Company Announcements

CREDIT AGRICOLE SA : Résultats T3 2022 - Revenus en hausse, rentabilité très élevée, bilan et capital solides

Source: OMX
CREDIT AGRICOLE SA : Résultats T3 2022 - Revenus en hausse, rentabilité très élevée, bilan et capital solides
Revenus en hausse, rentabilité très élevée, bilan et capital solides

 

 
DONNÉES PUBLIÉES ET SOUS-JACENTES GCA ET CASA 9M-2022
           
  CRÉDIT AGRICOLE S.A.   GROUPE CRÉDIT AGRICOLE
    Publié   Sous-jacent     Publié   Sous-jacent
Revenus   17 832 m€
+5,9% 9M/9M
  17 701 m€
+4,9% 9M/9M
    28 728 m€
+5,1% 9M/9M
  28 186 m€
+3,1% 9M/9M
Charges hors FRU   - 10 371 m€
+6,8% 9M/9M
  - 10 281 m€
+6,4% 9M/9M
    - 17 486 m€
+6,0% 9M/9M
  - 17 396 m€
+5,8% 9M/9M
Résultat Brut d’Exploitation   6 814 m€
+1,1% 9M/9M
  6 773 m€
+1,2% 9M/9M
    10 440 m€
+0,9% 9M/9M
  9 987 m€
-2,5% 9M/9M
Coût du risque   - 1 303 m€

+40,3% 9M/9M
  -1 108 m€
+22,6% 9M/9M
    -2 140 m€
+51,8% 9M/9M
  -1 945 m€
+40,4% 9M/9M
RNPG   3 880 m€
-12,1% 9M/9M
  3 937 m€
-0,6% 9M/9M
    6 104 m€
-9,5% 9M/9M
  5 856 m€
-5,6% 9M/9M
Coex (hors FRU)   58,2%
+0,5 pp 9M/9M
  58,1%
+0,8 pp 9M/9M
    60,9%
+0,5 pp 9M/9M
  61,7%
+1,6 pp 9M/9M
CONTEXTE DE MARCHE EXCEPTIONNEL

  • Taux swap 10 ans +280 pb sur 9M, retour de la volatilité de marché au niveau 2008
 

REVENUS SOUS-JACENTS T3 AU PLUS HAUT (+0,9% T3/T3, après +7,6% T3-21/T3-20, +4,9% 9M/9M)

  • 1,5 million de nouveaux clients 9M-22
  • Production soutenue en crédit entreprises (+15,4% T3/T3), crédit conso (+12,6%), leasing (+15,5%), production habitat (-3,1% vs marché -27%)
  • Activité soutenue dans les pôles GEA et PGC : gestion active MLT (collecte +1,1 Md€ Amundi hors JV), assurance dommages (chiffre d’affaires +6,7%1 T3/T3), protection des personnes (+7,4%1 T3/T3), banque de financement (PNB +12,6% T3/T3, +4,4% à cc.)
 

EXCELLENTE EFFICACITE OPERATIONNELLE

  • Coefficient d’exploitation2 9M-22 58,1%, inférieur à la cible PMT, inférieur de 5pp à la moyenne de 10 banques européennes depuis 5 ans
 

RESULTAT SOUS-JACENT +20,6% vs niveau pré-crise 9M-2019

  • Coût du risque +35,5% T3 vs un T3-21 très bas. Retour à la moyenne trimestrielle 2019.
 

RENTABILITE PARMI LES MEILLEURES D’EUROPE

  • RoTE sous-jacent 9M-22 12,5%3, > de 2,5 pp à la moyenne de 10 grandes banques EU
 

 
BILAN SOLIDE, CET1 A LA CIBLE MALGRE LA HAUSSE DES TAUX  
             
  CRÉDIT AGRICOLE S.A.   GROUPE CRÉDIT AGRICOLE  
CET1 phasé   11%   -30 pb sept/juin     17,2%   -30 pb sept/juin  
    +3,1 pp > SREP, malgré la hausse rapide des taux en 2022     +8,3 pp > SREP  
    Provision pour dividende 9M-22 0,58€/action     19,6 Mds€ de provisions GCA taux de couverture 86,9%, meilleur parmi les plus grandes banques européens

CACEIS : deviendrait #1 européen en AuA et #2 en AuC, après l’acquisition des activités services aux investisseurs Europe de RBC.

POURSUITE DU DEPLOIEMENT DU PLAN MOYEN TERME

  • Déploiement d’offres de mobilité durable (LOA à partir de 100€/mois en France), en amont de l’entrée en vigueur au 1er semestre 2023 du partenariat exclusif avec Stellantis sur la LLD
  • Engagement sociétal : Moody’s ESG solutions 67/100/A1+, top 3/68 banques mondiales; ISS-ESG : C+/Prime. Workshop climat Crédit Agricole S.A. le 6 déc 2022

A l’occasion du conseil d’administration de Crédit Agricole S.A. du 9 novembre 2022, la SAS Rue La Boétie a informé la société de son intention de procéder à l’achat sur le marché d’actions Crédit Agricole S.A. pour un montant maximum d’un milliard d’euros et sans intention d’accroître sa participation au-delà de 65% du capital de Crédit Agricole S.A. Les détails de l’opération sont précisés dans un communiqué de presse émis ce jour par la SAS Rue La Boétie.

 

Dominique Lefebvre,
Président de la SAS Rue La Boétie et Président du Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A.

 

« Porté par des résultats solides, le Groupe poursuit son engagement dans les transitions pour tous en déployant à l'échelle des initiatives concrètes pour rénover les logements, faciliter l’accès aux mobilités vertes, et soutenir massivement les énergies renouvelables.»

 
 
Philippe Brassac,
Directeur général de Crédit Agricole S.A.

 

« Notre bonne dynamique commerciale conforte nos très bons niveaux de rentabilité, de solidité et d’efficacité opérationnelle, parmi les meilleurs des banques européennes. Autant d’atouts pour poursuivre notre PMT 2025 et amplifier notre accompagnement de nos clients et de la société. »
 

Ce communiqué de presse commente les résultats de Crédit Agricole S.A. ainsi que ceux du Groupe Crédit Agricole, qui regroupe les entités de Crédit Agricole S.A. et les Caisses régionales du Crédit Agricole, lesquelles détiennent 56,8% de Crédit Agricole S.A. Les éléments spécifiques qui, retraités des différents soldes intermédiaires auxquels ils se rapportent, permettent de calculer les résultats sous-jacents, sont détaillés en p33 et suivantes de ce communiqué.

Groupe Crédit Agricole

Activité du Groupe

L’activité commerciale du Groupe a été soutenue ce trimestre dans tous les métiers du Groupe grâce à notre modèle de banque relationnelle. La conquête brute est forte. Au troisième trimestre 2022, le Groupe enregistre +460 000 nouveaux clients en banque de proximité, et le fonds de commerce continue de progresser (+105 000 clients). Sur les neuf premiers mois 2022, le Groupe a conquis +1,5 million de nouveaux clients en banque de proximité, et le fonds de commerce progresse également (+342 000 clients). La production a par ailleurs progressé au troisième trimestre 2022, avec une hausse de 3,0% des réalisations de crédit au sein des Caisses régionales et de LCL (dont +15,4% sur pro/entreprises, -3,1% sur l’habitat dans un marché baissier4 et -1,5% sur le crédit consommation), +13,0% de réalisations de crédit à la consommation (CACF, encours gérés) & leasing (CALEF), et +6,7% de chiffre d’affaires assurances dommages par rapport au troisième trimestre 2021. Enfin, le taux d’équipement en assurances5 est à haut niveau dans les réseaux de banque de détail à fin septembre 2022 à 27,1% pour LCL, 20,6% pour CA Italia, 16,1% y compris Creval, et dans les Caisses régionales à 42,6%

Chacun des métiers du Groupe affiche ainsi un très bon niveau d’activité (Cf. Infra).

Résultats du Groupe

Au troisième trimestre 2022, le résultat net part du Groupe publié du Groupe Crédit Agricole ressort à 2 004 millions d’euros, en baisse de -9,8% par rapport au troisième trimestre 2021.

Les éléments spécifiques du troisième trimestre 2022 ont eu un effet net positif de +79 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe, dont +101 millions d’euros liés à la plus-value de cession de La Médicale et -21 millions d’euros sur la provision exceptionnelle des moratoires en Pologne (-17 millions en résultat net part du Groupe). Les éléments de volatilité récurrente, à savoir le DVA (Debt Value Adjustment, soit les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe) s’élèvent à +10 millions d’euros en résultat net part du Groupe, la couverture de portefeuille de prêts en Grandes Clientèles pour -10,4 millions d’euros en résultat net part du Groupe. A ces éléments s’ajoutent les coûts d’intégration Lyxor pour -4 millions d’euros en résultat net part du Groupe.

Les éléments spécifiques du troisième trimestre 2021 comprenaient les éléments de volatilité comptable récurrents en produit net bancaire, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment, soit les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe) pour +3 millions d’euros en résultat net part du Groupe, la couverture de portefeuille de prêts en Grandes Clientèles pour -4 millions d’euros en résultat net part du Groupe. A ces éléments récurrents, s’ajoutent les éléments suivants : le déclassement de la Serbie en actifs en cours de cession (impact PNB de -2 millions d’euros, charges de -1 million d’euros, résultat net d’actifs en cours de cession de -1 million d’euros soit un impact total en résultat net part du Groupe de -4 millions d’euros), les frais d’intégration de CreVal (-9 millions d’euros en charges d’exploitation, -4 millions d’euros en résultat net part du groupe), les provisions pour frais de restructuration dans le cadre du projet Turbo chez CACEIS (-5 millions d’euros en charges, - 3 millions d’euros en résultat net part du groupe).

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent6 du Groupe Crédit Agricole atteint 1 924 millions d’euros, en baisse de -13,9% par rapport au troisième trimestre 2021.

Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole au T3-2022 et au T3-2021

En m€ T3-22
publié
Eléments spécifiques T3-22
sous-jacent
T3-21
publié
Eléments spécifiques T3-21
sous-jacent
∆ T3/T3
publié
∆ T3/T3
sous-jacent
                 
Produit net bancaire 8 927 (22) 8 948 8 969 (4) 8 972 (0,5%) (0,3%)
Charges d'exploitation hors FRU (5 689) (9) (5 680) (5 452) (15) (5 438) +4,3% +4,5%
FRU - - - - - - ns ns
Résultat brut d'exploitation 3 238 (30) 3 268 3 516 (18) 3 535 (7,9%) (7,5%)
Coût du risque de crédit (636) - (636) (403) - (403) +57,8% +57,8%
Sociétés mises en équivalence 111 - 111 107 - 107 +4,0% +4,0%
Gains ou pertes sur autres actifs 6 - 6 (14) 1 (15) ns ns
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - (2) - (2) (100,0%) (100,0%)
Résultat avant impôt 2 720 (30) 2 750 3 205 (17) 3 222 (15,1%) (14,6%)
Impôt (662) 6 (668) (792) 5 (797) (16,4%) (16,1%)
Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession 123 101 22 (3) (1) (1) ns ns
Résultat net 2 181 77 2 104 2 410 (14) 2 424 (9,5%) (13,2%)
Intérêts minoritaires (177) 2 (179) (187) 2 (189) (5,4%) (5,3%)
Résultat net part du Groupe 2 004 79 1 924 2 222 (12) 2 235 (9,8%) (13,9%)
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 63,7%   63,5% 60,8%   60,6% +2,9 pp +2,9 pp

Au troisième trimestre 2022, le produit net bancaire sous-jacent s’élève à 8 948 millions d'euros, en baisse de -0,3%, et de -0,9% à périmètre constant Creval et Lyxor7, par rapport au troisième trimestre 2021. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors fonds de résolution unique (FRU) sont en hausse de +4,5% au troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021, pour s’établir à 5 680 millions d’euros (+3,9% pro forma Creval et Lyxor). Au global, le Groupe affiche une hausse, de +2,9 points de pourcentage du coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU, celui-ci s’établissant à 63,5% sur le troisième trimestre 2022. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en baisse de -7,5% à 3 268 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021.

Le coût du risque de crédit est en hausse, à -636 millions d’euros (dont -209 millions d’euros de coût du risque sur encours sains (niveau 1 et 2), -498 millions d’euros de coût du risque avéré (niveau 3)), soit une hausse de +57,8% par rapport au troisième trimestre 2021, notamment expliquée par la poursuite ce trimestre du provisionnement sur encours sains et +71 millions d’euros correspondant essentiellement à des reprises de provisions juridiques en banque de marché et d’investissement. Les niveaux de provisionnement ont été déterminés en tenant compte de plusieurs scénarios économiques pondérés, comme lors des précédents trimestres, et en appliquant des ajustements forfaitaires sur des portefeuilles sensibles (tels que l’immobilier, l’acier et l’aluminium, compensé par un allégement sur le secteur du tourisme). Les scénarios économiques pondérés, de manière plus sévère qu’au deuxième trimestre 2022, incluent un scénario favorable (PIB à +4,0% en France en 2022, +2,5% en 2023) et un scénario défavorable (PIB à +1,9% en France en 2022 et -0,3% en 2023). Ils n’ont pas fait l’objet d’une mise à jour au troisième trimestre 2022. Le coût du risque avéré poursuit par ailleurs sa normalisation. Il retrouve ainsi son niveau trimestriel moyen constaté en 2019. Le coût du risque sur encours8 sur quatre trimestres glissants atteint 22 points de base. Il atteint 23 points de base en vision trimestrielle annualisée9.

Au 30 septembre 2022, les indicateurs de risque confirment la qualité de l’actif du groupe Crédit Agricole et du niveau de couverture de ses risques. Le portefeuille de prêts est diversifié, plutôt orienté habitat (46% des encours bruts) et entreprises (33% des encours bruts). Le stock de provisions s’élève à 19,6 milliards d’euros à fin septembre 2022 (dont 10,4 milliards d’euros pour les Caisses régionales), dont 42% de provisions sur encours sains (47% pour les Caisses régionales). Le stock de provisions sur encours sains a augmenté, au niveau du Groupe, de +2,9 milliards d’euros depuis le quatrième trimestre 2019. La gestion prudente de ce stock de provisions permet au Groupe Crédit Agricole de présenter le meilleur10 taux de couverture global des créances douteuses (à 86,9% à fin septembre 2022) parmi les grandes banques européennes.

Le résultat avant impôt sous-jacent s’établit à 2 750 millions d'euros, en baisse de -14,6% par rapport au troisième trimestre 2021. Le résultat avant impôt sous-jacent intègre la contribution des sociétés mises en équivalence pour 111 millions d’euros (en hausse de +4,0%) ainsi que le résultat net sur autres actifs qui atteint 6 millions d’euros ce trimestre. La charge d’impôt sous-jacente est en baisse de -16,1% sur la période. Le résultat net sous-jacent avant déduction des minoritaires est en baisse de -13,2% pour s’établir à 2 104 millions d’euros. Les intérêts minoritaires baissent de -5,3%. Enfin, le résultat net part du Groupe sous-jacent, à 1 924 millions d’euros ressort en baisse de -13,9% par rapport au troisième trimestre 2021.

Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole 9M-2022 et 9M-2021

En m€ 9M-22
publié
Eléments spécifiques 9M-22
sous-jacent
9M-21
publié
Eléments spécifiques 9M-21
sous-jacent
∆ 9M/9M
publié
∆ 9M/9M
sous-jacent
                 
Produit net bancaire 28 728 543 28 186 27 322 (28) 27 350 +5,1% +3,1%
Charges d'exploitation hors FRU (17 486) (90) (17 396) (16 493) (50) (16 443) +6,0% +5,8%
FRU (803) - (803) (479) 185 (664) +67,6% +20,9%
Résultat brut d'exploitation 10 440 453 9 987 10 350 106 10 244 +0,9% (2,5%)
Coût du risque de crédit (2 140) (195) (1 945) (1 410) (25) (1 385) +51,8% +40,4%
Sociétés mises en équivalence 323 - 323 299 5 294 +7,8% +9,6%
Gains ou pertes sur autres actifs 41 - 41 (37) (15) (22) ns ns
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - 378 378 0 (100,0%) (100,0%)
Résultat avant impôt 8 664 258 8 406 9 580 449 9 131 (9,6%) (7,9%)
Impôt (2 164) (117) (2 047) (2 193) 179 (2 372) (1,4%) (13,7%)
Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession 144 94 49 2 3 (1) x 71,3 ns
Résultat net 6 644 235 6 408 7 389 631 6 758 (10,1%) (5,2%)
Intérêts minoritaires (540) 13 (552) (642) (86) (556) (16,0%) (0,7%)
Résultat net part du Groupe 6 104 248 5 856 6 746 545 6 201 (9,5%) (5,6%)
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 60,9%   61,7% 60,4%   60,1% +0,5 pp +1,6 pp

Sur l’ensemble des neuf premiers mois 2022, le résultat net part du Groupe publié est de 6 104 millions d'euros, contre 6 746 millions d'euros pour les neuf premiers mois 2021, soit une baisse de -9,5%.

Les éléments spécifiques des neuf premiers mois 2022 comprennent les éléments spécifiques des Caisses régionales sur les neuf premiers mois 2022 détaillé dans la section Caisses régionales et les éléments spécifiques de Crédit Agricole S.A. sur les neuf premiers mois 2022, détaillé dans la section Crédit Agricole S.A.

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent ressort à 5 856 millions d'euros, en baisse de -5,6% par rapport aux neuf premiers mois 2021. Le produit net bancaire sous-jacent augmente de +3,1%. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU sont en croissance de +5,8%. Le coefficient d’exploitation hors FRU sur les neuf premiers mois 2022 s’établit ainsi à 61,7%. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent atteint ainsi 9 987 millions d’euros, en baisse de -2,5% par rapport aux neuf premiers mois 2021.

Caisses régionales

L’activité et la conquête des Caisses régionales restent dynamiques au troisième trimestre 2022. La conquête brute est dynamique avec +912 000 nouveaux clients depuis le début de l’année (287 000 au troisième trimestre), et un fonds de commerce qui s’accroît de +198 000 sur les neuf premiers mois (56 000 au troisième trimestre). La part des clients utilisant les outils digitaux augmente et s’élève à 72,8%11 (+3,3 points de pourcentage par rapport à fin septembre 2021) et le nombre de signatures en ligne12 augmente de +111,0% entre le troisième trimestre 2022 et le troisième trimestre 2021. Propulse by CA, une offre 100% digitale avec services extra-bancaires pour les micro-entrepreneurs et entreprises individuelles, a été lancée ce trimestre.

La production de crédit est stable ce trimestre (+0,5% par rapport au troisième trimestre 2021), grâce à une production dynamique sur les marchés spécialisés13, compensant la légère baisse de production de crédit habitat (-3,4% par rapport au troisième trimestre 2021). Cette performance est à comparer à une production de crédit habitat en baisse de -27% sur le portefeuille des opérations garanties par Crédit Logement au troisième trimestre 202214, ainsi qu’à la baisse de       -11% constatée par Banque de France sur la période juin/juillet/août entre 2021 et 2022. Par ailleurs, le taux moyen client à la réalisation15 des crédits du troisième trimestre est désormais supérieur au taux moyen du stock. Les encours de crédits atteignent 622,9 milliards d’euros à fin septembre 2022, en hausse sur l’année de +6,0%, dont +11,2% sur le marché des entreprises.

Les encours de collecte globale sont en hausse de +2,1% sur un an, et atteignent 843,6 milliards d’euros à fin septembre 2022. Cette croissance est portée par les encours de collecte bilan, qui atteignent 572,4 milliards d’euros à fin septembre 2022, en progression de +5,0% par rapport à fin septembre 2021 (dont + 10,4% sur les livrets et +4,8% sur les dépôts à vue). Les encours de collecte hors-bilan atteignent 271,2 milliards d’euros, en baisse de -3,5% sur un an, l’effet de la baisse des marchés boursiers étant partiellement compensé par une forte collecte sur les neuf premiers mois 2022 en valeurs mobilières (collecte nette de +1,4 milliard d’euros sur les neuf premiers mois de l’année 2022) et en assurance vie (collecte nette de +1,2 milliard d’euros sur neuf mois).

Au troisième trimestre 2022, aucun élément spécifique constaté sur les Caisses régionales.

Au troisième trimestre 2022, le produit net bancaire sous-jacent des Caisses régionales atteint 3 328 millions d’euros, en baisse de -2,3% par rapport au troisième trimestre 2021. Les charges d’exploitation hors FRU progressent de +3,7%. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent ressort ainsi en baisse de -12,6%. Le coût du risque s’élève à -273 millions d’euros, multiplié par 2, en raison d’une dotation prudente sur encours sains (Stage 1 & 2) pour -166 millions d’euros et d’une normalisation sur les risques avérés (Stage 3). La contribution des Caisses régionales au RNPG sous-jacent du Groupe s’établit par conséquent à 623 millions d’euros, en baisse de -21,2%.

Sur les neuf premiers mois 2022, des provisions Epargne logement de 411,9 millions d’euros en produit net bancaire et 305,5 millions d’euros en résultat net sous-jacent part du groupe sont en éléments spécifiques.

Sur les neuf premiers mois de l’année 2022, le produit net bancaire sous-jacent est en légère baisse (-0,7%) par rapport aux neuf premiers mois 2021, en raison de la baisse de la marge d’intérêts liée à la progression du coût des ressources clientèles et la fin de la surbonification du TLTRO, et malgré une bonne dynamique sur les commissions. Les charges d’exploitation hors FRU progressent de +3,9% en sous-jacent, le FRU s’élevant à -156 millions d’euros (+9,7%) et le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en baisse de -9,5%. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit à 66,8%, en hausse de +2,9 points de pourcentage. Le coût du risque sous-jacent est en hausse de +74,5%, et s’établit à 830 millions d’euros, en raison d’une dotation prudente sur encours sains pour -585 millions d’euros et d’un début de normalisation sur les risques avérés. Le coût du risque sur encours sur quatre trimestres glissants reste faible à 16 points de base ; le taux de créances douteuses est bas à 1,6% et le taux de couverture reste élevé à 104,4% à fin septembre 2022. Par conséquent, la contribution des Caisses régionales au RNPG sous-jacent du Groupe s’élève à 1 862 millions d’euros, en baisse de -14,8%. La contribution des Caisses régionales au RNPG publié du Groupe atteint 2 167 millions d’euros, en baisse de -3,3%.

Crédit Agricole S.A.

Résultats

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Dominique Lefebvre le 9 novembre 2022, a examiné les comptes du troisième trimestre et des neuf premiers mois de 2022.

Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. au T3-2022 et au T3-2021

En m€ T3-22
publié
Eléments spécifiques T3-22
sous-jacent
T3-21
publié
Eléments spécifiques T3-21
sous-jacent
T3/T3
publié
T3/T3
sous-jacent
                 
Produit net bancaire 5 564 (22) 5 585 5 531 (4) 5 535 +0,6% +0,9%
Charges d'exploitation hors FRU (3 403) (9) (3 394) (3 259) (14) (3 245) +4,4% +4,6%
FRU - - - - - - ns ns
Résultat brut d'exploitation 2 161 (30) 2 191 2 272 (18) 2 290 (4,9%) (4,3%)
Coût du risque de crédit (360) - (360) (266) - (266) +35,5% +35,5%
Sociétés mises en équivalence 102 - 102 103 - 103 (1,0%) (1,0%)
Gains ou pertes sur autres actifs 5 - 5 (8) 1 (9) ns ns
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - 0 - 0 ns (100,0%)
Résultat avant impôt 1 909 (30) 1 939 2 101 (17) 2 118 (9,2%) (8,5%)
Impôt (461) 6 (467) (470) 5 (474) (2,0%) (1,6%)
Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession 123 101 22 (3) (1) (1) ns ns
Résultat net 1 571 77 1 494 1 628 (14) 1 642 (3,5%) (9,0%)
Intérêts minoritaires (219) 2 (221) (226) 2 (229) (3,3%) (3,3%)
Résultat net part du Groupe 1 352 79 1 273 1 402 (12) 1 414 (3,6%) (10,0%)
Bénéfice par action (€) 0,41 0,03 0,38 0,43 (0,00) 0,43 (4,8%) (11,8%)
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 61,2%   60,8% 58,9%   58,6% +2,2 pp +2,1 pp

Au troisième trimestre 2022, le résultat net part du Groupe publié de Crédit Agricole S.A. ressort à 352 millions d’euros, soit une baisse de -3,6% par rapport au troisième trimestre 2021.

Les éléments spécifiques de ce trimestre s’élèvent à +79 millions d’euros et comprennent des éléments comptables récurrents pour un impact de -0,4 million d’euros en résultat part du Groupe. Il s’agit des éléments suivants : les éléments de volatilité comptable récurrents en produit net bancaire, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment), la partie émetteur de la FVA, et le secured lending pour +10 millions d’euros en résultat net part du Groupe, et la couverture de portefeuille de prêts en Grandes Clientèles pour -10,4 millions d’euros en résultat net part du Groupe. A ceux-ci s’ajoutent les éléments non récurrents pour un impact de +79 millions d’euros en résultat net part du Groupe. Ils comprennent la plus-value de cession de La Médicale en assurances en activités en cours de cession pour un impact de +101 millions d’euros en résultat net part du Groupe et les coûts d’intégration de Lyxor en charges en gestion d’actifs pour -4 millions d’euros en résultat net part du Groupe ainsi que la provision exceptionnelle sur les moratoires (crédits habitats) en Pologne pour -17 millions d’euros. Au troisième trimestre 2021, les éléments spécifiques avaient eu un effet net négatif de -12 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe. Ils comprenaient les éléments de volatilité comptable récurrents en produit net bancaire, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment, soit les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe) pour +3 millions d’euros en résultat net part du Groupe, la couverture de portefeuille de prêts en Grandes Clientèles pour -4 millions d’euros en résultat net part du Groupe. A ces éléments récurrents, s’ajoutent les éléments suivants : des frais d’acquisition de Credito Valtellinese pour -4 millions d’euros en résultat net part du Groupe, le déclassement en actifs en cours de cession (IFRS 5) de CA Serbie pour un impact de -4 millions d’euros en résultat net part du Groupe et les provisions pour frais de restructuration dans le cadre du Turbo, plan de transformation et d’évolution de CACEIS pour -5 millions d’euros en charges et -3 millions d’euros en résultat net part du Groupe.

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent16 atteint 1 273 millions d’euros, en baisse de -10,0% au troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021 qui était à un niveau historiquement élevé. L’activité des métiers reste dynamique, mais leur rentabilité est impactée sur le trimestre par des effets marchés importants.

Au troisième trimestre 2022, les revenus sous-jacents ont atteint 5 585 millions d’euros, et sont en hausse de +0,9% par rapport au troisième trimestre 2021 (et de +1,9% pour les revenus des pôles métier hors AHM). Cette croissance des revenus au troisième trimestre 2022 s’inscrit dans la ligne de la croissance régulière des revenus trimestriels de Crédit Agricole S.A. depuis 5 ans, grâce à la diversité du mix métiers.

Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU s’établissent à 3 394 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en hausse de 149 millions d’euros, soit +4,6% (et +4,3% pour les charges des pôles métiers hors AHM). A périmètre constant (intégration de Lyxor et Creval en 2021), cette hausse est ramenée à +3,3% par rapport à 2021 (soit +108 millions d’euros), et à +3,3% pour les charges des pôles métiers hors AHM. Après retraitement de l’effet change (sur CACIB et CA Indosuez principalement, pour 37 millions d’euros), la hausse des charges s’élève à +71 millions d’euros, pour accompagner le développement des métiers. Sur cette hausse de +71 millions d’euros, le pôle Grandes clientèles affiche une hausse de charges de +55,3 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021, dont +25,5 millions d’euros liés aux frais de personnel et aux rémunérations variables et +18 millions concernant des investissements informatiques. Le pôle Services financiers spécialisés affiche une baisse de - 12,1 millions d’euros, dont -19,2 millions d’euros d’effet périmètre CACF NL et Olinn. Le pôle Gestion de l’épargne et assurances voit ses charges augmenter de +5 millions d’euros, dont +11,6 millions d’euros d’investissements et frais IT et +1,8 millions d’euros liés aux frais de personnel et aux rémunérations variables. Enfin, le pôle Banques de proximité affiche une hausse de +5,7 millions d’euros, dont +8,1 millions d’euros sur les charges informatiques et -1,7 millions d’euros lié aux frais de personne. Le coefficient d’exploitation hors FRU s’établit ainsi à 60,8% au troisième trimestre 2022, en hausse de +2,1 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2021.

Le résultat brut d’exploitation sous-jacent du troisième trimestre 2022 s’établit à 2 191 millions d’euros, en baisse de -4,3% (-5,1%. Pro forma de Creval et Lyxor).

Au 30 septembre 2022, les indicateurs de risque confirment la qualité des actifs de Crédit Agricole S.A. et du niveau de couverture de ses risques. Le portefeuille de prêts est diversifié, plutôt orienté habitat (27% des encours bruts) et entreprises (46% des encours bruts de Crédit Agricole S.A.). Le taux de créances douteuses demeure toujours bas à 2,6% et le taux de couverture17, élevé, à 73,2%, est en baisse de -1,1 point de pourcentage sur le trimestre18. Le stock total de provisions s’établit à 9,3 milliards d’euros pour Crédit Agricole S.A., en hausse de 0,1 milliard d’euros par rapport à fin juin 2022. Sur ce stock de provisions, 37% sont liés au provisionnement des encours sains. Le stock de provisions pour encours sains est en hausse de +1,4 milliard d’euros par rapport au quatrième trimestre 2019.

Le coût du risque est en dotation nette de -360 millions d’euros (+35,5%/-94 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021 qui s’élevait à -266 millions d'euros, un niveau historiquement bas). La charge de -360 millions d’euros sur le troisième trimestre 2022 se décompose en une dotation de provision sur encours sains (niveau 1&2) pour -42 millions d’euros (contre une dotation de -27 millions d’euros au troisième trimestre 2021), un provisionnement des risques avérés (niveau 3) pour –377 millions d’euros (contre -234 millions d’euros au troisième trimestre 2021), soit un retour au niveau constaté en moyenne en 2019 (-362 millions d’euros de +59 millions d’euros d’éléments autres correspondant essentiellement à des reprises de provisions juridiques en banque de marché et d’investissement). Au troisième trimestre 2022, le coût du risque sur encours sur quatre trimestres glissants19 atteint 31 points de base et 30 points de base en vision trimestrielle annualisée20.

La contribution sous-jacente des sociétés mises en équivalence ressort stable à 102 millions d’euros au troisième trimestre 2022 contre 103 millions d’euros au troisième trimestre 2021. Le résultat net sur autres actifs s’établit à 5 millions d’euros au troisième trimestre 2022, contre -9 millions d’euros au troisième trimestre 2021.

Le résultat sous-jacent21 avant impôt, activités cédées et minoritaires ressort ainsi en baisse de -8,5%, à 1 939 millions d'euros. Le taux d’impôt effectif sous-jacent s’établit à 25,4% (+1,9 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2021) et la charge d’impôt sous-jacente est de -467 millions d’euros, en baisse de -1,6%. Le résultat net avant minoritaires affiche donc une baisse de -9,0%. Les intérêts minoritaires s’établissent à -221 millions d’euros troisième trimestre 2022, en baisse de -3,3%.

Le résultat net part du Groupe sous-jacent est en baisse de -10,0% par rapport au troisième trimestre 2021 à 1 273 millions d'euros.

Le bénéfice par action sous-jacent sur le troisième trimestre 2022 atteint 0,38 , il est en baisse de -11,8% par rapport au troisième trimestre 2021.

Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. au 9M-2022 et au 9M-2021

En m€ 9M-22
publié
Eléments spécifiques 9M-22
sous-jacent
9M-21
publié
Eléments spécifiques 9M-21
sous-jacent
∆ 9M/9M
publié
∆ 9M/9M
sous-jacent
                 
Produit net bancaire 17 832 131 17 701 16 843 (29) 16 872 +5,9% +4,9%
Charges d'exploitation hors FRU (10 371) (90) (10 281) (9 709) (50) (9 659) +6,8% +6,4%
FRU (647) - (647) (392) 130 (522) +65,2% +24,0%
Résultat brut d'exploitation 6 814 41 6 773 6 742 51 6 691 +1,1% +1,2%
Coût du risque de crédit (1 303) (195) (1 108) (929) (25) (904) +40,3% +22,6%
Sociétés mises en équivalence 291 - 291 291 5 286 (0,2%) +1,6%
Gains ou pertes sur autres actifs 26 - 26 (42) (15) (27) ns ns
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - 378 378 0 (100,0%) (100,0%)
Résultat avant impôt 5 827 (154) 5 981 6 440 394 6 046 (9,5%) (1,1%)
Impôt (1 438) (10) (1 428) (1 245) 179 (1 424) +15,5% +0,3%
Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession 143 94 49 2 3 (1) ns ns
Résultat net 4 532 (70) 4 602 5 197 576 4 621 (12,8%) (0,4%)
Intérêts minoritaires (652) 13 (665) (781) (122) (660) (16,6%) +0,8%
Résultat net part du Groupe 3 880 (57) 3 937 4 416 454 3 962 (12,1%) (0,6%)
Bénéfice par action (€) 1,20 (0,02) 1,22 1,38 0,15 1,23 (13,2%) (0,9%)
Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 58,2%   58,1% 57,6%   57,2% +0,5 pp +0,8 pp

Sur les neuf premiers mois 2022, le résultat net part du Groupe publié est de 3 880 millions d'euros, contre 4 416 millions d'euros sur les neuf premiers mois 2021, soit une baisse de -12,1%.

Les éléments spécifiques pour les neuf premiers mois 2022 ont un effet négatif de -57 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié. S’ajoutant aux éléments du troisième trimestre déjà mentionnés supra, les éléments du premier semestre 2022 ont un effet négatif de -136 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié et comprennent les éléments de volatilité comptable récurrents, à savoir le DVA, FVA et secured lending pour -6 millions d'euros, les couvertures de portefeuilles de prêts en Grandes clientèles pour +53 millions d'euros. A cela s’ajoutaient les variations de la provision Epargne Logement pour +63 millions d’euros, les coûts d’intégration de Credito Valtellinese en charges en banque de proximité en Italie pour - 16 millions d’euros et ceux de Lyxor en gestion d’actifs pour -26 millions d’euros en résultat net part du Groupe, ainsi que la provision pour risques de fonds propres Ukraine pour -195 millions d’euros en coût du risque, et le déclassement du Crédit du Maroc en actifs en cours de cession pour -10 millions d’euros. Les éléments spécifiques pour les neuf premiers mois 2021 ont eu un effet positif de +454 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié avec les éléments de volatilité comptable récurrents, à savoir le DVA pour +4 millions d'euros, les couvertures de portefeuilles de prêts en Grandes clientèles pour -15 millions d'euros et les variations de la provision Epargne Logement pour -6 millions d’euros. A cela s’ajoutaient les éléments suivants : le trop versé des contributions au titre du FRU sur les exercices à 2016 à 2020 pour +130 millions d’euros, les pertes sur les activités de gestion de fortune à Miami et au Brésil en cours de cession pour +2 millions d’euros au sein du métier Gestion de fortune, le déclassement en actifs en cours de cession (IFRS 5) de CA Serbie pour -4 millions d’euros, des frais d’acquisition de Credito Valtellinese pour -4 millions d’euros les coûts d’intégration de Kas Bank et S3 par CACEIS pour -2 millions d’euros, les coûts de transformation liés au projet Réseau LCL Nouvelle génération de regroupement d’agences chez LCL pour -9 millions d’euros, et au projet Turbo, plan de transformation et d’évolution de CACEIS pour -11 millions d’euros, le badwill net provisoire au titre de la première consolidation de Creval pour +285 millions d’euros, les frais d’acquisition de Creval pour -8 millions d’euros, un provisionnement complémentaire des encours sains des créances Creval pour -19 millions d’euros, ainsi que des gains « Affrancamento » liés à des dispositions fiscales exceptionnelles en Italie pour la revalorisation extra-comptable des écarts d’acquisition et leur amortissement pour +111 millions d’euros en résultat net part du groupe dans les pôles BPI (+28 millions d’euros), GEA (+78 millions d’euros) et SFS (+5 millions d’euros).

Hors éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent ressort à 3 937 millions d'euros, en baisse de -0,6% par rapport aux neuf premiers mois 2021.

Le bénéfice par action sous-jacent atteint 1,22 euro par action sur les neuf premiers mois 2022, en baisse de -0,9% par rapport aux neuf premiers mois 2021.

Le RoTE22 sous-jacent, calculé sur la base d’un RNPG sous-jacent annualisé23 et de charges IFRIC linéarisées sur l’année, net des coupons annualisés d’Additional Tier 1 (retour sur fonds propres part du Groupe hors incorporels) et retraité de certains éléments volatiles comptabilisé en capitaux propres (dont réserves latentes) atteint 12,5% sur les neuf premiers mois 2022, -0,6 point de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2021.

Le produit net bancaire sous-jacent augmente de +4,9% par rapport aux neuf premiers mois 2021, avec une progression des revenus sur tous les pôles (hausse de +4,9% dans les pôles métiers, hors AHM), et ce, malgré des effets de marché défavorables qui impactent nos activités de stocks, et plus particulièrement le pôle Gestion de l’épargne et de l’assurance. A périmètre constant (intégration de Créval et de Lyxor aux résultats des neuf premiers mois 2021), les revenus sont en hausse de +2,8%. Hors AHM et à effet périmètre constant, ils sont aussi en hausse de +2,8% sur les neuf premiers mois de l’année 2022.

Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU sont en croissance de +6,4% par rapport aux neuf premiers mois 2021. A périmètre constant (intégration de Créval et de Lyxor aux résultats des neuf premiers mois 2021)24, elles sont en hausse de 3,8% (soit +376 millions d’euros). Cette hausse, qui permet d’accompagner le développement des métiers, s’explique premièrement par l’augmentation des investissements et des charges informatiques de + 118 millions d’euros en particulier chez CACIB (+41 millions d’euros), CAA (+28 millions d’euros) et Amundi (+16 millions d’euros) ; deuxièmement par la hausse de la masse salariale de + 87 millions d’euros, en particulier chez CACIB (+75 millions d’euros) – à noter qu’Amundi voit la masse salariale baisser de -19 millions d’euros en raison de la baisse des rémunérations variables– et ce en raison notamment de l’anticipation en juillet de la hausse pour 2023 des rémunérations fixes en France ; et troisièmement par un effet change de + 85 millions d’euros. Hors AHM, les charges métiers augmentent de +6,1%. Hors AHM et à périmètre constant, elles augmentent de +306 millions d’euros, soit +3,3%.

Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU des neuf premiers mois s’établit ainsi à 58,1% en augmentation de +0,8 point de pourcentage par rapport à celui des neuf premiers mois 2021. Le coefficient d’exploitation est donc inférieur à la cible du Plan Moyen Terme de 60% chaque année. Depuis 2017, le coefficient d’exploitation25 de Crédit Agricole S.A. reste inférieur de plus de 5 points de pourcentage à celui d’un échantillon de 10 banques européennes26.

Le FRU des neuf premiers mois 2022 s’élève à 647 millions d’euros, en hausse de +24% par rapport à la même période de 2021. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent atteint ainsi 6 773 millions d’euros, en hausse de +1,2%.

Enfin, le coût du risque atteint -1 108 millions d’euros et affiche une hausse sur la période (+22,6% / -204 millions d’euros) contre -904 millions d'euros sur les neuf premiers mois 2021, en lien notamment avec le provisionnement faisant suite au déclenchement de la guerre Ukraine/Russie sur le premier trimestre 2022 et la normalisation progressive du coût du risque avéré.

Analyse de l’activité et des résultats des pôles et métiers de Crédit Agricole S.A.

Activité du pôle Gestion de l’épargne et Assurances

Au troisième trimestre 2022, l’activité du pôle Gestion de l’épargne et Assurances (GEA) a été soutenue, dans un marché en forte décollecte et dans des conditions de marché défavorables. Les encours gérés s’établissent à 2 403 milliards d’euros à fin septembre 2022 (+3,6% par rapport à fin septembre 2021). Par rapport à fin juin 2022, les encours baissent de -31 milliards d’euros, sous l’effet d’une décollecte nette de -11,9 milliards d’euros, dont -12,9 milliards d’euros liés à la Gestion d’actifs, +1,5 milliard d’euros liés à la Gestion de Fortune et -0,1 milliard d’euros liés à l’activité d’Assurance Vie ; ainsi qu’à un effet marché négatif de -19 milliards d’euros.

L’activité Assurances (Crédit Agricole Assurance) affiche de bonnes performances au troisième trimestre 2022, malgré le contexte inflationniste et la poursuite de la remontée des taux.

Pour Crédit Agricole Assurances27, ce trimestre est marqué par la finalisation de la cession de La Médicale avec une plus-value de cession de 101 millions d’euros enregistrée dans le résultat net publié du troisième trimestre 2022.

En Epargne / Retraite, l’activité est impactée par l’environnement économique et financier avec un chiffre d’affaires en baisse de -16% sur un an. La collecte brute s’établit à 5 milliards d’euros, avec un taux d’unités de comptes à 37,8%. On observe une légère décollecte nette de -0,1 milliard d’euro ce trimestre, liée à la baisse de la collecte nette des contrats en euro (-0,9 milliard d’euros), compensée par la collecte positive en unités de comptes (+0,8 milliard d’euros).

Les encours (épargne, retraite et prévoyance) atteignent 318 milliards d’euros, stables sur 1 an, avec une part des encours euros en hausse de +1,7% par rapport à fin septembre 2021. La part des unités de comptes dans les encours gérés s’établit à 24,8%, en baisse de -1,3 point de pourcentage sur un an, en lien avec la baisse des marchés actions.

A noter que ce trimestre CAA devient le 2ème assureur retraite en France selon l’Argus de l’Assurance, et gagne ainsi deux places par rapport au précèdent classement28.

En Assurances dommages, malgré la hausse de la sinistralité au troisième trimestre 2022, l’activité demeure toujours dynamique, avec un chiffre d’affaires en hausse de +6,7%29   par rapport au troisième trimestre 2021. A fin septembre 2022, le portefeuille de contrats dommages s’élève à près de 15,2 millions30, en progression de +3,5% sur un an, à périmètre constant suite à la cession de la Médicale à Generali. L’équipement des particuliers dans les réseaux bancaires du groupe Crédit Agricole est stable par rapport à fin septembre 2021 pour les Caisses régionales (42,6%, -0,1 point de pourcentage) et LCL (27,1%, +0,6 point de pourcentage), et en progression pour CA Italia (20,6%, +1,8 points de pourcentage ; 16,1% en intégrant la base clientèle de Créval).  Le ratio combiné reste maîtrisé, à 98,7%, en légère dégradation de -1,8 point de pourcentage sur un an, en lien avec les événements climatiques des neuf premiers mois 2022.

En prévoyance/emprunteur/collectives, le chiffre d’affaires s’établit à 1,1 milliard d’euros ce trimestre en hausse de +7,4%29 par rapport au troisième trimestre 2021, grâce notamment à la croissance de l’activité assurance emprunteur en lien avec la bonne dynamique du crédit immobilier (+ 6%) et la bonne tenue du crédit à la consommation (+10%). L’activité assurances collectives est elle aussi dynamique, avec une croissance du chiffre d’affaires de +17,9%.

La Gestion d’actifs (Amundi) affiche un troisième trimestre 2022 résilient, en particulier en actifs moyen long terme (MLT), dans un marché en très forte décollecte.

Les encours gérés atteignent 1 895 milliards d’euros à fin septembre 2022 (dont l’intégration des encours Lyxor pour 148 milliards d’euros au 31 décembre 2021), en progression de +4,7% sur un an et en retrait de -1,5% par rapport à fin juin 2022, avec un effet marché et change négatif sur le trimestre de -16,3 milliards d’euros compte tenu des conditions de marché défavorables; et une décollecte de -12,9 milliards d’euros (dont -3,5 milliards d’euros en actifs MLT hors JVs).

Au troisième trimestre 2022 l’activité est résiliente en actifs moyen-long terme hors JV. En Retail, l’activité est bien orientée dans les réseaux (+1,9 milliard d’euros en actifs MLT en France et à l’international). La collecte sur les institutionnels en gestion active est positive (+2,7 milliard d’euros en actifs MLT), tirés par des produits actions et obligataires. Le contexte de « derisking » explique les sorties en gestion passive auprès des institutionnels et des distributeurs tiers.

L’activité dans les JV asiatiques est négative ce trimestre (-1,3 milliard d’euros), notamment en raison de sorties en produits de trésorerie en Chine. En revanche, la collecte est positive en actifs MLT (+2,1 milliards d’euros), grâce notamment à la dynamique de la JV indienne.

Amundi Technology poursuit ses développements, notamment en augmentant son nombre de clients.

En gestion de fortune31, les encours s’établissent à 190,1 milliards d’euros à fin septembre 2022 (dont 130,3 milliards d’euros pour Indosuez Wealth Management), stables par rapport à fin juin 2022 et par rapport à fin septembre 2021. La collecte nette positive du troisième trimestre 2022 (+1,5 milliard par rapport à fin juin 2022), compense l’effet marché négatif.

Résultats du pôle Gestion de l’épargne et Assurances

Le pôle Gestion de l’épargne et Assurances (GEA) réalise un résultat net part du Groupe sous-jacent de 555 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en diminution de -3,1% par rapport au troisième trimestre 2021. Les résultats positifs des métiers d’assurance (+4,1%) et de gestion de fortune (+24,2%) atténuent une baisse en gestion d’actifs (-17,7%) fortement impactée par les conditions de marchés défavorables.

Sur les neuf premiers mois 2022, le résultat net part du Groupe sous-jacent atteint 1 710 millions, en baisse de -1,6% par rapport aux neuf premiers mois 2021. Sur la même période, la contribution du pôle GEA au résultat net part du Groupe sous-jacent et aux revenus sous-jacents des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) est, respectivement, de 38% et 28%.

Au 30 septembre 2022, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 12,6 milliards d’euros dont 10,9 milliards d’euros sur les Assurances, 1,2 milliard d’euros sur la Gestion d’actifs et 0,4 milliard d’euros sur la Gestion de fortune. Les emplois pondérés du pôle sont de 35,7 milliards d’euros dont 18,1 milliards d’euros sur les Assurances, 12,9 milliards d’euros sur la Gestion d’actifs et 4,7 milliards d’euros sur la Gestion de fortune.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent du pôle s’établit quant à lui à 20,8% pour les neuf premiers mois 2022, contre 24,4% sur l’année 2021.

Résultats assurances

Le produit net bancaire sous-jacent des assurances atteint 602 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en hausse de +1,3% (+6,8% à périmètre constant32) par rapport au troisième trimestre 2021. Les charges sous-jacentes du troisième trimestre 2022 sont en hausse de +2,5% (+12,1% à périmètre constant32) par rapport au troisième trimestre 2021, en lien avec la hausse de la masse salariale pour accompagner le développement des activités en croissance, notamment en assurances collectives et assurances emprunteurs, et les charges IT liées notamment aux projets réglementaires. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent s’établit à 423 millions d’euros, en légère hausse de +0,8% par rapport au troisième trimestre 2021. Le coefficient d’exploitation sous-jacent s’établit à 29,6% au troisième trimestre 2022, stable sur la même période (+0,4%). Le résultat net des activités arrêtés est de 13 millions d’euros ce trimestre. Il correspond à l’impact de la finalisation de la cession de La Médicale sur la comptabilisation des opérations intra-Groupe Crédit Agricole Assurances, compensé par un effet négatif équivalent sur les revenus assurances. Le niveau d’impôts est en légère hausse de +1,3% à -65 millions d’euros. Ainsi, le résultat net part du groupe sous-jacent s’établit à 352 millions d’euros, soit une hausse de +4,1% par rapport au troisième trimestre 2021. Ce résultat n’intègre pas la plus-value de cession de La Médicale de +101 millions d’euros enregistrée en résultat net publié du troisième trimestre 2022.

Le produit net bancaire sous-jacent des neuf premiers mois 2022 atteint 1 990 millions d’euros, en hausse de +2,2% (+5,1% à périmètre constant33) par rapport aux neuf premiers mois 2021, grâce à la hausse du prélèvement sur marge financière et la reprise de provisions techniques ainsi qu’à l’impact positif sur les revenus du démantèlement total du switch intervenu au quatrième trimestre 2021, qui compensent l’effet marché et la hausse de la sinistralité. Les charges augmentent de +4,9% (+12,7% à périmètre constant33) en raison notamment de la hausse des impôts & taxes en lien avec l’évolution du chiffre d’affaires impactant défavorablement la C3S34, ainsi que les charges liées au développement des métiers. Ainsi, le coefficient d’exploitation s’établit à 31,0%, en hausse de +0,8 point de pourcentage par rapport aux neuf premiers mois 2021. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent augmente de +1,0%. La charge d’impôt sur les neuf premiers mois 2022 diminue de -7,6%, en raison de la baisse du taux d’impôt effectif, malgré un impact fiscal défavorable lié au paiement d’un dividende exceptionnel de 2 milliards d’euros. Enfin, le résultat net des activités arrêtées s’établit à +17 millions d’euros sur les neuf premiers mois, du fait de la finalisation de la cession de La Médicale au troisième trimestre 2022. Au final, le résultat net part du groupe atteint 1 089 millions d’euros, en hausse de +4,9% (+4,3 à périmètre constant33) par rapport aux neuf premiers mois 2021.

        
Résultats gestion d’actifs

Au troisième trimestre 2022, le produit net bancaire sous-jacent atteint 738 millions d’euros, en baisse de -4,7% par rapport au troisième trimestre 2021 (-11,4% à périmètre constant35). Les commissions nettes de gestion résistent aux conditions de marchés défavorables, en hausse de +6,7% (-1,3% à périmètre constant35). Les commissions de surperformance, quant à elles, sont en repli par rapport au niveau record enregistré en 2021. Les charges d’exploitation sous-jacentes s’élèvent à 424 millions d’euros, en hausse de +8,6% en lien avec l’intégration de Lyxor depuis le premier trimestre 2022, mais sont en diminution de -1,6% à périmètre constant35 Ainsi, le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit à 57,5%. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent diminue de -18,2%. La contribution des sociétés mises en équivalence, reprenant la contribution des joint-ventures d’Amundi en Asie, s’établit à 24 millions d’euros, en baisse de -5,0% et la charge d’impôt sous-jacente s’élève à -76 millions d’euros en baisse de -24,5%. Au final, le résultat net part du groupe sous-jacent diminue de -17,7%, à 174 millions d’euros.

Sur les neuf premiers mois de l’année 2022, le produit net bancaire sous-jacent baisse de -3,1% par rapport au neuf premiers mois 2021 (-9,1% à périmètre constant35).La baisse des revenus est impactée par le repli, comme attendu, des commissions de surperformance (108 millions d’euros par rapport au 356 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2021), atténué par une hausse sensible des commissions nettes de gestion (+2,6% à périmètre constant35) malgré les effets défavorables des marchés actions et taux. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU augmentent de +10,0% en lien avec l’intégration de Lyxor. Les charges sont stables à périmètre constant35 grâce notamment aux premières réalisations des synergies Lyxor. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU est de 56,1%, en hausse de +6,7 points de pourcentage par rapport au neuf premiers mois 2021, qui enregistrait un très haut niveau de commissions de surperformance. Ainsi, le résultat brut d’exploitation diminue de -16%. Le résultat des sociétés mises en équivalence augmente de +2,0%. Au final le résultat net part du groupe des neuf premiers mois s’établit à 543 millions d’euros en baisse de -13,7%.

Résultats gestion de fortune36

Le produit net bancaire sous-jacent de la gestion de fortune d’établit à 226 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en hausse de +11,6% par rapport au troisième trimestre 2021 (+6,8% hors effet change), bénéficiant notamment d’un mix produits favorable, d’une collecte nette soutenue et de la hausse des taux d’intérêts euros et dollar ainsi que par un effet change positif. Les charges sous-jacentes hors FRU atteignent 191 millions d’euros, en augmentation de +9,9% (+4,5% hors effet change) principalement du fait de la hausse des coûts IT. Ainsi, l’effet ciseaux est positif ce trimestre à +1,7 point de pourcentage (+2,3 points de pourcentage hors effet change) et le coefficient d’exploitation sous-jacent diminue de -1,3 point de pourcentage pour s’établir à 84,3% au troisième trimestre 2022. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent, hors FRU, progresse de +21,7% à 36 millions d’euros. Le résultat net part du groupe sous-jacent atteint 29 millions d’euros, en hausse de +24,2% par rapport au troisième trimestre 2021.

Sur les neuf premiers mois 2022, le produit net bancaire sous-jacent du métier gestion de fortune s’établit à 672 millions d’euros, en augmentation de +9,7% par rapport au neuf premiers mois 2021 (+6,0% hors effet change). Les charges hors FRU sont en hausse de +9,9% (+5,8% hors effet change) à 568 millions d’euros. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent augmente de +9,0% pour s’établir à 101 millions d’euros. Au final, le résultat net part du groupe est en hausse de +9,6% sur les neuf premiers mois 2022 à 78 millions d’euros.

Activité du pôle Grandes Clientèles

L’activité de l’ensemble de la Banque de financement et d’investissement (BFI) a atteint de très bons niveaux pour un troisième trimestre en 2022. Les revenus sous-jacents sont en hausse à 1 296 millions d’euros, soit +4,5% par rapport au troisième trimestre 2021 (-1,2% hors effet change). Cette croissance est portée par la bonne performance de la banque de financement à 776 millions d’euros, soit +12,6% par rapport au troisième trimestre 2021 (+4,4% à change constant). La banque commerciale notamment est tirée par une activité record d’International Trade & Transaction Banking dans un contexte de taux redevenus positifs et de forte demande de clients et par les bons résultats du métier Telecom. Elle est en croissance de +12,1% par rapport au troisième trimestre 2021. Les activités de financement structurés à 264 millions d’euros connaissent également un bon trimestre en hausse de +13,5% par rapport au troisième trimestre 2021. La banque de marché et d’investissement à 520 millions d’euros connait un retrait limité de, -5,7% par rapport au troisième trimestre 2021 (-8,1% hors effet change). Elle conserve une activité commerciale dynamique avec une croissance de +7,9% des produits de couverture taux et change mais est pénalisée par des impacts de valorisation négatifs (xVA et réserves modèles) liés à la volatilité des marchés. Dans la banque d’investissement, les clients restent prudents et attendent une conjoncture plus porteuse.

Dans cet environnement atypique, la BFI dans son ensemble a ainsi renforcé sa position sur les neuf premiers mois avec des revenus en hausse de +10,2% par rapport aux neuf premiers mois de 2021 (+5,8% à change constant). Les revenus sous-jacents de la banque de financement sont en hausse et atteignent un niveau élevé à 2 278 millions d’euros en 2022, soit +12,4% par rapport aux neuf premiers mois de 2021 et +6,1% hors effet change. La banque de financement garde ainsi son positionnement de leader sur les crédits syndiqués (#1 en France37 et #2 en EMEA37) et se positionne #3 sur les crédits financement projets monde37 . Les revenus de la banque de marché et d’investissement sont en hausse à 2 022 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, soit +7,8% par rapport aux neuf premiers mois 2021 et +5,4% hors effet change. CACIB réaffirme ses positions de leader sur les émissions obligataires devenant #3 All bonds in EUR Worldwide37 et confirmant sa position de #2 Green, Social & Sustainable bonds en EUR38. La VaR réglementaire moyenne est en hausse à 18,7 millions sur le troisième trimestre 2022 contre 6,1 millions d’euros au troisième trimestre 2021 (et 14,5 millions d’euros au troisième trimestre 2020), en lien avec les chocs de marché et de taux sur la période. Elle demeure néanmoins à un niveau faible, reflétant la gestion prudente des risques.

Le 17 octobre 2022, CACEIS a annoncé la signature d’un protocole d’accord en vue de l’acquisition potentielle par CACEIS des activités de services aux investisseurs de RBC en Europe. Avec cette acquisition, CACEIS renforcerait son positionnement parmi les leaders mondiaux de l’asset servicing en Europe et dans le monde devenant #1 en Europe en terme d’actifs administrés avec près de 3 500 milliards d’euros39 et #2 en terme d’encours conservés à 4 800 milliards d’euros39.Cette opération permettrait également de diversifier le profil de la clientèle en ramenant la part des clients français à 50% à la faveur principalement des clientèles anglo-saxonnes et luxembourgeoises.

La signature des accords entre CACEIS et Royal Bank of Canada est soumise à la consultation préalable des instances représentatives du personnel et la réalisation de la transaction sera soumise aux conditions suspensives usuelles y compris les approbations réglementaires applicables. Cette opération serait conforme aux objectifs de développement du Groupe et respecterait nos critères de rentabilité avec un retour sur investissement attendu supérieur à 10% sur 3 ans grâce à la réalisation de synergies. Elle aurait un impact négatif inférieur à 10 points de base sur le CET1 de Crédit Agricole S.A. et du Groupe Crédit Agricole40.

Sur le troisième trimestre, les Services financiers aux institutionnels (CACEIS) continuent à subir des effets marchés importants sur leurs encours, ramenant ceux-ci à des niveaux proches de mi 2020. Les encours conservés affichent ainsi une baisse de -9,0% à fin septembre 2022 par rapport à fin septembre 2021, pour atteindre 3 975 milliards d’euros. Les encours administrés pour leur part sont en baisse de -8,5% sur un an, atteignant 2 107 milliards d’euros à fin septembre 2022. Le dynamisme de l’activité clientèle ne suffit pas à compenser l’impact de l’évolution des taux longs et des marchés action sur les actifs.

Résultats pôle Grandes Clientèles

Au troisième trimestre 2022, le produit net bancaire sous-jacent du pôle Grandes clientèles atteint 1 608 millions d’euros, en hausse de +5,2% par rapport au troisième trimestre 2021, soutenu par une bonne performance des métiers de la banque de financement et des services financiers aux investisseurs. Les charges d’exploitation hors FRU sont en hausse par rapport au troisième trimestre 2021 (+9,1%) avec le développement de l’activité. Ainsi le résultat brut d’exploitation du pôle est stable (-0,4%) sur le trimestre. Le pôle enregistre une dotation nette globale du coût du risque de -34 millions d’euros au troisième trimestre 2022, incluant des reprises de provisions juridiques, à comparer à une dotation de -12 millions d’euros au troisième trimestre 2021. Le résultat avant impôt s’élève à 603 millions d’euros, en léger repli de -2,9%. La charge d’impôt est en progression de +13,6% à 156 millions d’euros. Enfin, le résultat net part du Groupe atteint 412 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -9,5% après l’impact de la hausse de la part des minoritaires de CACEIS.

Sur les neuf premiers mois 2022, le produit net bancaire sous-jacent du pôle Grandes Clientèles s’établit à 5 237 millions d’euros, soit +9,8% par rapport aux neuf premiers mois 2021. Les charges d’exploitation hors FRU augmentent de +7,3% à 2 905 millions d’euros reflétant l’accompagnement du développement et les investissements IT (notamment enrichissement de la plateforme F/O et amélioration de l’offre e-business dans les activités de marché). Les charges FRU sont en nette hausse de +34,7% par rapport aux neuf premiers mois de 2021. Ainsi le résultat brut d’exploitation de la période s’élève à 1 890 millions d’euros, en hausse de +8,9% par rapport aux neuf premiers mois de 2021. Le coût du risque sur les neuf premiers mois 2022 est en dotation nette de -236 millions d’euros par rapport à une dotation de -38 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2021, essentiellement en raison de l’impact de la guerre Russie/Ukraine et de ses conséquences en termes de provisionnement sur encours sains au premier trimestre 2022. Ainsi, la contribution du métier au résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit à 1 165 millions d’euros, en baisse de -4,9% par rapport aux neuf premiers mois 2021.

Le pôle contribue à hauteur de 26% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) sur les neuf premiers mois 2022 et de 30% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2022, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 14,6 milliards d’euros et les emplois pondérés du pôle sont de 153,7 milliards d’euros.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent du pôle s’établit quant à lui à 11,8% pour les neuf premiers mois 2022, contre 13,1% pour les 2021.

Résultats Banque de financement et d’investissement

Au troisième trimestre 2022 le produit net bancaire sous-jacent de la Banque de financement et d’investissement affiche une hausse de +4,5% par rapport au troisième trimestre 2021, à 1 296 millions d’euros, reflétant la bonne performance commerciale de la banque de financement et de la banque de marché, bien que celle-ci soit pénalisée par les impacts négatifs de valorisations de marché (xVA et réserves modèles) liés à la volatilité actuelle. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU enregistrent une hausse de +12,2% ce trimestre par rapport au troisième trimestre 2021 pour s’établir à -764 millions d’euros, en lien avec la montée en charge du portefeuille de projets IT (enrichissement de la plateforme F/O et amélioration de l’offre e-business) et le développement de l’activité (effectifs et rémunérations). Le résultat brut d’exploitation est en baisse de -5,0% par rapport au troisième trimestre 2021 et s’établit à 532 millions d’euros. Le coût du risque enregistre une dotation nette de -32 millions d’euros, à comparer avec une dotation de -14 millions d’euros au troisième trimestre 2021, qui s’explique par des dotations sur risque crédit à hauteur de -98 millions d’euros et une reprise de provision pour risques juridiques à hauteur de +65 millions d’euros en banque de marché et d’investissement. Enfin, le résultat avant impôt du troisième trimestre 2022 s’élève à +501 millions d’euros, en baisse de -7,8% par rapport au troisième trimestre 2021. La charge d’impôt atteint -134 millions d’euros. Au final, le résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit à 358 millions d’euros sur le troisième trimestre 2022, en retrait de -13,9% par rapport au troisième trimestre 2021.

Sur les neuf premiers mois 2022, le produit net bancaire sous-jacent progresse de +10,2% par rapport aux neuf premiers mois 2021 pour s’établir à 4 300 millions d’euros, il est en croissance de +5,8% à change constant. La banque de financement continue sa progression et a des revenus en hausse de +12,4% sur les neuf premiers mois alors que la banque de marché et d’investissement connait une bonne dynamique commerciale, pénalisée cependant par des valorisations de marché. Elle est donc en moindre hausse, à +7,8% sur les neuf mois de 2022. Les charges hors FRU sous-jacentes augmentent de +9,4%, en lien avec la stratégie de croissance organique et de développement des activités de la BFI, alors que les contributions au FRU enregistrent une hausse sur les neuf premiers mois plus significative de +30,2% pour s’élever à 384 millions d’euros. Ainsi, le résultat brut d’exploitation sous-jacent, à 1 671 millions d’euros est en nette hausse (+7,6% par rapport aux neuf premiers mois 2021). Le coût du risque enregistre une dotation de -236 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, en lien avec le provisionnement prudent des expositions russes au premier trimestre (provision de -346 millions d’euros sur encours sains sur la Russie au premier trimestre 2022), contre -45 millions sur les neuf premiers mois 2021. La charge d’impôt s’élève à -366 millions d’euros, en hausse de +15,6% et la contribution du métier au RNPG ressort en baisse de -7,4% à 1 045 millions d’euros.

Les emplois pondérés à fin septembre 2022 sont en hausse (+11,4 milliards d’euros par rapport à fin juin 2022, dont +5,5 milliards d’euros d’effet change - marché et crédit - et +2,2 milliards d’euros d’effets modèle principalement TRIM), pour s’établir à 144,0 milliards d’euros.

Résultats Services financiers aux institutionnels

Au troisième trimestre 2022, le produit net bancaire sous-jacent des services financiers aux institutionnels enregistre une nette hausse de +8,3% par rapport au troisième trimestre 2021 et s’établit à 312 millions d’euros. Cette progression est essentiellement liée à la bonne performance de la marge d’intérêt sur la période (+40,3%), en lien avec une activité de trésorerie qui bénéficie de la remontée des taux d’intérêt et compense la baisse des revenus de commissions consécutive à l’impact marché sur les encours. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU sont stables à 214 millions d’euros (-0,6%) bénéficiant des plans d’efficacité opérationnelle. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent affiche ainsi une nette progression de +34,7% et s’établit à 98 millions d’euros au troisième trimestre 2022. Le résultat net sous-jacent atteint 79 millions d’euros, en hausse de +36,1%. Après partage avec les minoritaires pour 25 millions d’euros, la contribution du métier au résultat net part du Groupe sous-jacent est en hausse de +37,2% sur un an, à 54 millions d’euros au troisième trimestre 2022

Le produit net bancaire sous-jacent des neuf premiers mois 2022 est en hausse de +7,9% par rapport aux neuf premiers mois 2021, porté par la hausse de la marge nette d’intérêts (+23,4%) et les activités de flux qui compensent la baisse des revenus de commission liée à la baisse des encours. Les charges hors FRU sous-jacentes sont maîtrisées avec une légère hausse de +1,0% bénéficiant de l’effet du plan d’efficacité opérationnelle. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en hausse de +20,3% par rapport aux neuf premiers mois 2021 et le résultat net sous-jacent de +13,4%. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe sur les neuf premiers mois 2022 s’établit à 120 millions d’euros, en progression de +23,3%.

Activité Services financiers spécialisés

La production commerciale de Crédit Agricole Consumer Finance (CACF) est en hausse de +12,6% au troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021, portée par une activité très dynamique chez Agos (+16,8%) et sur les JV Automobiles (+22,9%), et ce, malgré la persistance des pénuries de composants électroniques sur le marché automobile. Fin septembre 2022, les encours totaux de CACF s’établissent ainsi à 98,9 milliards d’euros soit +8,7% par rapport à fin septembre 2021.

La production commerciale en crédit-bail de Crédit Agricole Leasing and Factoring (CAL&F) reste soutenue, en augmentation de +15,5% par rapport au troisième trimestre 2021. La production commerciale en affacturage baisse de -18,5% liée aux conditions macroéconomiques; Le chiffre d’affaires factoré atteint cependant 28,4 milliards d’euros, en augmentation de + 20,8%, sous l’effet de l’inflation, mais aussi porté par la montée en puissance de la plate-forme pan européenne. Les encours de leasing atteignent 17 milliards d’euros fin septembre 2022 (dont 13,6 milliards d’euros en France et 3,3 à l’international) soit +5,8% comparé à fin septembre 2021.

Résultat services financiers spécialisés

Quelques évolutions de périmètres impactent les résultats financiers des Services financiers spécialisés. Pour le Crédit à la consommation, CACF NL (classé en IFRS 5 depuis le troisième trimestre 2020 et réintégré dans la consolidation ligne à ligne au troisième trimestre 2021) est retiré des comparaisons qui suivent entre le troisième trimestre 2022 et le troisième trimestre 2021 ; CACF Spain (anciennement détenu à 50% et mis en équivalence, est repris à 100% depuis le troisième trimestre 2021) n’est en revanche pas retraité des comparaisons trimestrielles mais uniquement des comparaisons entre les neuf premiers 2022 et les neuf premiers mois 2021. Enfin, et concernant le Leasing et l’Affacturage, Olinn (société acquise au quatrième trimestre 2021) est retiré des comparaisons trimestrielles et cumulées.

A périmètre constant41, hors CACF NL et Olinn, le produit net bancaire sous-jacent des services financiers spécialisés s’élève à 683 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en hausse de +2,2% par rapport au troisième trimestre 2021, porté par le dynamisme des revenus de CACF. Les charges hors FRU en sous-jacent s’élèvent à -341 millions d’euros, en hausse de +1,9%. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en hausse (+2,4%), le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU reste bas à 49,9% (-0,1 point de pourcentage). Le coût du risque sous-jacent est en hausse de +32% par rapport à un troisième trimestre 2021 historiquement bas. Le résultat net part du groupe sous-jacent atteint 206,8 millions d’euros, en hausse de +4,1%.

Les données ci-après du métier services financiers spécialisés pour les neuf premiers mois 2022 sont présentées à périmètre constant42, hors CACF Spain et Olinn. Le produit net bancaire sous-jacent des Services financiers spécialisés augmente de +1,6% par rapport aux neuf premiers mois 2021, porté une bonne performance chez CACF et CAL&F. Les charges hors FRU sous-jacent augmentent de +1,8%. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU reste bas, à 51,3%, en hausse de +0,1 point de pourcentage. La contribution au FRU s’élève à -34 millions d’euros pour les neuf premiers mois 2022, en hausse de +47,9%. Le coût du risque sous-jacent est en légère hausse de +0,5%. La contribution des sociétés mises en équivalence en sous-jacent est en hausse de +0,2%. Le résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit ainsi à 585 millions d’euros, en hausse de +2,3%.

Le pôle contribue à hauteur de 13% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) sur les neuf premiers mois 2022 et de 12% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2022, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 5,5 milliards d’euros et les emplois pondérés du pôle sont de 58,4 milliards d’euros.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent du pôle s’établit quant à lui à 14,9% pour les neuf premiers mois 2022, contre 15,2% pour 2021.

Résultats Crédit à la consommation

Les données ci-après de CACF pour le troisième trimestre 2022 sont présentées à périmètre constant43, à savoir hors CACF NL. Le produit net bancaire sous-jacent de CACF atteint 533,5 millions d’euros, en hausse de +3,1% par rapport au troisième trimestre 2021, grâce au dynamisme de l’activité et à la hausse progressive des taux clients, et malgré la poursuite de la hausse du coût de refinancement. Les charges en sous-jacent hors FRU augmentent de +0,9%. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en hausse de +5,2% et le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU reste bas à 48,2%, en baisse de -1,0 point de pourcentage. La contribution des sociétés mises en équivalence en sous-jacent atteint 82 millions d’euros (+3,9%). Le coût du risque sous-jacent s’établit à 140,4 millions d’euros, en augmentation de +43,4%, compte tenu d’une référence du troisième trimestre 2021 exceptionnellement basse (92 millions d’euros, le niveau le plus bas constaté depuis le premier trimestre 2019). Les impôts sous-jacent s’élèvent à -32,4 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -33%. Le résultat net part du Groupe sous-jacent atteint 157,6 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en hausse de +0,5%.

Concernant le niveau de risque, et son évolution, les données ci-après sont présentées à périmètre courant. Le cout du risque sous-jacent atteint -141 millions d’euros sur le trimestre, principalement en raison de provisions pour risques avérés à -129 millions d’euros (Stage 3), ainsi que des provisions de -7 millions d’euros sur encours sains (Stage 1 et 2) ; le coût du risque sur encours, en cours de normalisation, atteint 128 points de base sur quatre trimestres glissants44, identique au niveau moyen de 2019. Après intégration du coût du risque des JV automobiles, il s’établit à 102 points de base; le taux de créances douteuses et litigieuses atteint 5,0%, stable par rapport à fin juin 2022 et le taux de couverture atteint 88,4% en baisse de -0,3 point de pourcentage par rapport à fin juin 2022.

Les données ci-après de CACF pour les neuf premiers mois 2022 sont présentées à périmètre constant45, à savoir hors CACF Spain. Le produit net bancaire sous-jacent est en hausse de +1,1% par rapport aux neuf premiers mois 2021, le dynamisme de l’activité, notamment sur les encours moins risqués, et la hausse progressive des taux clients, compensant en effet la hausse du coût de refinancement. Les charges sous-jacent hors FRU sont en hausse de +0,3%, la contribution au FRU s’élève à -16 millions d’euros (+65,3%), le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU reste bas à 50,3%, en baisse de -0,4 point. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en augmentation (+1,1%). Le coût du risque sous-jacent augmente de +5,5%, pour atteindre -340 millions d’euros. La contribution des sociétés mises en équivalences est en hausse de +0,2% en sous-jacent. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe en sous-jacent s’élève à 468,7 millions d’euros sur les neuf premiers mois, en hausse de +0,3% en sous-jacent.

Résultats Leasing & Affacturage

Les données ci-après de CAL&F pour le troisième trimestre sont présentées à périmètre constant46, à savoir hors Olinn. Le produit net bancaire sous-jacent atteint 149 millions d’euros, en baisse de -1,2% par rapport au troisième trimestre 2021. Les charges en sous-jacent hors FRU sont en hausse de +5,2% sous l’effet de la croissance de l’activité et des investissements informatiques. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU est à 56,0%, en hausse de +3,4 points de pourcentage. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent ressort ainsi en baisse de -8,2%. Le coût du risque sous-jacent baisse nettement (-39,0%) par rapport à un troisième trimestre 2021 marqué par un provisionnement élevé. Le résultat net part du Groupe sous-jacent s’établit à 42,2 millions d’euros, en hausse de +0,7%.

Les données ci-après de CAL&F pour les neuf premiers mois 2022 sont présentées à périmètre constant47, à savoir hors Olinn. Le produit net bancaire sous-jacent est en hausse de +3,4% par rapport à fin septembre 2021, grâce notamment à une forte activité en affacturage. Les charges en sous-jacent hors FRU sont en hausse de +6,7% et accompagnent la croissance de l’activité. La contribution au FRU s’élève à -18 millions d’euros (+35,0%). Ainsi, le résultat brut d’exploitation sous-jacent baisse de – 2,9%. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit à 54,7%, en hausse de +1,7 point. Le coût du risque sous-jacent est en nette baisse 2021 (-35,0%). Enfin, le résultat net part du Groupe sous-jacent s’élève à 116 millions d’euros, en hausse de +11,1%.

Activité de la Banque de proximité Crédit Agricole S.A.

L’activité des Banques de proximité de Crédit Agricole S.A. a été soutenue ce trimestre, portée notamment chez LCL par la production de crédits aux entreprises et aux professionnels, et par une activité commerciale résiliente chez Crédit Agricole Italia.

La production de crédits chez LCL progresse au troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021 (+10%48) notamment sur les entreprises (+34%48 et les professionnels (+37%48). La production habitat, en légère baisse (-2%) reste à un niveau élevé alors que le taux moyen à la production est supérieur au taux moyen du stock au troisième trimestre. Dans ce contexte, les encours de crédits sont en hausse de +9,2% depuis fin septembre 2021, à 161,3 milliards d’euros, dont +9,2% sur les crédits immobiliers, +8,9% sur les crédits aux professionnels, +10,6% sur les crédits aux entreprises et +5,3% sur les crédits à la consommation. Les encours de collecte sont stables à +0,4% par rapport à fin septembre 2021, portés par la collecte bilan (+2,4%) en lien avec la progression des livrets et des comptes à terme, et malgré l’épargne hors bilan en baisse (-3,1%) en raison d’un effet marché défavorable. Enfin, la conquête brute s’élève à 263 400 nouveaux clients sur les 9 premiers mois (85 400 au troisième trimestre), et la hausse du fonds de commerce est de 43 400 clients sur les 9 premiers mois de l’année, et 16 500 au troisième trimestre 2022. Le taux d’équipement en assurances automobile, MRH, santé, juridique, tous mobiles/portables ou GAV est en hausse de +0,6 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2021 pour s’établir à 27,1% à fin septembre 2022. Enfin, LCL a annoncé en octobre le lancement d’une offre 100% digitale, LCL Essentiel Pro, assortie de services extra-bancaires pour micro-entrepreneurs et entreprises individuelles.

L’activité de CA Italia est résiliente et bénéficie de la diversification des activités du Groupe en Italie. La conquête brute sur neuf mois atteint ainsi 115 000 nouveaux clients. Les encours de crédit de CA Italia à fin septembre 2022 s’établissent à 59,7 milliards d’euros49. Ils sont stables par rapport à fin septembre 2021 hors cession de créances non performantes de 1,5 milliard d’euros au quatrième trimestre 2021, et stables par rapport au deuxième trimestre 2022. La production de crédits aux entreprises50 et crédits à la consommation51 est dynamique, atteignant respectivement +7% par rapport au troisième trimestre 2021 et +28% par rapport aux neuf premier mois 2021, ainsi que +23% par rapport au troisième trimestre 2021 et +31% par rapport aux neuf premiers mois 2021. La production de crédits habitat est résiliente dans un marché baissier en Italie, permettant à CA Italia de gagner des parts de marché sur un an (6,2%52 au troisième trimestre 2022 contre 5,7% au troisième trimestre 2021). Les encours de collecte à fin septembre 2022 s’élèvent pour leur part à 109,7 milliards d’euros, en baisse de -3,3% en raison d’un impact marché défavorable sur l’épargne gérée et d’une baisse de l’épargne bilan en dépit de la collecte positive sur les particuliers, professionnels et banque privée.

Pour les Banques de Proximité à l’International hors Italie, les encours de crédits sont en baisse de -4,8% à fin septembre 2022 par rapport à fin septembre 2021 et les encours de collecte sont en baisse de -2,0% sur la même période. Hors entités cédées ou en cours de cession53, c’est-à-dire en Pologne, Egypte et Ukraine, la croissance des encours de crédits atteint +3,7% et celle des encours de collecte atteint +7,8% sur la même période.

Au troisième trimestre 2022, l’activité commerciale est en forte progression en Pologne et en Egypte par rapport au troisième trimestre 2021, avec une croissance des crédits de +13,3% à change constant, notamment en Pologne (+12,2%) et en Egypte (+16,3%), et une collecte bilan en croissance de +17,2% à change constant, dont +16,5% en Pologne et +18,7% en Egypte.

L’excédent net de collecte sur les crédits de la Pologne et de l’Egypte s’élève à 2,0 milliards d’euros au 30 septembre 2022, et atteint 2,6 milliards d’euros en incluant l’Ukraine.

Enfin, le Groupe continue de déployer son modèle de banque universelle de proximité en Pologne. La conquête brute atteint 28 000 nouveaux clients au troisième trimestre dans le pays.

Résultats Banque de proximité en France

Au troisième trimestre 2022, le produit net bancaire sous-jacent de LCL est stable à +0,6% par rapport au troisième trimestre 2021, et atteint 940 millions d’euros. La hausse des commissions (+5,8%) permet de compenser la baisse de la marge nette d’intérêt (-4,0%) liée à la hausse des coûts de refinancement (dont la fin de la période de surbonification du TLTRO au 30 juin et des ressources clientèles (épargne réglementée notamment).

En vision sous-jacente, l’évolution des charges hors FRU est maitrisée (+1,0% T3/T3) à 572 millions d’euros ce trimestre, et le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU est stable à 60,8%. Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est stable sur un an, le coût du risque est en hausse de +31,4% à -54 millions d’euros par rapport à un niveau bas de -41 millions enregistré au T3 2021. Le taux de couverture reste élevé à 80,0% à fin septembre, contre 82% à fin juin 2022. Le taux de créances douteuses atteint 1,4% à fin juin 2022, en baisse de 0,1 point pourcentage par rapport à fin juin 2022. Au final, le résultat net part du Groupe est en baisse de -1,1% par rapport au troisième trimestre 2021.

Sur les neuf premiers mois de l’année 2022, les revenus de LCL augmentent de +4,9% par rapport au neuf premiers mois 2021 et atteignent 2 902 millions d’euros, portés d’une part par la marge nette d’intérêt (+3,7%), soutenue notamment par l’activité entreprises et professionnels, et d’autre part, par les commissions (+6,3%), notamment celles sur l’assurance non-vie et les moyens de paiement. Les charges sous-jacentes hors FRU sont en hausse maîtrisée de +2,6% et de +1,9% hors contributions au FRU et au FGD. Cela entraîne une amélioration du coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU de -1,3 points de pourcentage par rapport au neuf premiers mois 2021, à 60,0%. Le résultat brut d’exploitation augmente donc de +8,0%. Le coût du risque diminue de -5,3%, résultant principalement de la baisse de -25,8% au premier trimestre 2022. Au final, la contribution du métier au résultat net part du groupe est en forte hausse de 17,7%.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent de LCL s’établit quant à lui à 18,8% pour les neuf premiers mois 2022, contre 15,2% en 2021.

Résultats Banque de proximité à l’international

Sur le périmètre de la Banque de proximité à l’international, Creval acquis par CA Italia est consolidé depuis le 30 avril 2021 ; Crédit du Maroc est passé en IFRS 5 au premier trimestre 2022, et Crédit Agricole Serbie a été cédé au 1er avril 2022. Les résultats de ces deux entités dernière sont comptabilisés en 2022 en IFRS 5, impactant toutes les lignes de résultats de la Banque de proximité à l’international hors Italie, en vision trimestrielle et en vision cumulée. Par ailleurs, la provision exceptionnelle sur les moratoires en Pologne de -21 millions d’euros, comptabilisée en PNB, a été retraitée en spécifique au troisième trimestre 2022.

Les revenus sous-jacent du pôle Banque de proximité à l’international augmentent de +3,6% à 825 millions d’euros au troisième trimestre 2022. Hors Crédit du Maroc, Crédit Agricole Serbie et Crédit Agricole Ukraine, les revenus sous-jacents du pôle banque de proximité à l’international augmentent de +5,6% au troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021. Les charges sous-jacentes hors FRU sont stables à -486 millions d’euros au troisième trimestre 2022. Hors Crédit du Maroc, Crédit Agricole Serbie et Crédit Agricole Ukraine, les charges augmentent de +3,8%. En conséquence, le résultat brut d’exploitation sous-jacent s’établit à +340 millions d’euros soit une hausse de +9,3 %. Hors Crédit Agricole Serbie et Crédit du Maroc, le RBE sous-jacent est en hausse de +8,4%. Le coût du risque sous-jacent s’établit à -120 millions d’euros, en hausse de +10,2%, hausse portée par la banque de proximité à l’international hors Italie. Au final, le résultat net part du Groupe sous-jacent du pôle Banque de proximité à l’international s’élève à 127 millions d’euros, soit 8,3% du résultat net part du groupe des métiers de Crédit Agricole S.A hors AHM. Hors Crédit Agricole Serbie et Crédit du Maroc, le résultat net part du Groupe sous-jacent du pôle Banque de proximité à l’international est en hausse de 7,3% par rapport au troisième trimestre 2021.

Sur les neuf premiers mois, les revenus sous-jacent du pôle Banque de proximité à l’international augmentent de +5,8% à 2 424 millions d’euros. Pro-forma de Creval, consolidé depuis 30 avril 2021, hors Crédit du Maroc, passé en IFRS 5 au premier trimestre 2022, et hors Crédit Agricole Serbie, cédée au 1er avril 2022, les revenus du pôle banque de proximité à l’international augmentent de +2,7% sur les neuf premiers mois 2022 par rapport aux neuf premiers mois 2021. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU augmentent de +4,4% pour atteindre 1 443 millions d’euros. Pro-forma de Creval, hors Crédit Agricole Serbie et Crédit du Maroc, elles augmentent de +1,2%. En conséquence, le résultat brut d’exploitation sous-jacent hors FRU s’établit à +981 millions d’euros soit une hausse de +7,9%. Pro-forma de Creval, hors Crédit Agricole Serbie et Crédit du Maroc, le RBE sous-jacent hors FRU est en hausse de +5,5%. Le coût du risque s’établit à -316 millions d’euros, en hausse de +3,8%. Au final, le résultat net part du Groupe sous-jacent du pôle Banque de proximité à l’international s’élève à 361 millions d’euros, soit 8,1% du résultat net part du groupe des métiers de Crédit Agricole S.A hors AHM. Pro-forma de Creval, hors Crédit Agricole Serbie et Crédit du Maroc, le résultat net part du Groupe sous-jacent du pôle Banque de proximité à l’international est en hausse de 33,7% par rapport aux neuf premiers mois 2021.

Résultats Italie

Au troisième trimestre 2022, les revenus sous-jacent de CA Italia sont stables (+0,9%) par rapport au troisième trimestre 2021 et s’établissent à 619 millions d’euros, du fait de la poursuite de la pression sur la marge nette d’intérêt dans un environnement concurrentiel. Néanmoins la tendance haussière des taux à la production en crédit habitat et entreprises permet d’afficher un taux à la production ce trimestre supérieur au taux moyen du stock d’encours ainsi qu’une stabilité de la marge nette d’intérêts entre le deuxième et le troisième trimestre 2022. Les commissions bancaires sont en hausse, grâce à l’activité en assurances dommages et en crédit à la consommation. Les charges d’exploitation sont stables (+0,6%) à 376 millions d’euros, grâce notamment aux synergies de coûts suite à l’intégration de Creval, permettant de dégager ainsi un effet ciseaux positif de +0,3 point de pourcentage ce trimestre par rapport au troisième trimestre 2021. Au final, le résultat brut d’exploitation augmente de +1,6% par rapport au troisième trimestre 2021. Le profil de risque de CA Italia ayant été amélioré par la cession de créances douteuses pour 1,5 milliard d’euros au quatrième trimestre 2021, le coût du risque sur encours54 est à 49 points de base, et le taux de créances douteuses au 30 septembre 2022 s’établit à 3,7% et le taux de couverture à 58,7%55. Le résultat net part du groupe de CA Italia s’établit ainsi à 101 millions d’euros en hausse de +12,0% par rapport au troisième trimestre 2021.

Sur les neuf premiers mois, les revenus sous-jacent de Crédit Agricole Italia augmente de +10,5% pour s’établir à 1 859 millions d’euros. Pro forma de l’acquisition de Creval, consolidé depuis le 30 avril 2021, les revenus sont en baisse de -0,9% en lien avec la pression concurrentielle sur la marge nette d’intérêts, compensée par la hausse des commissions notamment sur l’assurance dommage et le crédit à la consommation. Les charges sous-jacentes hors FRU sont en hausse par rapport aux neuf mois 2021 (+11,3%) à -1 116 millions d’euros. Pro forma Creval, les charges baissent de -1,6%, et l’effet ciseaux est favorable, de 0,7 point de pourcentage. Le coût du risque baisse de -21,0% (-31% pro forma Creval). Au final, le résultat net part du groupe de CA Italia s’établit ainsi à 298 millions d’euros, en hausse de +33,7% par rapport aux neuf premiers mois 2021 et de +27% pro forma Creval.

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent de CA Italia s’établit à 13,4% pour les neuf premiers mois 2022.

Résultats du Groupe Crédit Agricole en Italie

Le résultat sous-jacent du Groupe en Italie reflète une excellente performance des différents métiers du Groupe et s’établit à 685 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, soit une amélioration de +14% par rapport aux neuf premiers mois 2021. Le résultat du Groupe en Italie représente ainsi 16% du résultats du résultat sous-jacent de Crédit Agricole S.A56, et le résultat de Crédit Agricole Italia représente 44% du résultat du Groupe en Italie.

Résultats Banque de proximité à l’international - hors Italie

Sur le périmètre de la Banque de proximité à l’international hors Italie, Crédit du Maroc est passé en IFRS 5 au premier trimestre 2022, et Crédit Agricole Serbie a été cédé au 1er avril 2022. Les résultats de ces deux entités sont comptabilisés en 2022 en IFRS 5, impactant toutes les lignes de résultats de la Banque de proximité à l’international hors Italie, en vision trimestrielle et en vision cumulée.

Dans un contexte de poursuite du conflit en Ukraine, l’activité commerciale reste fortement pénalisée et le fonctionnement de Crédit Agricole Ukraine diminué. Le résultat est à zéro ce trimestre compte tenu du renforcement des provisions à hauteur du résultat brut d’exploitation.

Les données ci-après du troisième trimestre pour la banque de proximité hors Italie sont donc présentées à périmètre constant57, c’est-à-dire hors Crédit Agricole Serbie et Crédit du Maroc, et en excluant Crédit Agricole Ukraine. Ce périmètre correspond donc à la vision cumulée de l’Egypte et de la Pologne. Les revenus s’établissent à 136 millions d’euros au troisième trimestre 2022 et augmentent de +12,0% par rapport au troisième trimestre 2021, après impact d’une provision exceptionnelle comptabilisée en revenus de 21 millions d’euros au titre du moratoire sur les crédits en Pologne58. Retraités de cette provision, les revenus augmentent de 29,3% dans un contexte de hausse des taux. Les charges d’exploitation hors FRU augmentent de +21,0%, impactées par l’inflation. Le résultat brut d’exploitation hors FRU s’établit à 50 millions d’euros, stable par rapport au troisième trimestre 2021 (+41,0% après retraitement de la provision exceptionnelle). Le coût du risque s’établit à -21 millions d’euros, en augmentation de + 12,0%. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe est de 10 millions d’euros, en baisse de -25,4% (+86,9% après retraitement de la provision exceptionnelle).

Les données ci-après des neuf premiers mois 2022 pour la banque de proximité hors Italie sont présentées à périmètre constant et en excluant l’Ukraine59. Ce périmètre correspond donc à la vision cumulée de l’Egypte et de la Pologne. Les revenus s’établissent à 410 millions d’euros et augmentent de +15,9% par rapport aux neuf premiers mois 2021 (+ 21,9% hors provision exceptionnelle), dans un contexte de hausse de taux, portés par le développement de la marge d’intérêt en Pologne et de l’activité Entreprises en Egypte. Les charges d’exploitation hors FRU augmentent de + 16,5%, en Pologne notamment, du fait d’investissements IT et pour accompagner le développement de l’activité. Le résultat brut d’exploitation hors FRU s’établit à 166 millions d’euros, soit une augmentation de +15,1% (+29,7% hors provision exceptionnelle). Le coût du risque s’établit à -47 millions d’euros, en baisse de -13,7%. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe est de 50 millions d’euros, en hausse de +33,4% par rapport au premier semestre 2021 (+72,3% après retraitement de la provision exceptionnelle).

Le RoNE (retour sur fonds propres alloués normalisés) sous-jacent des Autres BPI s’établit à 11,6% pour les neuf premiers mois 2022, contre 14,4% pour 2021.

Le pôle Banque de Proximité à l’international contribue à hauteur de 8% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) sur les neuf premiers mois 2022 et de 14% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Dans son ensemble, le pôle Banque de proximité contribue à hauteur de 23% au résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers de Crédit Agricole S.A. (hors pôle AHM) sur les neuf premiers mois 2022 et de 30% aux revenus sous-jacents hors AHM.

Au 30 septembre 2022, les fonds propres alloués au pôle s’élèvent à 9,7 milliards d’euros dont 4,8 milliards d’euros sur la Banque de proximité en France, 4,9 milliards d’euros sur la Banque de proximité à l’international. Les emplois pondérés du pôle sont de 102,5 milliards d’euros dont 51,7 milliards d’euros sur la Banque de proximité en France et 50,7 milliards d’euros sur la Banque de proximité à l’international.

Résultat Activités Hors métiers

Le résultat net part du groupe sous-jacent de AHM s’établit à -254 millions au troisième trimestre 2022 en baisse de -103 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021. Le revenu s’établit à -53 million d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -53 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021, notamment du fait des éliminations des titres intragroupes souscrits par Predica et par Amundi, et de l’arrêt de la sur-bonification TLTRO.
La contribution négative du pôle Activité Hors Métiers s’analyse en distinguant la contribution « structurelle » (-302 millions d’euros) des autres éléments (+49 millions d’euros).
La contribution de la composante « structurelle » est en baisse de -123 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021 et se décompose en trois types d’activités :

  • les activités et fonctions d’organe central de Crédit Agricole S.A. entité sociale. Cette contribution atteint -319 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -125 millions d’euros ;
  • les métiers non rattachés aux pôles métiers, comme CACIF (Private equity) et CA Immobilier et BforBank intégré en mise en équivalence : leur contribution, à +8 millions d’euros au troisième trimestre 2022, est stable par rapport au troisième trimestre 2021 ;
  • les fonctions support du Groupe : leur contribution s’élève à +9 millions d’euros ce trimestre (+2 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021), grâce notamment à l’activité soutenue chez Crédit Agricole Payment Services.

La contribution des « autres éléments » est en hausse (+20 millions d’euros) comparée au troisième trimestre 2021 malgré l’élimination des titres intragroupes souscrits par Prédica et par Amundi.
L’impôt sur les sociétés s’élève à +19 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en variation de -30 millions d’euros par rapport au troisième trimestre 2021, reflétant une vision prudente avant l’actualisation de fin d’année.

Sur les neuf premiers mois 2022, le résultat net part du groupe sous-jacent du pôle AHM s’élève à -544 millions d’euros, en baisse de -108 millions d’euros, par rapport au neuf premiers mois 2021. La composante structurelle contribue à hauteur de -778 millions d’euros et les autres éléments du pôle enregistrent une contribution de +234 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022.
La contribution de la composante « structurelle » est en baisse de -196 millions d’euros comparé au premier neuf premiers mois 2021 et se décompose en trois types d’activités :

  • Les activités et fonctions d’organe central de Crédit Agricole S.A. entité sociale. Cette contribution atteint -834 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, en baisse de -179 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2021;
  • Les métiers non rattachés aux pôles métiers, comme CACIF (Private equity) et CA Immobilier et BforBank : leur contribution, à +39 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022 est en baisse de -27 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2021.
  • Les fonctions support du Groupe : leur contribution est de +17 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, en hausse de +10 millions d’euros par rapport aux neuf premiers mois 2021.

La contribution des « autres éléments » est en hausse (+88 millions d’euros) comparé aux neuf premiers mois 2021, notamment liée à l’impact positif de la hausse des spreads depuis le début d’année sur les éliminations sur titres intra-groupe souscrit pas Predica et Amundi.
Au 30 septembre 2022, les emplois pondérés sont de 27,2 milliards d’euros.

*        *

*

Solidité financière

Groupe Crédit Agricole

Au 30 septembre 2022, le ratio Common Equity Tier 1 (CET1) phasé du Groupe Crédit Agricole s’établit à 17,2%, en baisse de 0,3 point de pourcentage par rapport à fin juin 2022. Ainsi, le Groupe Crédit Agricole affiche un coussin substantiel de 8,3 points de pourcentage entre le niveau de son ratio CET1 et l’exigence SREP60 fixée à 8,9%. Le ratio CET1 non phasé atteint 16,9%.

  • Le ratio CET1 bénéficie d’un impact de +26 pb lié au résultat conservé.
  • La croissance organique des métiers contribue à la variation des emplois pondérés pour +4,6 milliards d’euros par rapport à fin juin 2022 (hors effet change de +2,9 milliards d’euros et impact des RWA marché de +5,0 milliards d’euros), dont +1,2 milliard d’euros sur les Caisses régionales, impactant le ratio CET1 de -14 pb.
  • Le ratio CET1 est impacté ce trimestre par des effets marchés défavorables, à hauteur de -24 points de base, pesant à la fois sur les métiers Assurance et Banque de marché. L’effet sur les réserves latentes OCI liées au métier Assurances représente -9 points de base, du fait notamment de l’impact négatif de la hausse des taux sur les réserves latentes de CAA. Le stock global de réserves OCI atteint -19 points de base au 30 septembre 2022 (par rapport au -11 points de base à fin juin 2022). Les effets marché sur le CET1 du Groupe Crédit Agricole liés au métier Banque de marché ont un impact de -15 points de base (en lien avec la hausse du risque de marché et du risque CVA et avec l’impact de change sur le risque de contrepartie du trading book).
  • Enfin, les effets « Autres », réglementaires et autres contribuent à hauteur de -13 pb, dont un effet change pour -3 pb et des effets modèles de -5 pb.

A noter que retraité des effets du stock de réserves latentes, le ratio CET1 est stable sur neuf premiers mois 2022 à 17,4%, net de +16 points de base de plus-values latentes à fin décembre 2021 et net de -19 points de base de moins-values latentes à fin septembre 2022.

Le ratio Tier 1 phasé ressort à 18,4% et le ratio global phasé est à 21,3% ce trimestre.

Le ratio de levier phasé ressort à 5,1%, en baisse de -0,2 point de pourcentage par rapport à fin juin 2022, bien au-dessus de l’exigence réglementaire de 3%.

Les emplois pondérés du Groupe Crédit Agricole s’élèvent à 588,6 milliards euros, en hausse de +9,1 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2022. La croissance organique des métiers contribue à cette évolution pour +4,6 milliards d’euros (hors effet change pour +2,9 milliards d’euros et impact des RWA marché de +5,0 milliards d’euros), dont +1,2 milliard d’euros pour les Caisses régionales. Les réserves latentes de l’assurance impactent les emplois pondérés à la baisse pour -5,1 milliards d’euros, en lien avec l’évolution défavorable des réserves OCI, sous l’effet notamment de la hausse des taux Swap 10 ans de 80 pb ce trimestre. Les emplois pondérés sont aussi impactés ce trimestre par un impact sur les RWA marchés de CACIB pour +5 milliards d’euros, liés au risque de change sur Risque de Contrepartie du Trading Book (RCTB) pour +2,4 milliards ainsi qu’au risque de marché et CVA. Le poste « Méthodologies, effets réglementaires et autres » impacte les emplois pondérés à hauteur de +1,8 milliard d’euros incluant principalement l’impact TRIM du trimestre.

Seuil de déclenchement du montant maximum de distribution (MMD)

La transposition de la réglementation bâloise dans la loi européenne (CRD) a instauré un mécanisme de restriction des distributions applicables aux dividendes, aux instruments AT1 et aux rémunérations variables. Le principe du Montant Maximal Distribuable (MMD, somme maximale qu’une banque est autorisée à consacrer aux distributions) vise à restreindre les distributions lorsque ces dernières résulteraient en un non-respect de l’exigence globale de coussins de fonds propres.

La distance au seuil de déclenchement du MMD correspond ainsi au minimum entre les distances respectives aux exigences SREP en capital CET1, Tier 1 et Fonds propres totaux.

Le Groupe Crédit Agricole, au 30 septembre 2022, dispose d’une marge de sécurité de 771 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du MMD, soit 45 milliards d’euros de capital CET1.

Crédit Agricole S.A., au 30 septembre 2022, dispose d’une marge de sécurité de 310 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du MMD, soit 12 milliards d’euros de capital CET1.

TLAC

L’exigence de ratio TLAC a été transposée en droit de l’Union européenne via CRR2 et s’applique depuis le 27 juin 2019. Le Groupe Crédit Agricole doit satisfaire à tout moment aux exigences de ratio TLAC suivantes :

  • un ratio TLAC supérieur à 18% des actifs pondérés des risques (Risk Weighted Assets - RWA), niveau auquel s’ajoute, d’après la directive européenne CRD5, une exigence globale de coussins de fonds propres (incluant pour le Groupe Crédit Agricole un coussin de conservation de 2,5%, un coussin G-SIB de 1% et le coussin contracyclique fixé à 0,03% pour le Groupe CA au 30/09/22). En tenant compte de l’exigence globale de coussins de fonds propres, le Groupe Crédit Agricole doit respecter un ratio TLAC supérieur à 21,5% ;
  • un ratio TLAC supérieur à 6,75% de l’exposition en levier (Leverage Ratio Exposure - LRE).

L’objectif 2025 du Groupe Crédit Agricole est de conserver un ratio TLAC supérieur ou égal à 26% des RWA hors dette senior préférée éligible.

Au 30 septembre 2022, le ratio TLAC du Groupe Crédit Agricole s’élève à 26,5% des RWA et 7,4% de l’exposition en levier, hors dette senior préférée éligible61, soit bien au-delà des exigences. Le ratio TLAC exprimé en pourcentage des actifs pondérés des risques est en baisse de 20pb sur le trimestre, en lien avec la hausse des RWA. Exprimé en pourcentage de l’exposition en levier (LRE), le ratio TLAC diminue également de 20pb par rapport à juin 2022.

Le Groupe présente ainsi un ratio TLAC hors dette senior préférée éligible supérieur de 500 points de base, soit 29 milliards d’euros, au-delà de l’exigence actuelle de 21,5% des RWA.

Sur les neuf premiers mois 2022, 3,8 milliards d’euros équivalents ont été émis sur le marché (dette senior non préférée et Tier 2). Le montant de titres senior non préférés du Groupe Crédit Agricole pris en compte dans le calcul du ratio TLAC s’élève à 26,5 milliards d’euros.

MREL

Les niveaux minimums à respecter sont déterminés dans des décisions prises par les autorités de résolution et notifiées à chaque établissement, puis révisées périodiquement. Le Groupe Crédit Agricole doit respecter depuis le 1er janvier 2022 une exigence minimale de MREL total de :

  • 21,04% des RWA, niveau auquel s’ajoute d’après la directive européenne CRD5, une exigence globale de coussins de fonds propres (incluant pour le Groupe Crédit Agricole un coussin de conservation de 2,5%, un coussin G-SIB de 1% et le coussin contracyclique fixé à 0,03% pour le Groupe CA au 30/09/22). En tenant compte de l’exigence globale de coussins de fonds propres, le Groupe Crédit Agricole doit respecter un ratio MREL total supérieur à 24,6% ;
  • 6,02% de la LRE.

Au 30 septembre 2022, le Groupe Crédit Agricole présente un ratio MREL estimé à 30,7% des RWA et 8,6% de l’exposition en levier, bien au-delà de l’exigence de MREL total.

Une exigence de subordination additionnelle au TLAC (« MREL subordonné ») est également déterminée par les autorités de résolution et exprimée en pourcentage des RWA et de la LRE, dans laquelle les instruments de dette senior sont exclus, à l’instar du TLAC, dont le ratio est équivalent à celui du MREL subordonné pour le Groupe Crédit Agricole. Au 1er janvier 2022, cette exigence de MREL subordonné pour le Groupe Crédit Agricole n’excède pas l’exigence de TLAC.

La distance au seuil de déclenchement du montant maximum de distribution liée aux exigences de MREL (M-MMD) correspond au minimum entre les distances respectives aux exigences de MREL, MREL subordonné et TLAC exprimées en RWA.

Le Groupe Crédit Agricole, au 30 septembre 2022, dispose ainsi d’une marge de sécurité de 500 points de base au-dessus du seuil de déclenchement du M-MMD, compte tenu de l’exigence TLAC applicable au 30/09/2022, soit 29 milliards d’euros de capital CET1.

Crédit Agricole S.A.

A fin septembre 2022, la solvabilité de Crédit Agricole S.A. s’établit à la cible du Plan à Moyen Terme, avec un ratio Common Equity Tier 1 (CET1) de 11,0% en vision phasé, en baisse de 0,3 point de pourcentage par rapport à fin juin 2022. Ainsi, Crédit Agricole S.A. affiche un coussin substantiel de 3,1 points de pourcentage entre le niveau de son ratio CET1 et l’exigence SREP62 fixée à 7,9%, par rapport au 3,4 points de pourcentage à fin juin 2022. Le ratio CET1 non phasé atteint 10,7%

  • Le ratio CET1 bénéficie ce trimestre d’un impact positif de +16 points de base lié au résultat conservé. Notamment, la provision pour distribution de dividendes, sur la base d’une politique de distribution de 50% du résultat, atteint 0,58€ par action sur les neuf premiers mois, dont 0,20€ par action au titre du troisième trimestre 2022. Ce trimestre Crédit Agricole. S.A. réitère son intention de payer 20 centimes par action en 2023 au titre du rattrapage du dividende 2019
  • L’évolution des emplois pondérés liée à la croissance organique des métiers hors effet change impacte le ratio CET1 de -7 pb ce trimestre, soit une hausse de +2,3 milliards d’euros, dont notamment +1,3 milliard d’euros sur le pôle Grande Clientèle, +1,7 milliards d’euro sur le pôle Services Financiers spécialisés et -0,9 milliard d’euros sur le métier Assurances, intégrant un acompte sur le dividende 2022 de 700 millions d’euros soit -2,6 milliards de RWA ce trimestre.
  • Le ratio CET1 est impacté ce trimestre par des effets marchés défavorables, à hauteur de -36 points de base, pesant à la fois sur les métiers Assurance et Banque de marché. L’effet sur les réserves latentes OCI Crédit Agricole S.A. liées au métier Assurances représente -21 points de base, du fait notamment de l’impact négatif de la hausse des taux sur les réserves latentes de CAA. Le stock global de réserves OCI atteint -50 points de base au 30 septembre 2022 (par rapport au -31 points de base à fin juin 2022). Les effets marché sur le CET1 de Crédit Agricole S.A. liés au métier Banque de marché ont un impact de -15 points de base (en lien avec la hausse du risque de marché et du risque CVA et avec l’impact de change sur le risque de contrepartie du trading book.
  • Le poste « Autres » impacte le ratio CET1 à hauteur de -7 points de base, dont un effet change neutre, des effets modèles pour -6 points de base, soit +2,0 milliards d’euros d’emplois pondérés, principalement sur TRIM, et +3 points de base lié à l’augmentation de capital réservée aux salariées réalisée le 30 août dernier, qui sera associée à une opération de rachat d’actions visant à compenser son effet dilutif.

Sur les neuf premiers mois de l’année, le ratio CET1 a baissé de -90 points de base, dont -126 points de base expliqués par des effets conjoncturels et de marchés, largement réversibles dans le temps : -84 points de base sur les réserves latentes, liées notamment à l’impact de la hausse des taux sur les réserves latentes en assurance, -18 points de base sur les RWA crédit lié à la crise Russie / Ukraine et -24 points de base sur les RWA risque de marché. Hors ces effets conjoncturels et de marché, la génération de capital était positive, de +34 points de base sur les neuf premiers mois 2022, avec notamment un impact de +47 points de base du résultat conservé depuis 9 mois, supérieur à l’effet de l’évolution organique des métiers, des opérations M&A et du réglementaire (incluant notamment l’effet du versement exceptionnel d’un dividende de 2 milliards d’euros par Crédit Agricole Assurances au deuxième trimestre 2022).

A noter que retraité des effets du stock de réserves latentes, le ratio CET1 est quasiment stable sur neuf premiers mois 2022 : de 11,6% à fin décembre 2021 net de +31 points de base de plus-values latentes, à 11,5%, net de -50 points de base de moins-values latentes à fin septembre 2022

Le ratio de levier phasé s’établit à 3,4% à fin septembre 2022, en baisse de -0,2 point de pourcentage par rapport à fin juin 2022, largement au-dessous de l’exigence de 3%.

Le ratio Tier 1 phasé ressort à 12,8% et le ratio global phasé est à 17,1% ce trimestre.

Les emplois pondérés de Crédit Agricole S.A. s’élèvent à 377,4 milliards euros à fin septembre 2022, en hausse de +7,4 milliards d’euros par rapport au 30 juin 2022. La croissance organique des métiers contribue à cette évolution pour +2,3 milliards d’euros (hors effet change pour +2,9 milliards d’euros et impact des RWA marché de +5,0 milliards d’euros), intégrant +1,7 milliard d’euros dans le pôle Services Financiers Spécialisés, +1,3 milliard d’euros dans le pôle Grande Clientèle, une stabilité dans le pôle Banque de Proximité et -0,9 milliard d’euros dans les Assurances. Les réserves latentes de l’assurance impactent les emplois pondérés à la baisse pour -4,8 milliards d’euros, en lien avec l’évolution défavorable des réserves OCI, sous l’effet notamment de la hausse des taux Swap 10 ans de 80 pb ce trimestre. Les emplois pondérés sont aussi impactés ce trimestre par un impact sur les RWA marchés de CACIB pour +5 milliards d’euros, liés au risque de change sur Risque de Contrepartie du Trading Book (RCTB) pour +2,4 milliards ainsi qu’au risque de marché et CVA. Le poste « Méthodologies, effets réglementaires et autres » impacte les emplois pondérés à hauteur de +2,0 milliards d’euros incluant principalement l’impact TRIM du trimestre.

Liquidité et Refinancement

L’analyse de la liquidité est réalisée à l’échelle du Groupe Crédit Agricole.

Afin de fournir une information, simple, pertinente et auditable de la situation de liquidité du Groupe, l’excédent de ressources stables du bilan cash bancaire est calculé trimestriellement.

Le bilan cash bancaire est élaboré à partir des comptes en normes IFRS du Groupe Crédit Agricole. Il repose d’abord sur l’application d’une table de passage entre les états financiers IFRS du Groupe et les compartiments du bilan cash tels qu’ils apparaissent dans le tableau ci-après et dont la définition est communément admise sur la place. Il correspond au périmètre bancaire, les activités d’assurance étant gérées avec leur propre contrainte prudentielle.

À la suite de la répartition des comptes IFRS dans les compartiments du bilan cash, des calculs de compensation (nettings) sont effectués. Ils concernent certains éléments de l’actif et du passif dont l’impact est symétrique en termes de risque de liquidité. Ainsi, les impôts différés, impacts de la juste valeur, dépréciations collectives, ventes à découvert et autres actifs et passifs font l’objet d’un netting pour un montant de 50 milliards d’euros à fin septembre 2022. De même, 119 milliards d’euros de repos/reverse repos sont éliminés, dans la mesure où ces encours sont la traduction de l’activité du desk Titres effectuant des opérations de prêts/emprunts de titres qui se compensent. Les autres nettings effectués pour la construction du bilan cash, pour un montant total de 248 milliards d’euros à fin septembre 2022, sont relatifs aux dérivés, appels de marge, comptes de régularisation / règlement / liaison et aux titres non liquides détenus par la Banque de financement et d’investissement (BFI) et sont intégrés au compartiment des « Actifs de négoce à la clientèle ».

Il est à noter que la centralisation à la Caisse des Dépôts et Consignations ne fait pas l’objet d’un netting dans la construction du bilan cash ; le montant de l’épargne centralisée (78 milliards d’euros à fin septembre 2022) étant intégré à l’actif dans les « Actifs de négoce à la clientèle » et au passif dans les « Ressources clientèle ».

Dans une dernière étape, d’autres retraitements permettent de corriger les encours que les normes comptables attribuent à un compartiment, alors qu’ils relèvent économiquement d’un autre compartiment. Ainsi, les émissions senior dans les réseaux bancaires ainsi que les refinancements de la Banque Européenne d’Investissements et Caisse des Dépôts et Consignations et les autres refinancements de même type adossés à des prêts clientèle, dont le classement comptable engendrerait une affectation au compartiment “Ressources marché long terme”, sont retraités pour apparaître comme des “Ressources clientèle”.

On notera que parmi les opérations de refinancement banques centrales, les encours correspondant au T-LTRO (Targeted Longer Term Refinancing Operations) sont intégrés dans les « Ressources marché long terme ». En effet, les opérations de T-LTRO 3 sont assimilées à un refinancement sécurisé de long terme, identique du point de vue du risque de liquidité à une émission sécurisée.

Les opérations de pension livrée (repos) moyen-long terme sont également comprises dans les « Ressources marché long terme ».

Enfin, les contreparties bancaires de la BFI avec lesquelles nous avons une relation commerciale sont considérées comme de la clientèle pour la construction du bilan cash.

Le bilan cash bancaire du Groupe, à 1 706 milliards d’euros au 30 septembre 2022, fait apparaître un excédent des ressources stables sur emplois stables de 266 milliards d’euros, en baisse de -2 milliards d’euros par rapport à fin juin 2022 et de 27 milliards d’euros par rapport à fin septembre 2021, sous la dynamique de croissance du crédit observée. Le Groupe affiche en effet un fort dynamisme de l’activité commerciale sur le trimestre, enregistrant une hausse de +20 milliards d’euros des crédits, compensée en partie par une hausse de +15 milliards d’euros des ressources clientèle.

Par ailleurs, l’encours total T-LTRO 3 pour le Groupe Crédit Agricole s’élève à 162 milliards d’euros63 au 30 septembre 2022. Il est précisé que la bonification s’appliquant au taux de refinancement de ces opérations est étalée sur la durée des tirages jusqu’au 23 novembre 2022, conformément à l’annonce de la BCE du 27 octobre 2022. La sur-bonification est étalée sur la durée de la période de sur-bonification considérée. La sur-bonification s’appliquant au taux de refinancement de ces opérations pour la deuxième période (juin 2021 à juin 2022) a été prise en compte au T2 2022 pour la totalité des tirages.

A noter, concernant la position en ressources stables, que le pilotage interne du Groupe exclut le surplus temporaire de ressources stables apportées par l’augmentation du refinancement T-LTRO 3, afin de sécuriser l’objectif du Plan à Moyen Terme de plus 110-130 milliards d’euros, indépendamment de la stratégie de remboursement à venir.

Par ailleurs, compte-tenu des excédents de liquidité, le Groupe demeure en position prêteuse à court terme au 30 septembre 2022 (dépôts Banques centrales supérieurs au montant de l’endettement court terme net).

Les ressources de marché à moyen-long terme s’élèvent à 353 milliards d’euros au 30 septembre 2022, en hausse de +3 milliards d’euros par rapport à fin juin 2022 et de +6 milliards d’euros par rapport à fin septembre 2021.

Elles comprennent les dettes seniors collatéralisées à hauteur de 224 milliards d’euros, les dettes senior préférées à hauteur de 78 milliards d’euros, les dettes seniors non préférées pour 30 milliards d’euros et des titres Tier 2 s’élevant à 21 milliards d’euros.

Les réserves de liquidité du Groupe, en valeur de marché et après décotes, s’élèvent à 462 milliards d’euros au 30 septembre 2022, en baisse de 6 milliards d’euros par rapport à fin juin 2022 et de -7 milliards d’euros par rapport à fin septembre 2021. Elles couvrent plus de trois fois l’endettement court terme net (hors replacements en Banques centrales). Le trimestre est marqué par une baisse technique de la valeur en réserves de liquidité des créances éligibles en Banque Centrale en raison notamment de la normalisation des décotes BCE (fin progressive de mesures d’assouplissement exceptionnelles mises en place en début de crise Covid).

Le niveau élevé des dépôts en Banques centrales résulte du replacement d’importants excédents de liquidité : ils s’établissent à 250 milliards d’euros au 30 septembre 2022 (hors caisse et réserves obligatoires), en hausse de 10 milliards d’euros par rapport à fin juin 2022 et de 7 milliards d’euros par rapport à fin septembre 2021.

Le Groupe Crédit Agricole a par ailleurs poursuivi ses efforts afin de maintenir les réserves immédiatement disponibles (après recours au financement BCE). Les actifs non-HQLA éligibles en banque centrale après décote s’élèvent à 92 milliards d’euros.

Les établissements de crédit sont assujettis à un seuil sur le ratio LCR, fixé à 100% depuis le 1er janvier 2018.

Les ratios LCR moyens sur 12 mois au 30 septembre 2022 s’élèvent respectivement à 167,7% pour le Groupe Crédit Agricole et 147,4% pour Crédit Agricole S.A. Ils sont supérieurs à l’objectif du Plan à Moyen Terme (environ 110%).

Dans le contexte de crise sanitaire COVID-19, la hausse du niveau des ratios LCR du Groupe Crédit Agricole et de Crédit Agricole S.A. est en ligne avec le recours du Groupe aux tirages T-LTRO 3 auprès de la Banque centrale.

Par ailleurs, les ratios NSFR du Groupe Crédit Agricole et de Crédit Agricole S.A sont supérieurs à 100%, conformément à l’exigence règlementaire entrée en application le 28 juin 2021 et supérieurs à l’objectif du Plan à Moyen Terme (>100%).

Le Groupe continue de suivre une politique prudente en matière de refinancement à moyen long terme, avec un accès très diversifié aux marchés, en termes de base investisseurs et de produits.

A fin septembre, les principaux émetteurs du Groupe ont levé sur le marché l’équivalent de 35,1 milliards d’euros64 de dette à moyen long terme, dont 41% émis par Crédit Agricole S.A.

Par ailleurs, 5,4 milliards d’euros ont également été empruntés auprès d’organismes nationaux et supranationaux, ou placés dans les réseaux des banques de proximité du Groupe (Caisses régionales, LCL et CA Italia) et dans d’autres réseaux externes.

A fin septembre, Crédit Agricole S.A. a réalisé à hauteur de 111% son programme de financement moyen long terme sur les marchés de 13 milliards d’euros65 pour l’année 2022. Un financement diversifié en formats (Senior collatéralisées, Senior préférées, Senior non préférées et Tier 2) et en devises (EUR, USD, AUD, CHF, NOK, SGD, HKD, JPY).

La banque a levé l’équivalent de 14,5 milliards d’euros64, dont 3,5 milliards d’euros en dette senior non préférée et 0,3 milliard d’euros en dette Tier 2, ainsi que 4,6 milliards d’euros de dette senior préférée et 6,0 milliards d’euros de dette senior collatéralisée.

Depuis fin septembre, Crédit Agricole S.A. a également réalisé un refinancement additionnel de 1,1 milliard d’euros, incluant une émission senior non préférée Social en format 4NC3 pour 1 milliard d’euros.

A noter que Crédit Agricole S.A. a émis le 5 janvier 2022 un AT1 Perpétuel NC7,7 ans pour 1,25 milliard de dollars américains au taux initial de 4,75% (hors plan de refinancement).

Annexe 1 – Eléments spécifiques, Groupe Crédit Agricole et Crédit Agricole S.A

Groupe Crédit Agricole– Eléments spécifiques, T3-2022 et 9M-2022

    T3-22 T3-21   9M-22 9M-21
En m€   Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
  Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
DVA (GC)   14 10 4 3   5 4 5 4
Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)   (14) (11) (5) (4)   59 44 (21) (15)
Provisions Epargne logement (LCL)   - - - -   34 26 (10) (7)
Provisions Epargne logement (AHM)   - - - -   53 39 0 0
Provisions Epargne logement (CR)   - - - -   412 306 1 0
Déclassement d'actifs en cours de cession - PNB (BPI)   - - (2) (2)   0 0 (2) (2)
Provision exceptionnelle sur les moratoires en Pologne (BPI)   (21) (17) - -   (21) (17) - -
Projet de cession en cours PNB (WM)   - - - -   - - (1) (1)
Total impact en PNB   (22) (17) (4) (3)   543 401 (28) (21)
Coûts d'intégration Creval (BPI)   - - - -   (30) (18) - -
Coûts d'intégration Lyxor (GEA)   (9) (4) - -   (59) (31) - -
Coûts d'intégration Kas Bank / S3 (GC)   - - - -   - - (4) (2)
Coûts de transformation (GC)   - - (5) (3)   - - (22) (11)
Coûts de transformation (LCL)   - - - -   - - (13) (9)
Projet de cession en cours Charges (WM)   - - - -   - - (2) (2)
Frais d'intégration Creval (BPI)   - - (9) (4)   - - (9) (4)
Déclassement d'actifs en cours de cession - Charges (BPI)   - - (1) (1)   (0) (0) (1) (1)
Total impact en Charges   (9) (4) (15) (7)   (90) (49) (50) (29)
Corrections sur FRU 2016-2020 (CR)   - - - -   - - 55 55
Corrections sur FRU 2016-2020 (AHM)   - - - -   - - 130 130
Total impact en FRU   - - - -   - - 185 185
Creval - Coût du risque stage 1 (BPI)   - - - -   - - (25) (21)
Provision pour risque fonds propres Ukraine (BPI)   - - - -   (195) (195) - -
Total impact coût du risque de crédit   - - - -   (195) (195) (25) (21)
Gain "affrancamento" (SFS)   - - - -   - - 5 5
Total impact mise en équivalence   - - - -   - - 5 5
Frais d'intégration Creval (BPI)   -   1     -   1  
Frais d'acquisition Creval (BPI)   - - - -   - - (16) (9)
Total impact en Gains ou pertes nets sur autres actifs   - - 1 -   - - (15) (9)
Badwill Creval (BPI)   - - - -   - - 378 321
Total impact variation des écarts d'acquisition   - - - -   - - 378 321
Gain "affrancamento" (BPI)   - - - -   - - 38 32
Gain "affrancamento" (GEA)   - - - -   - - 114 80
Total impact en Impôts   - - - -   - - 152 111
Plus-value Cession La Médicale (GEA)   101 101 - -   101 101 - -
Déclassement d'actifs en cours de cession (BPI)   - - (1) (1)   - 7 (10) (1) (1)
Projet de cession en cours (WM)   - - - -   - - 5 5
Total impact en Activités en cours de cession   101 101 (1) (1)   94 91 3 3
Impact total des retraitements   71 79 (19) (12)   352 248 605 545
Gestion de l'épargne et Assurances   92 97 - -   42 70 116 82
Banque de proximité-France   - -   -   446 331 32 39
Banque de proximité-International   (21) (17) (12) (8)   (253) (240) 363 314
Services financiers spécialisés   - - - -   - - 5 5
Grandes Clientèles   (1) (0) (7) (4)   64 48 (42) (24)
Activités hors métiers   - -   -   53 39 130 130

* Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires

Crédit Agricole S.A. – Eléments spécifiques T3-22, T3-21, 9M-22, 9M-21

    T3-22 T3-21   9M-22 9M-21
En m€   Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
  Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
                     
DVA (GC)   14 10 4 3   5 4 5 4
Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)   (14) (10) (5) (4)   59 43 (21) (15)
Provisions Epargne logement (LCL)   - - - -   34 24 (10) (7)
Provisions Epargne logement (AHM)   - - - -   53 39 0 0
Déclassement d'actifs en cours de cession - PNB (BPI)   - - (2) (2)   0 0 (2) (2)
Provision exceptionnelle sur les moratoires en Pologne (BPI)   (21) (17) - -   (21) (17) - -
Projet de cession en cours PNB (WM)   - - - -   - - (1) (1)
Total impact en PNB   (22) (17.4) (4) (3)   131 93 (29) (21)
Coûts d'intégration Kas Bank / S3 (GC)   - - - -   - - (4) (2)
Déclassement d'actifs en cours de cession - Charges (BPI)   - - (0) (0)   (0) (0) (0) (0)
Coûts de transformation (GC)   - - (5) (3)   - - (22) (11)
Coûts de transformation (LCL)   - - - -   - - (13) (9)
Frais d'intégration Creval (BPI)   - - (9) (4)   - - (9) (4)
Projet de cession en cours Charges (WM)   - - - -   - - (2) (2)
Coûts d'intégration Creval (BPI)   - - - -   (30) (16) - -
Coûts d'intégration Lyxor (GEA)   (9) (4) -     (59) (30)    
Total impact en Charges   (9) (4) (14) (7)   (90) (46) (50) (28)
Corrections sur 2016-2020 FRU   - - - -   - - 130 130
Total impact en FRU   - - - -   - - 130 130
Creval - Coût du risque stage 1 (BPI)   - - - -   - - (25) (19)
Provision pour risque fonds propres Ukraine (BPI)   - - - -   (195) (195) - -
Total impact coût du risque de crédit   - - - -   (195) (195) (25) (19)
Gain "affrancamento" (SFS)   - - - -   - - 5 5
Total impact Mise en équivalence   - - - -   - - 5 5
Frais d'intégration Creval (BPI)   - - 1     -   1  
Frais d'acquisition Creval (BPI)   - - - -   - - (16) (8)
Total impact Gains ou pertes sur autres actifs   - - 1 -   - - (15) (8)
Badwill Creval (BPI)   - - - -   - - 378 285
Total impact variation des écarts d'acquisition   - - - -   - - 378 285
Gain "affrancamento" (BPI)   - - - -   - - 38 28
Gain "affrancamento" (GEA)   - - - -   - - 114 78
Total impact en Impôts   - - - -   - - 152 106
Déclassement d'actifs en cours de cession (BPI)   - - (1) (1)   (7) (10) (1) (1)
Plus-value Cession La Médicale (GEA)   101 101 - -   101 101 - -
Projet de cession en cours (WM)   - - - -   - - 5 5
Total impact en Activités en cours de cession   101 101 (1) (1)   94 91 3 3
Impact total des retraitements   71 79 (19) (12)   (60) (57) 549 454
Gestion de l'épargne et Assurances   92 97 - -   42 71 116 80
Banque de proximité-France   - - - -   34 24 (23) (16)
Banque de proximité-International   (21) (17) (12) (8)   (253) (238) 363 279
Services financiers spécialisés   - - - -   - - 5 5
Grandes Clientèles   (1) (0) (7) (4)   64 47 (42) (24)
Activités hors métiers   - - - -   53 39 130 130

* Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires

Annexe 2- Groupe Crédit Agricole : résultats par pôle

Groupe Crédit Agricole – Résultats par pôle, T3-22 et T3-21

  T3-22 (publié)
En m€ CR LCL BPI GEA SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 3 328 940 823 1 574 699 1 607 (45) 8 927
Charges d'exploitation hors FRU (2 225) (572) (503) (802) (358) (978) (252) (5 689)
FRU - - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 1 103 368 320 772 341 630 (297) 3 238
Coût du risque (273) (54) (119) (0) (151) (34) (5) (636)
Coût du risque juridique - - - - - - - -
Sociétés mises en équivalence 0 - 0 24 82 5 0 111
Gains ou pertes nets sur autres actifs 1 0 0 (2) 6 1 0 6
Résultat avant impôt 831 314 202 794 278 602 (302) 2 720
Impôts (208) (75) (61) (143) (47) (156) 27 (662)
Rés. net des activités abandonnées - - 9 114 1 (1) (0) 123
Résultat net 623 240 151 765 232 445 (275) 2 181
Intérêts minoritaires (0) 2 (27) (104) (27) (27) 7 (177)
Résultat net part du Groupe 623 242 124 661 205 418 (268) 2 004


  T3-21 (publié)
En m€ CR LCL GEA BPI SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 3 408 934 1 573 810 704 1 528 11 8 969
Charges d'exploitation hors FRU (2 146) (566) (738) (509) (370) (901) (222) (5 452)
FRU - - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 1 262 368 835 301 335 627 (211) 3 516
Coût du risque (136) (41) 6 (109) (108) (12) (4) (403)
Coût du risque juridique - - - - - - - -
Sociétés mises en équivalence 0 - 25 1 79 2 - 107
Gains ou pertes nets sur autres actifs (6) 1 (0) 0 (7) (3) 0 (14)
Résultat avant impôt 1 118 329 865 193 299 615 (215) 3 205
Impôts (328) (88) (168) (60) (68) (135) 55 (792)
Rés. net des activités abandonnées - - 1 (3) (1) - (0) (3)
Résultat net 790 240 698 131 230 479 (159) 2 410
Intérêts minoritaires (0) 0 (118) (21) (31) (17) (1) (187)
Résultat net part du Groupe 790 240 580 111 200 463 (161) 2 222

Groupe Crédit Agricole – Résultats par pôle, 9M-22 et 9M-21

  9M-22 (publié) 
En m€ CR LCL BPI GEA SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 10 760 2 936 2 457 4 962 2 072 5 300 242 28 728
Charges d'exploitation hors FRU (6 911) (1 740) (1 521) (2 526) (1 084) (2 905) (800) (17 486)
FRU (156) (69) (38) (7) (34) (442) (56) (803)
Résultat brut d'exploitation 3 693 1 128 898 2 429 954 1 953 (615) 10 440
Coût du risque (830) (158) (511) (6) (388) (236) (11) (2 140)
Sociétés mises en équivalence 5 - 2 64 240 11 0 323
Gains ou pertes nets sur autres actifs 25 5 6 1 4 0 (0) 41
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - - -
Résultat avant impôt 2 893 974 395 2 489 810 1 729 (627) 8 664
Impôts (725) (250) (173) (497) (161) (435) 78 (2 164)
Rés. net des activités abandonnées - - 21 120 4 (1) - 144
Résultat net 2 168 724 243 2 112 652 1 292 (549) 6 644
Intérêts minoritaires (1) (0) (85) (310) (83) (63) 2 (540)
Résultat net part du Groupe 2 167 724 159 1 802 569 1 229 (546) 6 104


  9M-21 (publié) 
En m€ CR LCL GEA BPI SFS GC AHM Total
                 
Produit net bancaire 10 416 2 757 4 920 2 338 2 007 4 753 131 27 322
Charges d'exploitation hors FRU (6 649) (1 709) (2 272) (1 432) (1 032) (2 732) (667) (16 493)
FRU (87) (59) (7) (33) (23) (328) 58 (479)
Résultat brut d'exploitation 3 680 989 2 641 873 952 1 693 (478) 10 350
Coût du risque (476) (167) (19) (331) (369) (38) (9) (1 410)
Sociétés mises en équivalence (11) - 63 1 241 5 - 299
Gains ou pertes nets sur autres actifs 6 2 (1) (13) 5 (39) 3 (37)
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - 378 - 0 - 378
Résultat avant impôt 3 199 824 2 684 908 828 1 621 (484) 9 580
Impôts (957) (239) (468) (132) (177) (355) 134 (2 193)
Rés. net des activités abandonnées - - 5 (3) - - (0) 2
Résultat net 2 242 585 2 221 773 651 1 266 (350) 7 389
Intérêts minoritaires (1) (0) (385) (131) (82) (39) (4) (642)
Résultat net part du Groupe 2 241 585 1 837 642 569 1 227 (354) 6 746

Annexe 3 – Crédit Agricole S.A. : Résultats par pôle

Crédit Agricole S.A. – Résultats par pôle, T3-22 et T3-21

  T3-22 (publié) 
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 1 566 1 607 699 940 804 (53) 5 564
Charges d'exploitation hors FRU (802) (978) (358) (572) (486) (208) (3 403)
FRU - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 764 630 341 368 319 (261) 2 161
Coût du risque (0) (34) (151) (54) (120) (1) (360)
Sociétés mises en équivalence 24 5 82 - 0 (9) 102
Gains ou pertes nets sur autres actifs (2) 1 6 0 0 0 5
Résultat avant impôt 786 602 278 314 199 (271) 1 909
Impôts (141) (156) (47) (75) (60) 19 (461)
Rés. net des activités abandonnées 114 (1) 1 - 9 (0) 123
Résultat net 759 445 232 240 148 (253) 1 571
Intérêts minoritaires (107) (33) (27) (13) (38) (1) (219)
Résultat net part du Groupe 652 412 205 227 110 (254) 1 352


  T3-21 (publié)
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 1 571 1 527 704 934 794 0 5 531
Charges d'exploitation hors FRU (738) (901) (370) (566) (495) (189) (3 259)
FRU - - - - - - -
Résultat brut d'exploitation 833 626 335 368 299 (189) 2 272
Coût du risque 6 (12) (108) (41) (109) (2) (266)
Sociétés mises en équivalence 25 2 79 - 1 (4) 103
Gains ou pertes nets sur autres actifs (0) (3) (7) 1 0 (0) (8)
Résultat avant impôt 864 614 299 329 192 (196) 2 101
Impôts (168) (135) (68) (88) (59) 49 (470)
Rés. net des activités abandonnées 1 - (1) - (3) - (3)
Résultat net 696 478 230 240 130 (147) 1 628
Intérêts minoritaires (123) (26) (31) (11) (31) (4) (226)
Résultat net part du Groupe 573 452 200 230 99 (151) 1 402

Crédit Agricole S.A. – Résultats par pôle, 9M-22 et 9M-21

  9M-22 (publié)

 
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 4 947 5 301 2 072 2 936 2 403 173 17 832
Charges d'exploitation hors FRU (2 526) (2 905) (1 084) (1 740) (1 474) (643) (10 371)
FRU (7) (442) (34) (69) (38) (56) (647)
Résultat brut d'exploitation 2 414 1 954 954 1 128 891 (527) 6 814
Coût du risque (6) (236) (388) (158) (510) (6) (1 303)
Sociétés mises en équivalence 64 11 240 - 2 (27) 291
Gains ou pertes nets sur autres actifs 1 0 4 14 6 0 26
Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - -
Résultat avant impôt 2 475 1 730 810 983 389 (559) 5 827
Impôts (493) (436) (161) (250) (172) 74 (1 438)
Rés. net des activités abandonnées 120 (1) 4 - 21 - 143
Résultat net 2 101 1 293 652 733 238 (486) 4 532
Intérêts minoritaires (320) (82) (83) (33) (115) (19) (652)
Résultat net part du Groupe 1 782 1 211 569 700 123 (505) 3 880


  9M-21 (publié)
En m€ GEA GC SFS BP (LCL) BPI AHM Total
               
Produit net bancaire 4 919 4 753 2 007 2 757 2 289 119 16 843
Charges d'exploitation hors FRU (2 272) (2 732) (1 032) (1 709) (1 392) (573) (9 709)
FRU (7) (328) (23) (59) (33) 58 (392)
Résultat brut d'exploitation 2 640 1 693 952 989 864 (396) 6 742
Coût du risque (19) (38) (369) (167) (329) (6) (929)
Sociétés mises en équivalence 63 5 241 - 1 (19) 291
Gains ou pertes nets sur autres actifs (1) (39) 5 2 (13) 4 (42)
Variation de valeur des écarts d'acquisition - 0 - - 378 - 378
Résultat avant impôt 2 683 1 621 828 824 901 (417) 6 440
Impôts (467) (355) (177) (239) (131) 124 (1 245)
Rés. net des activités abandonnées 5 - - - (3) - 2
Résultat net 2 221 1 266 651 585 767 (293) 5 197
Intérêts minoritaires (402) (65) (82) (26) (193) (13) (781)
Résultat net part du Groupe 1 819 1 201 569 559 574 (306) 4 416

Annexe 4 – Méthodes de calcul du bénéfice par action et de l’actif net par action

Crédit Agricole S.A. – Calcul du bénéfice par action, de l’actif net par action
et du RoTE


Crédit Agricole S.A. – données par action                  
(en m€)   T3-2022 T3-2021   9M-22 9M-21   ∆ T3/T3 ∆ 9M/9M
                   
Résultat net part du Groupe - publié   1 352 1 402   3 880 4 416   (3,6%) (12,1%)
- Intérêts sur AT1 y compris frais d’émission, avant IS   (119) (97)   (327) (290)   +22,7% +12,8%
RNPG attribuable aux actions ordinaires - publié [A] 1 233 1 305   3 553 4 126   (5,5%) (13,9%)
Nombre d'actions moyen, hors titres d'auto-contrôle (m) [B] 3 029 3 050   2 957 2 979   (0,7%) (0,8%)
Résultat net par action - publié [A]/[B] 0,41 € 0,43 €   1,20 € 1,38 €   (4,8%) (13,2%)
RNPG sous-jacent   1 273 1 414   3 937 3 962   (10,0%) (0,6%)
RNPG sous-jacent attribuable aux actions ordinaires [C] 1 154 1 317   3 610 3 672   (12,4%) (1,7%)
Résultat net par action - sous-jacent [C]/[B] 0,38 € 0,43 €   1,22 € 1,23 €   (11,8%) (0,9%)
                   
                   
(en m€)         30/09/2022 30/09/2021      
Capitaux propres - part du Groupe         64 295 66 809      
- Emissions AT1         (5 988) (4 886)      
- Réserves latentes OCI - part du Groupe         3 338 (2 233)      
- Projet distribution de dividende sur résultat annuel*         (1 763) (1 857)      
Actif net non réévalué (ANC) attrib. aux actions ord. [D]       59 881 57 833      
- Écarts d’acquisition & incorporels** - part du Groupe         (18 386) (17 755)      
ANC tangible non réévalué (ANT) attrib. aux actions ord. [E]       41 495 40 078      
Nombre d'actions, hors titres d'auto-contrôle (fin de période, m) [F]       3 039,5 3 043,9      
ANC par action, après déduction du dividende à verser (€) [D]/[F]       19,7 € 19,0 €      
+ Dividende à verser (€) [H]       0,00 € 0,00 €      
ANC par action, avant déduction du dividende (€)         19,7 € 19,0 €      
ANT par action, après déduction du dividende à verser (€) [G]=[E]/[F]       13,7 € 13,2 €      
* dividende proposé par le Conseil d'administration et en attente de versement                
** y compris les écarts d'acquisition dans les participations ne donnant pas le contrôle                
                   
(en m€)         9M-22 9M-21      
Résultat net part du Groupe - publié [K]       3 880 4 416      
Dépréciation d’immobilisation incorporelle [L]       0 0      
IFRIC [M]       -682 -568      
RNPG publié annualisé [N] = ([K]-[L]-[M])*4/3+[M]       5 401 6 077      
Intérêts sur AT1 y compris frais d’émission, avant IS, annualisés [O]       -436 -387      
Résultat publié ajusté [P] = [N]+[O]       4 965 5 690      
AN tangible moyen non réévalué attrib. aux actions ordin.*** [J]       40 471 38 961      
ROTE publié ajusté (%) = [P] / [J]       12,3% 14,6%      
Résultat net part du Groupe sous-jacent [Q]       3 937 3 962      
RNPG sous-jacent annualisé [R] = ([Q]-[M])*4/3+[M]       5 477 5 471      
Résultat sous-jacent ajusté [S] = [R]+[O]       5 041 5 085      
ROTE sous-jacent ajusté (%) = [S] / [J]       12,5% 13,1%      
*** y compris hypothèse de distribution du résultat en cours de formation       0,0% 0,0%      

Indicateurs Alternatifs de Performance

ANC Actif net comptable (non réévalué)
L’actif net comptable non réévalué correspond aux capitaux propres part du Groupe duquel ont été retraités le montant des émissions AT1, des réserves latentes liées aux valorisations par capitaux propres recyclables et du projet de distribution de dividende sur résultat annuel.

ANPA Actif Net Par Action - ANTPA Actif net tangible par action
L’actif net par action est une des méthodes de calcul pour évaluer une action. Il correspond à l’Actif net comptable rapporté au nombre d’actions en circulation en fin de période hors titres d’autocontrôle.

L’actif net tangible par action correspond à l’actif net comptable retraité des actifs incorporels et écarts d’acquisition, rapporté au nombre d’actions en circulation en fin de période hors titres d’autocontrôle.

BNPA Bénéfice Net Par Action
C’est le résultat net part du groupe de l’entreprise, net des intérêts sur la dette AT1, rapporté au nombre moyen d’actions en circulation hors titres d’autocontrôle. Il indique la part de bénéfice qui revient à chaque action (et non pas la part du bénéfice distribué à chaque actionnaire qu’est le dividende). Il peut diminuer, à bénéfice total inchangé, si le nombre d’actions augmente.

Coefficient d’exploitation
Le coefficient d’exploitation est un ratio calculé en divisant les charges par le produit net bancaire ; il indique la part de produit net bancaire nécessaire pour couvrir les charges.

Coût du risque sur encours
Le coût du risque sur encours est calculé en rapportant la charge du coût du risque (sur quatre trimestres glissants) aux encours de crédit (sur une moyenne des quatre derniers trimestres, début de période). Le coût du risque sur encours peut également être calculé en rapportant la charge annualisée du coût du risque du trimestre aux encours de crédit début de trimestre. De manière similaire, le coût du risque de la période peut être annualisé et rapporté à la moyenne encours début de période.

Depuis le premier trimestre 2019, les encours pris en compte sont les encours de crédit clientèle, avant déduction des provisions.

Le mode de calcul de l’indicateur est spécifié lors de chaque utilisation de l’indicateur.

Créance douteuse
Une créance douteuse est une créance en défaut. Un débiteur est considéré en situation de défaut lorsqu’au moins une des deux conditions suivantes est satisfaite :

  • un arriéré de paiement significatif généralement supérieur à 90 jours sauf si des circonstances particulières démontrent que l’arriéré est dû à des causes non liées à la situation du débiteur ;
  • l’entité estime improbable que le débiteur s’acquitte intégralement de ses obligations de crédit sans qu’elle ait recours à d’éventuelles mesures telles que la réalisation d’une sûreté.

Créance dépréciée
Une créance dépréciée est une créance ayant fait l’objet d’une provision pour risque de non-remboursement.

MREL

Le ratio MREL (Minimum Requirement for Own Funds and Eligible Liabilities) est défini dans la Directive européenne “Redressement et Résolution des Banques” (Bank Recovery and Resolution Directive - BRRD). Cette directive établit un cadre pour la résolution des banques dans l’ensemble de l’Union Européenne, visant à doter les autorités de résolution d’instruments et de pouvoirs communs pour s’attaquer préventivement aux crises bancaires, préserver la stabilité financière et réduire l’exposition des contribuables aux pertes. La directive (UE) 2019/879 du 20 mai 2019 dite « BRRD2 » est venue modifier la BRRD et a été transposée en droit français par Ordonnance 2020-1636 du 21 décembre 2020.

Le ratio MREL correspond à un coussin de fonds propres et de passifs éligibles devant être disponibles pour absorber les pertes en cas de résolution. Sous BRRD2, le ratio MREL est calculé comme étant le montant de fonds propres et de passifs éligibles exprimé en pourcentage des actifs pondérés des risques (RWA), ainsi qu’en pourcentage de l’exposition en levier (LRE). Sont éligibles au numérateur du ratio MREL total les fonds propres prudentiels du Groupe, ainsi que les passifs éligibles émis par l’organe central et le réseau des affiliés, c’est-à-dire les titres subordonnés, les dettes senior non préférées et certaines dettes senior préférées d’échéance résiduelle de plus d’un an.

Taux de couverture des créances dépréciées (ou douteux) 
Ce taux rapporte les encours de provisions aux encours de créances clientèles brutes dépréciées.

Taux des créances dépréciées (ou douteux) 
Ce taux rapporte les encours de créances clientèle brutes dépréciées sur base individuelle, avant provisions, aux encours de créances clientèle brutes totales.

TLAC

Le Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board - FSB) a défini le calcul d’un ratio visant à estimer l’adéquation des capacités d’absorption de pertes et de recapitalisation des banques systémiques (Global Systemically Important Banks - G-SIBs). Ce ratio de Total Loss Absorbing Capacity (TLAC) fournit aux autorités de résolution le moyen d’évaluer si les G-SIBs ont une capacité suffisante d’absorption de pertes et de recapitalisation avant et pendant la résolution. Il s’applique aux établissements d’importance systémique mondiale, donc au groupe Crédit Agricole.

Sont éligibles au numérateur du ratio TLAC les fonds propres prudentiels du Groupe, ainsi que les titres subordonnés et les dettes senior non préférées éligibles d’échéance résiduelle de plus d’un an émis par Crédit Agricole S.A.

RNPG Résultat net part du Groupe
Le résultat net correspond au bénéfice ou à la perte de l’exercice (après impôt sur les sociétés). Le résultat net part du Groupe est égal à ce résultat diminué de la quote-part revenant aux actionnaires minoritaires des filiales consolidées globalement.

RNPG sous-jacent
Le résultat net part du Groupe sous-jacent correspond au résultat net part du Groupe publié duquel a été retraité des éléments spécifiques (i.e. non récurrents ou exceptionnels).

RNPG attribuable aux actions ordinaires
Le Résultat net part du Groupe attribuable aux actions ordinaires correspond au résultat net part du Groupe duquel ont été déduits les intérêts sur la dette AT1 y compris les frais d’émissions avant impôt.

RoTE Retour sur fonds propres tangibles - Return on Tangible Equity
Le RoTE (Return on Tangible Equity) est une mesure de la rentabilité sur fonds propres tangibles en rapportant le RNPG annualisé à l’ANC du groupe retraité des immobilisations incorporelles et écarts d’acquisition. Le RNPG annualisé correspond à l’annualisation du RNPG (T1x4 ; S1x2 ; 9Mx4/3) hors dépréciation d’immobilisations incorporelles et en retraitant chaque période des impacts IFRIC afin de les linéariser sur l’année.

Avertissement

L’information financière de Crédit Agricole S.A. et du Groupe Crédit Agricole pour le troisième trimestre 2022 et les neuf premiers mois 2022 est constituée de communiqué de presse, des slides de présentation et, des annexes à cette présentation, disponibles sur le site https://www.credit-agricole.com/finance/finance/publications-financieres.

Ce communiqué de presse peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l’information sur les tendances. Ces données ne constituent pas des prévisions au sens du règlement délégué UE 2019/980 du 14 mars 2019 (chapitre 1, article 1,d).

Ces éléments sont issus de scenarios fondés sur un certain nombre d’hypothèses économiques dans un contexte concurrentiel et réglementaire donné. Par nature, ils sont donc soumis à des aléas qui pourraient conduire à la non-réalisation des projections et résultats mentionnés. De même, les informations financières reposent sur des estimations notamment lors des calculs de valeur de marché et des montants de dépréciations d’actifs.

Le lecteur doit prendre en considération l’ensemble de ces facteurs d’incertitudes et de risques avant de fonder son propre jugement.

Normes applicables et comparabilité

Les chiffres présentés au titre de la période de neuf mois close au 30 septembre 2022 ont été établis en conformité avec le référentiel IFRS tel qu’adopté par l’Union européenne et applicable à cette date, et avec la réglementation prudentielle en vigueur à ce jour. Ces informations financières ne constituent pas des états financiers pour une période intermédiaire, tels que définis par la norme IAS 34 « Information financière intermédiaire » et n’ont pas été auditées.

Note : Les périmètres de consolidation des groupes Crédit Agricole S.A. et Crédit Agricole n’ont pas changé de façon matérielle depuis le dépôt auprès de l’AMF du Document d’enregistrement universel 2021 de Crédit Agricole S.A. et de l’amendement A.01 de ce Document d’enregistrement universel 2021 comprenant les informations réglementées pour le Groupe Crédit Agricole.

La somme des valeurs contenues dans les tableaux et analyses peut différer légèrement du total en raison de l’absence de gestion des arrondis.

Au 30 juin 2021, suite au rachat par Crédit Agricole Consumer Finance de 49% du capital de joint-venture CACF Bankia S.A, CACF Bankia S.A. est consolidée selon la méthode de l’intégration globale dans les comptes consolidés de Crédit Agricole S.A.

Au 30 juin 2021, suite à l’offre publique d’achat lancée par Crédit Agricole Italia sur Credito Valtellinese, Credito Valtellinese est détenue à 100% par Crédit Agricole Italia et consolidée selon la méthode de l’intégration globale dans les comptes consolidés de Crédit Agricole S.A.

Au 31 décembre 2021, Amundi annonce la finalisation de l’acquisition de Lyxor. Lyxor est consolidée par intégration globale dans les comptes consolidés de Crédit Agricole S.A. L’opération ne génère aucun impact sur le résultat consolidé de Crédit Agricole S.A. au 31 décembre 2021.

Agenda financier

10 novembre 2022        Publication des résultats du troisième trimestre et des neuf mois 2022
9 février 2023                Publication des résultats du quatrième trimestre et de l’année 2022
10 mai 2023                Publication des résultats du premier trimestre 2023
17 mai 2023                Assemblée générale à Paris
4 août 2023                Publication des résultats du troisième trimestre et du premier semestre 2023
8 novembre 2023        Publication des résultats du troisième trimestre et des neuf mois 2023

Contacts

CONTACTS PRESSE CRÉDIT AGRICOLE

Olivier Tassain        + 33 1 43 23 25 41                olivier.tassain@credit-agricole-sa.fr
Mathilde Durand             + 33 1 57 72 19 43                       mathilde.durand@credit-agricole-sa.fr
Bertrand Schaefer        + 33 1 49 53 43 76                bertrand.schaefer@ca-fnca.fr

CONTACTS RELATIONS INVESTISSEURS CRÉDIT AGRICOLE S.A

Investisseurs institutionnels + 33 1 43 23 04 31 investor.relations@credit-agricole-sa.fr
Actionnaires individuels + 33 800 000 777 (numéro vert France uniquement) relation@actionnaires.credit-agricole.com
     
Clotilde L’Angevin + 33 1 43 23 32 45 clotilde.langevin@credit-agricole-sa.fr
 

Investisseurs actions :
   
Jean-Yann Asseraf
Fethi Azzoug
+ 33 1 57 72 23 81
+ 33 1 57 72 03 75
jean-yann.asseraf@credit-agricole-sa.fr fethi.azzoug@credit-agricole-sa.fr
Joséphine Brouard + 33 1 43 23 48 33 joséphine.brouard@credit-agricole-sa.fr
Oriane Cante + 33 1 43 23 03 07 oriane.cante@credit-agricole-sa.fr
Nicolas Ianna +33 1 43 23 55 51 nicolas.ianna@credit-agricole-sa.fr
Leila Mamou + 33 1 57 72 07 93 leila.mamou@credit-agricole-sa.fr
Anna Pigoulevski + 33 1 43 23 40 59 anna.pigoulevski@credit-agricole-sa.fr
Annabelle Wiriath + 33 1 43 23 55 52 annabelle.wiriath@credit-agricole-sa.fr
     
Investisseurs crédit et agences de notation :  
Caroline Crépin + 33 1 43 23 83 65 caroline.crepin@credit-agricole-sa.fr
Rhita Alami Hassani + 33 1 43 23 15 27 rhita.alamihassani@credit-agricole-sa.fr
Florence Quintin de Kercadio + 33 1 43 23 25 32 florence.quintindekercadio@credit-agricole-sa.fr
     
     

Tous nos communiqués de presse sur : www.credit-agricole.com - www.creditagricole.info


1 A périmètre constant (hors La Médicale pour les 3M et 9M-21), chiffre d’affaires pour l’assurance dommages, et protection des personnes
2 Hors FRU
3 RoTE sous-jacent calculé sur la base d’un RNPG sous-jacent annualisé et de charges IFRIC linéarisées sur l’année
4 Crédit Logement constate au troisième trimestre 2022 une baisse de la production de -27% sur le portefeuille d’opérations qu’il garantit. Banque de France constate une baisse de production de -11% en jun, juillet, août entre 2021 et 2022
5 Assurances automobile, MRH, santé, juridique, tous mobiles/portables ou GAV
6 Cf. plus de détails sur les éléments spécifiques en Annexes.
7 A périmètre constant : les entités Creval (BPI) et Lyxor (GEA) sont ajoutées en 2021
8 Le coût du risque sur encours (en points de base) sur quatre trimestres glissants est calculé sur la base du coût du risque des quatre derniers trimestres auquel est rapporté la moyenne des encours de début de période des quatre derniers trimestres
9 Le coût du risque sur encours (en point de base) annualisé est calculé sur la base du coût du risque du trimestre multiplié par quatre auquel est rapporté l’encours de début de période du trimestre

10 Analyse faite à partir des données 30/09 pour Crédit Agricole S.A. et Groupe Crédit Agricole, ainsi que des publications 30/06/2022 sur les prêts à la clientèle, les encours Stage 3 et les provisions Stage 1, 2 et 3 de Banco Santander, Barclays, BNP Paribas, groupe BPCE, Groupe Crédit Agricole, Crédit Agricole S.A., Crédit Suisse, Deutsche Bank, HSBC, ING, Société Générale, Standard Chartered, UBS, et enfin à partir de la publication du 31/12/2021 de Unicredit
11 Nombre de clients partenaires ayant un profil actif sur Ma Banque ou ayant visité CAEL (Crédit Agricole en ligne) dans le mois / nombre de clients majeurs possédant un DAV actif
12 Signatures initiées en mode dépose BAM (Banque accès multi canal) dont le support final de signature est BAM, Portail client mobile ou Ma Banque
13 Marchés spécialisés : agriculteurs, professionnels, entreprises et collectivités publiques
14 Source : Observatoire Crédit Logement - 18/10/2022
15 Moyenne taux trimestriels, tous marchés, tous crédits (prêts échéancés à taux fixe et en euro)
16 Sous-jacent, hors éléments spécifiques. Cf. plus de détails sur les éléments spécifiques en Annexes.
17 Taux de provisionnement calculé avec en dénominateur les encours en ‘’stage 3’, et au numérateur la somme des provisions enregistrées en ‘’stages’’ 1, 2 et 3
18 Dans le cadre de la finalisation du PPA de Creval, réaffectation des provisions B1 et B2 en déduction des encours de créances associés, donnant lieu à une baisse du taux de couverture de Crédit Agricole S.A. de 1,0 point de pourcentage

19 Le coût du risque sur encours (en points de base) sur quatre trimestres glissants est calculé sur la base du coût du risque des quatre derniers trimestres auquel est rapporté la moyenne des encours de début de période des quatre derniers trimestres
20 Le coût du risque sur encours (en point de base) annualisé est calculé sur la base du coût du risque du trimestre multiplié par quatre auquel est rapporté l’encours de début de période du trimestre
21         Cf. plus de détails sur les éléments spécifiques en Annexes.
22 Voir détails du calcul du RoTE (retour sur fonds propres hors incorporels) et du RONE (retour sur fonds propres normalisés) des métiers en p. 38
23 Le RNPG sous-jacent annualisé correspond à l’annualisation du RNPG sous-jacent (T1x4 ; S1x2 ; 9Mx4/3) en retraitant chaque période des impacts IFRIC afin de les linéariser sur l’année
24 Ajout de Créval (en Banque de Proximité à l’International) et Lyxor (en Gestion de l’épargne et assurances) en 2021
25 Afin d’être sur des données comparables, la comparaison avec l’échantillon de banques européennes s’est faite sur la base d’un coefficient d’exploitation publié et y compris FRU.
26 Société Générale ; BNP Paribas ; Banco Santander; UniCredit; Crédit Suisse; UBS; Deutsche Bank; HSBC; Standard Chartered; Barclays
27 Pour rappel, au 30 juin 2022, la provision pour participations aux excédents (PPE) atteignait 13,8 milliards d’euros 2022, soit 6,5% du total des encours (+0,7 pb par rapport à juin 2021). A fin 2021, taux de rendement moyen des actifs du groupe CAA était de 2,26% (2,13% à fin 2020), bien supérieur au taux minimum garanti moyen (0,16% à fin 2021, contre 0,20% à fin 2020) et au taux de PAB des contrats en euro de 1,28% fin 2021, stable par rapport à fin 2020.

28 Source : Argus de l’assurance 2022
29 Périmètre constant : hors La Médicale pour les 3M et 9M-21
30 Périmètre : dommages France et international; baisse vs juin 2022 en lien avec la cession de La Médicale à la Generali
31 LCL Banque Privée et Indosuez Wealth Management
32 Périmètre constant : hors La Médicale pour les 3M et 9M-21

33 Périmètre constant : hors La Médicale pour les 3M et 9M-21
34 Contribution sociale de solidarité des sociétés
35 Périmètre constant : données Lyxor ajoutées sur les 3M et 9M 2021
36 Périmètre Indosuez Wealth Management
37 Refinitiv
38 Bloomberg
39 Sur la base des chiffres au 31 mars 2022 ; pour les actifs administrés, yc 734 Mds€ de Transfer Agency
40 Estimé sur les chiffres au 30 juin 2022

41 Sans retraitement de périmètre, au troisième trimestre 2022, par comparaison au troisième trimestre 2021 : Le produit net bancaire s’élève à 699,3 millions d’euros, en baisse de -0,7% par rapport aux neuf premiers mois 2021. Les charges hors FRU du pôle s’élèvent à -358 millions d’euros, en baisse de -3,3%. Le résultat brut d’exploitation est en hausse de +2,0 %, le coefficient d’exploitation hors FRU reste bas à 51,2% (soit -1,3 point de pourcentage). Le coût du risque est en hausse de +40,3%, compte tenu d’une référence 2021 de coût du risque particulièrement baisse chez CACF. Le RNPG du pôle Services financiers spécialisés s’élève à 204,6 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, en hausse de +2,5%.
42 Sans retraitement de périmètre, à fin septembre 2022, et par comparaison à fin septembre 2021 : le produit net bancaire des Services financiers spécialisés augmente de +3,2%. Les charges hors FRU augmentent de +5,1%. Le coefficient d’exploitation hors FRU reste bas, à 52,3% en hausse de +0,9 point de pourcentage. Le coût du risque augmente de +5,0%. La contribution des sociétés mises en équivalence est en hausse de +2,1% en sous-jacent (stable en publié). Le résultat net part du Groupe s’établit ainsi à 568,8 millions d’euros, en hausse de +0,8% par rapport aux neuf premiers mois 2021 (-0,1% en publié).
43 Sans retraitement de périmètre, au troisième trimestre 2022, par comparaison au troisième trimestre 2021 : le produit net bancaire de CACF atteint 542 millions d’euros, en baisse de -2,0%. Les charges de CACF baisse de -7,6%. Le résultat brut d’exploitation est en hausse de +4,3% et le coefficient d’exploitation hors FRU, reste bas à 49,5%, en baisse de 3,0 points de pourcentage. La contribution des sociétés mises en équivalence atteint 82 millions d’euros au troisième trimestre 2022 (+3,9%). Le coût du risque est en hausse de +53,6%. Les impôts s’élèvent à -32,4 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -39,6%. Au final, le résultat net part du Groupe atteint 154 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -2,1% par rapport au troisième trimestre 2021
44 Coût du risque des quatre derniers trimestres, rapporté à la moyenne des encours de début de période des quatre derniers trimestres

45   Sans retraitement de périmètre, à fin septembre 2022, et par comparaison à fin septembre 2021, le produit net bancaire atteint 1 597 millions d’euros, en hausse de +1,8%. Les charges hors FRU sont en hausse de +2,2%, la contribution au FRU s’élève à -16 millions d’euros, le coefficient d’exploitation hors FRU reste bas à 51,2%, en hausse de +0,2 point de pourcentage. Le résultat brut d’exploitation augmente de +0,6%. Le coût du risque augmente de +10,2%. La contribution des sociétés mises en équivalences est en hausse de +2,1% en sous-jacent et stable en publié. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe s’élève à 444 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, en baisse de -3,4% en sous-jacent, et de -4,5% en publié.
46 Sans retraitement de périmètre, au troisième trimestre 2022, par comparaison au troisième trimestre 2021 : le produit net bancaire de CAL&F atteint 157 millions d’euros, en hausse de +3,7%. Les charges augmentent de +12,6%. Le résultat brut d’exploitation est ainsi en baisse de -6,1% et le coefficient d’exploitation hors FRU, s’établit à 57,1%, en hausse de 4,5 points de pourcentage). Le coût du risque est en forte baisse de – 37,2%. Le trimestre enregistre un Earn Out de 7 millions d’euros sur Olinn en résultat net sur autres actifs. Les impôts s’élèvent à -15 millions d’euros, en hausse de +7,5%. Au final, le résultat net part du Groupe atteint 50 millions d’euros, en hausse de +19,7%.
47 Sans retraitement de périmètre, à fin septembre 2022, et par comparaison à fin septembre 2021, le produit net bancaire atteint 474,9 millions d’euros, en hausse de +8,3%. Les charges hors FRU sont en hausse de +14,8%, la contribution au FRU s’élève à -18 millions d’euros, le coefficient d’exploitation hors FRU s’établit à 56,2%, en hausse de +3,2 points de pourcentage. Le résultat brut d’exploitation est en léger repli (-1,3%). Le coût du risque baisse de -33,6%. Un Earn Out de 7 millions d’euros sur Olinn est enregistré en résultat net sur autres actifs cédés. Au final, la contribution du métier au résultat net part du Groupe s’élève à 125 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2022, en augmentation de +19,4%
48 Hors PGE
49 Ces encours sont bruts de POCI , les encours POCI étant de 0,6 milliard d’euros en septembre 2022
50 Hors « Ecobonus » dont la production a été multipliée par 3,5 par rapport aux neuf premiers mois 2021. Les « Ecobonus » correspondent à des refinancements de crédit d’impôt clientèle : déduction fiscale Italienne pour les travaux de rénovation, d’efficacité énergétique et de sécurisation des bâtiments lancée en 2021. Hors PGE.
51 Agos
52 Source : CRIF
53 Entités cédées ou en cours de cession : Roumanie classée en IFRS 5 au premier trimestre 2021 (cession effective au troisième trimestre 2021); Serbie classée en IFRS 5 depuis le deuxième trimestre 2021 (cession effective le 1er avril 2022) et Crédit du Maroc classé en IFRS 5 depuis le premier trimestre 2022.
54 Sur quatre trimestres glissants
55 Dans le cadre de la finalisation du PPA de Creval, réaffectation des provisions Bucket 1 et Bucket 2 en déduction des encours de créances associés, donnant lieu à une baisse du taux de couverture de 5,6 points de pourcentage
56 Hors AHM
57 Sans aucun retraitement de périmètre, au troisième trimestre 2022 par rapport au troisième trimestre 2021 : le produit net bancaire sous-jacent de la Banque de Proximité hors Italie atteint 207 millions d’euros, en augmentation de +12,4% (+2,3% en publié). Les charges en sous-jacent baissent de -2,0% (-2,4% en publié). Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en hausse de +34,6% (+9,9% en publié) et le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU, s’établit à 52,9% (58,9% en publié), en baisse de 7,8 points de pourcentage. Le coût du risque est en hausse, passant de -29 millions d’euros à -58 millions d’euros en raison du provisionnement sur l’Ukraine. Les impôts sous-jacent s’élèvent à -13 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -10,1%. Au final, le résultat net part du Groupe atteint 27 millions d’euros en sous-jacent au troisième trimestre 2022, en hausse de +57,8% par rapport au troisième trimestre 2021 (résultat net part du Groupe de 10 millions d’euros, en baisse de -24,1% en publié)
58 Provision couvrant les 8 mois de Credit Holidays passée en déduction du PNB

59 Sans aucun retraitement de périmètre, sur les neuf premiers mois de 2022, et par rapport au neuf premiers mois 2021 : le produit net bancaire sous-jacent de la Banque de Proximité hors Italie atteint 565 millions d’euros, en baisse de -7,2% (-10,3% en publié). Les charges en sous-jacent baissent de -13,9% (-14% en publié). Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est en hausse de +4,0% (-4,1% en publié) et le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU, s’établit à 57,9% (60,2% en publié), en baisse de 4,5 points de pourcentage. Le coût du risque sous-jacent est en hausse, passant de – 74 millions d’euros à – 134 millions d’euros en raison du provisionnement sur l’Ukraine. En publié, le coût du risque passe de – 74 millions d’euros à -329 millions d’euros en raison des provisions sur l’Ukraine (provisions complémentaires passées chaque trimestre 2022, et provisionnement de la situation nette de l’Ukraine sur le premier trimestre passé en éléments spécifiques). Les impôts sous-jacent s’élèvent à -37 millions d’euros au troisième trimestre 2022, en baisse de -28,3% (-36,1% en publié). Au final, le résultat net part du Groupe atteint 63 millions d’euros en sous-jacent sur les neuf premiers mois 2022, en baisse de -12,7% par rapport aux neuf premiers mois 2021 (passe de 68 à -159 millions d’euros en publié).
60 Coussin contracyclique de 3 pb au 30 septembre 2022, attendu à 41 pb au 30 septembre 2023 pour le Groupe Crédit Agricole sur la base des informations connues à date, et en particulier la hausse du taux du coussin contracyclique français à 0,50% qui entre en vigueur en avril 2023.
61 Dans le cadre de l’analyse annuelle de sa résolvabilité, le Groupe Crédit Agricole a choisi de renoncer à la possibilité prévue par l’article 72ter(3) de CRR d’utiliser de la dette senior préférée pour le respect du TLAC en 2022.
62 Coussin contracyclique de 3 pb au 30 septembre 2022, attendu à 36 pb au 30 septembre 2023 pour Crédit Agricole S.A. sur la base des informations connues à date, et en particulier la hausse du taux du coussin contracyclique français à 0,50% qui entre en vigueur en avril 2023.
63 Hors FCA Bank
64 Montant brut avant rachats et amortissements, hors émission AT1
65 Hors émission AT1

 

Pièce jointe