’élève à 3 295 millions d’euros, en baisse organique de 3,1 % par rapport à 2019.

L’EBITDA de Framatome s’élève à 534 millions d’euros en 2020, soit une hausse organique de + 0,8 % malgré les effets de la crise sanitaire. La performance de Framatome permet une contribution à l’EBITDA du Groupe pour un montant de 271 millions d’euros, soit une hausse organique de près de 5 % par rapport à 2019.

La résilience des activités de fabrication d’assemblages de combustibles (en France, en Allemagne et aux États-Unis), ainsi qu’un meilleur mix produit de ventes qu’en 2019 permettent un rebond de l’EBITDA.

Cette croissance, associée à la poursuite du plan de réduction des coûts opérationnels et de structure, conforte les résultats de Framatome.

La crise sanitaire impacte principalement les activités de la « Base Installée » et « Projets et Fabrication de composants » pour un montant total estimé à - 47 millions d’euros (36).

Framatome développe son expertise en ingénierie et étend ses capacités dans le contrôle commande grâce à la signature avec Rolls-Royce d’un accord en vue de l’acquisition de son activité de contrôle-commande.


Royaume-Uni

(en millions d'euros)     2019   2020 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (37) 9 574 9 041 - 2,0
EBITDA 772 823 + 9,8

Au Royaume-Uni, le chiffre d’affaires 2020 s’élève à 9 041 millions d’euros, en baisse organique de 2,0 %.

L’EBITDA est en hausse et s’élève à 823 millions d’euros, soit + 9,8 % en variation organique malgré les effets de la crise sanitaire grâce à un effet prix positif.
La crise sanitaire a un impact négatif global sur l’EBITDA de -182 M€ principalement en lien avec la baisse des consommations des clients industriels et professionnels et l’augmentation des risques de recouvrement sur les créances commerciales. Hors effet de la crise sanitaire, l’EBITDA serait en croissance organique de + 33,4 %.
L’EBITDA est pénalisé par le recul de la production nucléaire (38) en 2020 du fait principalement de l’arrêt pour inspection graphite d’Hinkley Point B. La centrale d’Hunterston B a redémarré en septembre et Dungeness B est toujours à l’arrêt à ce jour. En revanche, l’EBITDA bénéficie de la hausse des prix réalisés du nucléaire (+10,3 £/MWh).
La marge du segment des clients résidentiels est en amélioration malgré un portefeuille en baisse, dans un contexte qui reste toujours très concurrentiel.


Italie

(en millions d'euros) 2019
retraité (39)
2020 Variation organique (%) (40)
Chiffre d'affaires (1) 7 597 5 967 - 21,7
EBITDA 593 683 + 8,4

En Italie, le chiffre d’affaires 2020 s’élève à 5 967 millions d’euros, en baisse organique de 21,7 % par rapport à 2019 principalement en raison de la baisse des prix de marché. L’EBITDA est en croissance organique de 8,4 % malgré les effets de la crise sanitaire et s’élève à 683 millions d’euros. La bonne résilience face à la crise Covid est essentiellement liée à la forte intégration amont/aval de l’activité en Italie, avec une flexibilité importante sur l’amont qui a permis de compenser les impacts du Covid concentrés sur l’aval.

Dans les activités électricité, l’EBITDA est en progression grâce à une meilleure contribution de la production renouvelable (hydraulique et éolienne) et la performance des services rendus au système électrique en lien notamment avec une bonne optimisation de la flexibilité du parc.

Dans les activités gaz, l’EBITDA bénéficie d’une meilleure optimisation grâce à la flexibilité des contrats d’approvisionnement par gazoduc dans un contexte de volatilité.

Les activités de commercialisation bénéficient d’une amélioration des marges sur les ventes d’électricité pour les clients résidentiels et industriels et de la progression des services aux clients résidentiels. En revanche, le climat doux en début d’année a eu un effet défavorable sur les marges gaz.

La crise sanitaire affecte l’EBITDA de l’Italie pour un montant estimé à - 60 millions d’euros principalement en raison de la baisse de la demande des clients industriels (gaz, électricité et services).

La cession de la majeure partie des activités d’Exploration & Production (E&P) d’hydrocarbures, hors Algérie et Norvège, et la cession prochaine des activités E&P en Norvège (41) suite à la signature fin décembre 2020 d’un accord permettent un recentrage sur les activités stratégiques.


Autre international

(en millions d'euros) 2019 2020 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (42) 2 690 2 420 - 5,1
EBITDA 339 380 + 20,9
Dont Belgique 206 247 + 18,9
Dont Brésil 126 115 + 16,7

Le chiffre d’affaires du segment Autre international s’élève à 2 420 millions d’euros en 2020, en baisse organique de 5,1 % par rapport à 2019. L’EBITDA est en hausse organique de 20,9 %, à 380 millions d’euros.

En Belgique (43), l’EBITDA est en croissance organique (+ 18,9 %). La croissance de l’EBITDA est portée par une meilleure production du parc nucléaire et par des conditions de prix plus favorables qu’en 2019. L’année 2020 bénéficie aussi d’une bonne performance de la production des parcs éoliens (+ 26 %), grâce à des conditions de vent favorables et au développement de la capacité installée. La capacité éolienne nette installée atteint 548 MW (44), soit + 13,5 % par rapport à fin 2019. La crise sanitaire a un impact défavorable estimé à - 26 millions d’euros en lien avec la baisse de la consommation et des activités de services et des risques de recouvrement sur les créances commerciales. Luminus poursuit sa stratégie de développement en Belgique avec la signature d’un accord en vue de l’acquisition d’Essent Belgium (45) (un portefeuille d’environ 330 000 clients).

Au Brésil, l’EBITDA est en augmentation organique (+ 16,7 %) principalement en lien avec la réévaluation en 2019 et 2020 du prix du Power Purchase Agreement (PPA) attaché à la centrale d’EDF Norte Fluminense. Cette évolution est pénalisée par un effet change défavorable (dépréciation du Réal Brésilien face à l’Euro). L’effet de la crise sanitaire au Brésil est non significatif, compte tenu des activités du Groupe dans ce pays


Autres métiers

(en millions d'euros) 2019 2020 Variation organique (%)
Chiffre d'affaires (46) 2 728 2 127 - 20,8
EBITDA 505 261 - 44,8
Dont Activité gazière (333) (455) -36,6
Dont EDF Trading 733 633 -11,2

Le chiffre d’affaires du segment Autres métiers s’élève à 2 127 millions d’euros, en baisse organique de 20,8 % par rapport à 2019, notamment en raison de l’évolution du prix du gaz. L’EBITDA est en baisse organique de 44,8 %, à 261 millions d’euros.

L’activité gazière est affectée par une provision pour contrats onéreux enregistrée en raison principalement de la révision à la baisse des spreads Europe - Etats-Unis à moyen et long terme.

L’EBITDA d’EDF Trading s’élève à 633 millions d’euros, en baisse organique de - 11,2 % par rapport à une année 2019 exceptionnelle. Dans un contexte d’incertitudes liées à la crise et de volatilité, la performance des activités de trading reste soutenue générant un bon résultat 2020. L’EBITDA bénéficie aussi de l’accroissement des activités de couverture ainsi que des activités d’optimisation GNL. La crise sanitaire affecte de manière limitée la marge de trading.


Principaux faits marquants (47) postérieurs
à la communication du troisième trimestre 2020

Événements majeurs

  • Actualisation du projet Hinkley Point C (cf. CP du 27 janvier 2021).
  • Le groupe EDF a confirmé que sa production d’origine nucléaire en France a atteint un niveau très légèrement supérieur à 335 TWh en 2020 (cf. CP du 4 janvier 2021).
  • Le groupe EDF a revu à la hausse son objectif d'Ebitda pour 2020 (cf. CP du 16 décembre 2020).
  • Cinquième anniversaire de l'Accord de Paris : EDF a relevé son ambition et prend de nouveaux engagements pour le climat (cf. CP du 10 décembre 2020).

Participations, partenariats et projets d’investissements

EDF Renouvelables (48)

EDF Energy (49)

  • EDF a été désigné par l'Ofgem pour fournir les clients de Green Network Energy (cf. CP du 30 janvier 2021).
  • Hinkley Point B : La centrale nucléaire du Royaume-Uni commencera son démantèlement d'ici juillet 2022 (cf. CP du 19 novembre 2020).

Edison (50)

  • Edison a finalisé l'acquisition d'E2I et consolide son rôle de second opérateur éolien en Italie (cf. le communiqué de presse du 16 février 2021).
  • Edison a annoncé la signature de l'accord pour la vente d'Edison Norge à Sval Energi (cf. CP du 30 décembre 2020).

Luminus (51)
àLuminus et Essent ont signé un accord en vue de l’acquisition d'Essent Belgium par Luminus (cf. CP du 5 février 2021).

Autres événements


ANNEXES

Compte de résultat consolidé

(en millions d'euros)   2020 2019 (1)
Chiffre d’affaires   69 031 71 347
Achats de combustible et d’énergie   (32 425) (35 091)
Autres consommations externes (2)   (8 461) (8 625)
Charges de personnel   (13 957) (13 797)
Impôts et taxes   (3 797) (3 798)
Autres produits et charges opérationnels   5 783 6 687
Excédent brut d’exploitation   16 174 16 723
Variations nettes de juste valeur sur instruments dérivés énergie et matières premières hors activités de trading   (175) 642
Dotations aux amortissements (3)   (10 838) (10 020)
(Pertes de valeur)/reprises   (799) (403)
Autres produits et charges d’exploitation   (487) (185)
Résultat d’exploitation   3 875 6 757
Coût de l’endettement financier brut   (1 610) (1 806)
Effet de l’actualisation   (3 733) (3 161)
Autres produits et charges financiers   2 761 4 603
Résultat financier   (2 582) (364)
Résultat avant impôts des sociétés intégrées   1 293 6 393
Impôts sur les résultats   (945) (1 532)
Quote-part de résultat net des entreprises associées et des coentreprises   425 818
Résultat net des activités en cours de cession   (158) (497)
RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ   615 5 182
Dont résultat net - part du Groupe   650 5 155
Résultat net des activités poursuivies   804 5 639
Résultat net des activités en cours de cession   (154) (484)
Dont résultat net attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle   (35) 27
Activités poursuivies   (31) 40
Activités en cours de cession   (4) (13)
       
Résultat net part du Groupe par action en euros :      
Résultat par action   0,05 1,50
Résultat dilué par action   0,05 1,50
Résultat par action des activités poursuivies   0,10 1,67
Résultat dilué par action des activités poursuivies   0,10 1,67
  (1) En application de la norme IFRS 5, le résultat net des activités abandonnées est présenté sur la ligne distincte du compte de résultat « résultat net des activités en cours de cession » pour les exercices présentés.  
  (2) Les autres consommations externes sont nettes de la production stockée et immobilisée.  
  (3) Les dotations aux amortissements incluent les dotations nettes aux provisions pour renouvellement des immobilisations en concession.  


Bilan consolidé

ACTIF   31/12/2020 31/12/2019
(en millions d’euros)
Goodwill   10 265 10 623
Autres actifs incorporels   9 583 9 350
Immobilisations de production, autres immobilisations corporelles du domaine propre et actifs au titre du droit d’utilisation   92 600 89 099
Immobilisations en concessions de distribution publique d’électricité en France   60 352 58 413
Immobilisations en concessions des autres activités   6 858 6 860
Participations dans les entreprises associées et les coentreprises   6 794 6 414
Actifs financiers non courants   47 615 46 219
Autres débiteurs non courants   2 015 1 930
Impôts différés actifs   1 150 557
Actif non courant   237 232 229 465
Stocks   14 738 14 049
Clients et comptes rattachés   14 521 15 606
Actifs financiers courants   23 532 29 401
Actifs d’impôts courants   384 286
Autres débiteurs courants   6 918 6 881
Trésorerie et équivalents de trésorerie   6 270 3 934
Actif courant   66 363 70 157
Actifs liés aux actifs détenus en vue de leur vente   2 296 3 662
TOTAL DE L’ACTIF   305 891 303 284


CAPITAUX PROPRES ET PASSIF   31/12/2020 31/12/2019
(en millions d’euros)
Capital   1 550 1 552
Réserves et résultats consolidés   44 083 44 914
Capitaux propres part du Groupe   45 633 46 466
Intérêts attribuables aux participations ne donnant pas le contrôle   9 593 9 324
Total des capitaux propres   55 226 55 790
Provisions liées à la production nucléaire – Aval du cycle, déconstruction des centrales et derniers cœurs   58 333 55 583
Provisions pour avantages du personnel   22 130 20 539
Autres provisions   5 374 4 638
Provisions non courantes   85 837 80 760
Passifs spécifiques des concessions de distribution publique d’électricité en France   48 420 47 465
Passifs financiers non courants   55 899 57 002
Autres créditeurs non courants   4 874 4 928
Impôts différés passifs   3 115 2 295
Passif non courant   198 145 192 450
Provisions courantes   5 827 5 556
Fournisseurs et comptes rattachés   11 900 12 867
Passifs financiers courants   17 609 18 535
Dettes d’impôts courants   215 433
Autres créditeurs courants   16 861 16 610
Passif courant   52 412 54 001
Passifs liés aux actifs détenus en vue de leur vente   108 1 043
TOTAL DES CAPITAUX PROPRES ET DU PASSIF   305 891 303 284


Tableau de flux de trésorerie consolidé

(en millions d'euros)   2020 2019 (1)  
Opérations d'exploitation :        
Résultat net consolidé   615 5 182  
Résultat net des activités en cours de cession   (158) (497)  
Résultat net des activités poursuivies   773 5 679  
Pertes de valeur / (reprises)   799 403  
Amortissements, provisions et variations de juste valeur   13 310 8 358  
Produits et charges financiers   785 101  
Dividendes reçus des entreprises associées et des coentreprises   433 349  
Plus ou moins-values de cession   (185) (508)  
Impôt sur les résultats   945 1 532  
Quote-part du résultat net des entreprises associées et des coentreprises   (425) (818)  
Variation du besoin en fonds de roulement   (1 679) 475  
Flux de trésorerie nets générés par l'exploitation   14 756 15 571  
Frais financiers nets décaissés   (1 008) (802)  
Impôts sur le résultat payés   (983) (915)  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations d’exploitation poursuivies   12 765 13 854  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations d’exploitation en cours de cession   98 168  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations d’exploitation   12 863 14 022  
Opérations d'investissement :        
Investissements en titres de participation déduction faite de la trésorerie acquise   (126) (456)  
Cessions de titres de participation déduction faite de la trésorerie cédée   498 293  
Investissements incorporels et corporels   (16 007) (16 797)  
Produits de cessions d'immobilisations incorporelles et corporelles   54 94  
Variations d'actifs financiers   2 797 1 294  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations d'investissement poursuivies   (12 784) (15 572)  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations d'investissement en cours de cession   (104) (78)  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations d'investissement   (12 888) (15 650)  
Opérations de financement :        
Transactions avec les participations ne donnant pas le contrôle (2)   1 019 1 055  
Dividendes versés par EDF   - (58)  
Dividendes versés aux participations ne donnant pas le contrôle   (267) (155)  
Achats/ventes d’actions propres   5 (14)  
Flux de trésorerie avec les actionnaires   757 828  
Émissions d'emprunts   6 601 9 080  
Remboursements d'emprunts   (7 062) (6 976)  
Emissions de titres subordonnés à durée indéterminée (TSDI) et OCEANEs   2 243 493  
Rachats de titres subordonnés à durée indéterminée   - (1 280)  
Rémunérations versées aux porteurs de titres subordonnés à durée indéterminée   (501) (589)  
Participations reçues sur le financement d’immobilisations en concession et subventions d'investissements reçues   534 686  
Autres flux de trésorerie liés aux opérations de financement   1 815 1 414  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations de financement poursuivies   2 572 2 242  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations de financement en cours de cession   19 (19)  
Flux de trésorerie nets liés aux opérations de financement   2 591 2 223  
Flux de trésorerie des activités poursuivies   2 553 524  
Flux de trésorerie des activités en cours de cession   13 71  
Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie   2 566 595  
TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE À L’OUVERTURE   3 934 3 290  
Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie   2 566 595  
Variations de change   (162) (5)  
Produits financiers sur disponibilités et équivalents de trésorerie   35 17  
Autres variations non monétaires   (103) 37  
TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE À LA CLOTURE   6 270 3 934  
 
  1. Les données publiées au titre de l’exercice 2019 ont été retraitées de l’impact lié à la présentation de l’activité E&P.
  2. Apports par augmentations de capital, ou réductions de capital et acquisitions d’intérêts complémentaires ou cessions d’intérêts dans des sociétés contrôlées. Comprend en 2020, un montant de 998 millions d’euros relatif à la part versée par CGN au titre des augmentations de capital de NNB Holding Ltd. (pour le projet Hinkley Point C) et Sizewell C Holding Co.. Comprend en 2019, un montant de 967 millions d’euros relatif à la part versée par CGN au titre des augmentations de capital de NNB Holding Ltd. (pour le projet Hinkley Point C) et Sizewell C Holding Co..
 


Acteur majeur de la transition énergétique, le groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergie et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé sur l’énergie nucléaire, l’hydraulique, les énergies nouvelles renouvelables et le thermique. Le Groupe participe à la fourniture d’énergie et de services à environ 37,9 millions de clients (1), dont 28,1 millions en France. Il a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires consolidé de 69,0 milliards d’euros. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris.

(1)     Les clients sont décomptés depuis 2018 par site de livraison ; un client peut avoir deux points de livraison : un pour l’électricité et un autre pour le gaz.

Cette présentation ne constitue pas une offre de vente de valeurs mobilières aux États-Unis ou dans tout autre pays.
Aucune assurance ne peut être donnée quant à la pertinence, l’exhaustivité ou l’exactitude des informations ou opinions contenues dans cette présentation, et la responsabilité des dirigeants d’EDF ne saurait être engagée pour tout préjudice résultant de l’utilisation qui pourrait être faite de cette présentation ou de son contenu
Le présent document peut contenir des objectifs ou des prévisions concernant la stratégie, la situation financière ou les résultats du groupe EDF. EDF estime que ces prévisions ou objectifs reposent sur des hypothèses raisonnables à la date du présent document mais qui peuvent s’avérer inexactes et qui sont en tout état de cause soumises à des facteurs de risques et incertitudes. Il n’y a aucune certitude que les évènements prévus auront lieu ou que les résultats attendus seront effectivement obtenus. Les facteurs importants susceptibles d’entraîner des différences entre les résultats envisagés et ceux effectivement obtenus comprennent notamment la réussite des initiatives stratégiques, financières et opérationnelles d’EDF, l’évolution de l’environnement concurrentiel et du cadre réglementaire des marchés de l’énergie, et les risques et incertitudes concernant l’activité du Groupe, sa dimension internationale, l’environnement climatique, les fluctuations des prix des matières premières et des taux de change, les évolutions technologiques, l’évolution de l’activité économique et cette année, plus particulièrement les effets de la crise sanitaire et le rythme de reprise d’activité dans les différents pays où le Groupe est présent.
Des informations détaillées sur ces risques potentiels et incertitudes sont disponibles dans le Document d’Enregistrement Universel (URD) d’EDF déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers le 13 mars 2020 consultable en ligne sur le site internet de l’AMF à l’adresse www.amf-france.org ou celui d’EDF à l’adresse www.edf.fr [edf.fr], ainsi que dans le rapport financier semestriel au 30 juin 2020, consultable en ligne sur le site internet d’EDF.
EDF ne s’engage pas et n'a pas l'obligation de mettre à jour les informations de nature prévisionnelle contenues dans ce document pour refléter les faits et circonstances postérieurs à la date de cette présentation.

Ce communiqué de presse est certifié. Vérifiez son authenticité sur medias.edf.com

 
N’imprimez ce message que si vous en avez l’utilité.

 

 

EDF SA
22-30, avenue de Wagram
75382 Paris cedex 08
Capital de 1 549 961 789,50 euros
552 081 317 R.C.S. Paris

 

www.edf.fr
   

CONTACTS

 

Presse : +33(0) 1 40 42 46 37

 

Analystes et investisseurs : +33(0) 1 40 42 40 38

 





([1]) Les données publiées au titre de l’exercice 2019 (sauf EFN) ont été retraitées de l’impact lié au changement du périmètre de la cession de l’activité E&P d’Edison.


([2]) Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([3]) Somme des charges de personnel et des autres consommations externes. A périmètre, normes, taux de change et taux d’actualisation des retraites constants et hors inflation. Hors coûts des ventes des activités de services énergétiques, et des services d’ingénierie nucléaire de Framatome et de projets spécifiques tels que Jaitapur.


([4]) Cessions signées ou réalisées : impact sur le désendettement économique du Groupe. Tient compte en particulier des accords engageants de cession de l’activité E&P d’Edison Norge en Norvège signés le 30 décembre 2020 (finalisation prévue au 1er semestre 2021).


([5]) Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([6]) Aux termes du protocole signé entre EDF et l’État, un montant de 370 M€ a été reçu en 2020 au titre de versements initiaux correspondant à l’anticipation des dépenses liées à la fermeture de la centrale.


([7]) La production hydraulique après déduction de la consommation du pompage représente 33,4 TWh en 2019 et 38,5 TWh en 2020.


([8]) Taux de remplissage des retenues en énergie.


([9]) L’arrêt d’une des deux turbines de Sizewell B à la demande de National Grid entre mai et septembre 2020 a eu un impact défavorable de 2,1 TWh sur la production 2020. Cette perte a été financièrement compensée par National Grid.


([10]) Capacités éoliennes et solaires.


([11]) Pipeline hors capacités en construction. À compter de 2020, l'intégralité des projets en prospection est intégrée dans le portefeuille.


([12]) L’essentiel du montant 2019 est lié à la cession de 50 % du projet de parc éolien en mer écossais de Neart na Gaoithe (NnG) à la compagnie d’électricité irlandaise ESB.


([13]) Ajusté de la rémunération des émissions hybrides comptabilisée en fonds propres.


([14]) Le cash-flow généré par les opérations ne constitue pas un agrégat défini par les normes IFRS comme élément de mesure de la performance financière et ne peut pas être comparé aux indicateurs ainsi dénommés par d’autres entreprises. Cet indicateur, appelé également Funds From Operations (FFO), comprend les flux de trésorerie nets générés par l’exploitation, la variation du besoin en fonds de roulement corrigés, le cas échéant, d’effets non récurrents, les investissements nets (hors cessions 2019-2020, Hinkley Point C et Linky), ainsi que d’autres éléments dont les dividendes reçus des entreprises associées et des coentreprises.


([15]) Les investissements nets correspondent aux investissements opérationnels et aux investissements financiers de croissance, nets des cessions. Ils incluent également les dettes nettes acquises ou cédées lors d’acquisitions ou de cessions de titres, les subventions d’investissements acquises ainsi que les participations de tiers. Ils ne comprennent pas les cessions  du plan 2019-2020


([16]) L’endettement financier net n’est pas défini par les normes comptables et n’apparaît pas en lecture directe dans le bilan consolidé du Groupe. Il correspond aux emprunts et dettes financières diminués de la trésorerie et des équivalents de trésorerie ainsi que des actifs liquides. Les actifs liquides sont des actifs financiers composés de fonds ou de titres de maturité initiale supérieure à trois mois, facilement convertibles en trésorerie, et gérés dans le cadre d’un objectif de liquidité.


([17]) Les données publiées au titre de l’exercice 2019 (sauf EFN) ont été retraitées de l’impact lié au changement du périmètre de la cession de l’activité E&P.


([18]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([19]) Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([20]) Evolution tarifaire de +7,7 % HT au 1er juin 2019 et +3,0 % HT au 1er février 2020 (incluant la moitié du rattrapage tarifaire).


([21]) Somme des charges de personnel et des autres consommations externes. A périmètre, normes, taux de change et taux d’actualisation des retraites constants. Hors coûts des ventes des activités de services.


([22]) Activités régulées comprenant Enedis, Électricité de Strasbourg et les activités insulaires.


([23]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([24]) Indexation TURPE 5 Distribution de +3,04% et +2,75% et du TURPE 5 Transport de +2,16 % et -1,08% respectivement au 1er août 2019 et au 1er août 2020.


([25]) Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([26]) L’écart entre la croissance faciale et la croissance organique est lié à des transferts intra-groupes.


([27]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([28]) La plus-value enregistrée comprend aussi la réévaluation des titres conservés suite à la perte de contrôle de la société.


  • [29]) Pour les activités de production électrique d’origine renouvelable optimisées au sein d’un portefeuille d’actifs de production plus large, en particulier s’agissant du parc hydraulique France, le chiffre d’affaires et l’EBITDA sont estimés, par convention, comme la valorisation de la production réalisée au prix de marché (ou au tarif d’obligation d’achat), sans tenir compte des effets des couvertures, et tiennent compte de la valorisation de la capacité le cas échéant.
     

([30]) Production après déduction de la consommation du pompage


  • [31]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.
     
     
  • [33]) Les Services énergétiques Groupe comprennent Dalkia, Citelum, CHAM, Sowee, IZI Solutions, Izivia et les activités services d’EDF Energy, Edison, Luminus et EDF SA. Il s’agit notamment d’activités d’éclairage urbain, de réseaux de chaleur, de production décentralisée bas carbone à partir des ressources locales, de pilotage des consommations et de mobilité électrique.

([32]) Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([34]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([35]) Ventilation de l’EBITDA aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([36]) Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([37]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([38]) L’arrêt d’une des deux turbines de Sizewell B à la demande de National Grid entre mai et septembre 2020 a eu un impact défavorable de 2,1 TWh sur la production 2020. Cette perte a été financièrement compensée par National Grid.


 ([39]) Les données publiées au titre de l’exercice 2019 ont été retraitées de l’impact lié au changement de la présentation de l’activité E&P en activité en cours de cession.


([40]) L’écart entre la croissance faciale et la croissance organique est lié à des transferts intra-groupes.


([41]) Voir le communiqué de presse d’Edison du 30 décembre 2020.


([42]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([43]) Luminus et EDF Belgium.


([44]) Capacité nette aux bornes de Luminus. La capacité brute éolienne installée s’élève à 588 MW à fin décembre 2020 (+ 13,3 %).


([45]) Cf. communique de presse du 5 février 2021.


([46]) Ventilation du chiffre d’affaires aux bornes des segments, avant élimination des inter-segments.


([47]) La liste exhaustive des communiqués de presse est disponible sur le site internet : www.edf.fr


([48]) La liste exhaustive des communiqués de presse d’EDF Renouvelables est disponible sur le site internet : www.edf-renouvelables.com


([49]) La liste exhaustive des communiqués de presse d’EDF Energy est disponible sur le site internet : www.edfenergy.com


([50]) La liste exhaustive des communiqués de presse d’Edison est disponible sur le site internet : www.edison.it


([51]) La liste exhaustive des communiqués de presse de Luminus est disponible sur le site internet : www.luminus.be





([1])  Sous réserve des impacts d’un nouveau resserrement des restrictions sanitaires.


([2])  Variation organique à périmètre, normes et change comparables.


([3])  Chiffres estimés. Voir note 1.4. « Comparabilité des exercices (dont effets de la crise sanitaire) » des états financiers audités du Groupe au 31.12.2020.


([4])  Le résultat net courant n’est pas défini par les normes IFRS. Il correspond au résultat net hors éléments non récurrents, hors variations nettes de juste valeur sur instruments dérivés énergie et matières premières, hors activités de trading et hors variations nettes de juste valeur de titres de dettes et de capitaux propres nets d’impôts.


([5])  Capacités éoliennes, solaires.


([6])  Capacités ENR (y compris capacités hydrauliques).


([7])  Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité.


([8])  Cf. communiqué de presse du 27 janvier 2021.


([9])  Source étude Elexent.


 ([10]) Sur la base du périmètre, des taux de change au 01.01.2021.


([11]) Somme des charges de personnel et des autres consommations externes. A périmètre, normes, taux de change et taux d’actualisation des retraites constants et hors inflation. Hors coûts des ventes des activités de services énergétiques et des services d’ingénierie nucléaire de Framatome, et de projets spécifiques tels que Jaitapur.


([12]) Cessions signées ou réalisées : impact sur le désendettement économique du Groupe.


([13]) Taux de distribution du résultat net courant ajusté de la rémunération des emprunts hybrides comptabilisée en fonds propres.


 

Pièce jointe